Pour cette sexologue belge, « aimer » rime avec « tromper »

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateurs : Dom3, Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 643
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Pour cette sexologue belge, « aimer » rime avec « tromper »

Message par Eugene » lun. 4 juin 2018 14:10

Esther Perel a beau être une superstar aux États-Unis où elle vit, dans sa Belgique native, son nom est relativement méconnu. Une situation qui s’apprête à changer alors que son dernier ouvrage, Je t’aime je te trompe, sort en français.

Car pour la sexologue belge Esther Perel, il est grand temps de briser le tabou de l’infidélité, ce qu’elle compte bien faire en lançant une « campagne de santé publique » sur l’adultère. Avec un double questionnement sous-jacent : l’infidélité est-elle vraiment la trahison ultime ? Et si au contraire elle était le secret des couples pour durer ?

Une position à contre-courant qui ne fait pas peur à Esther Perel, habituée des controverses depuis la sortie de son premier livre, L’intelligence érotique, paru en 2006 et inspiré librement de « l’affaire Lewinsky ». De cet ouvrage, qui aborde le paradoxe entre le besoin de sécurité et de liberté au sein des couples, elle a tiré un TED Talk vu à plus de 11.5 millions de reprises. Son second TED Talk, qui enregistre plus de 9.4 millions de vues au compteur, exhorte quant à lui à repenser l’infidélité. Car pour Esther Perel, les couples auraient tout faux en s’enfermant dans un carcan monogame largement imposé par la société.

"Si, d’un point de vue culturel, nous sommes de plus en plus ouverts d’esprit en matière de sexualité, l’infidélité reste frappé du sceau de la honte et du secret."

Or selon la sexologue, l’infidélité ne serait pas contrairement aux idées reçues le symptôme d’une relation qui va mal. La plupart des patients qui se rendent dans son cabinet avouent avoir été infidèles non pas en raison d’un quelconque problème chez leur partenaire mais bien pour trouver un « nouveau moi ».

Allier sécurité et aventure

Le problème selon Esther Perel est que l’on cherche dans le couple « le confort et un peu de turbulences. La familiarité et la nouveauté. La continuité et la surprise », soit des attentes impossibles à porter pour un seul partenaire. L’infidélité serait donc le moyen idéal de réconcilier besoin de sécurité et d’aventure.

"Les gens qui trompent ne sont pas tous des narcissiques, des accros du sexe ou des prédateurs sexuels chroniques. Cela arrive aux couples heureux, malheureux, chez les jeunes, les vieux, les personnes homosexuelles et même dans les couples libres."

Et la quinquagénaire d’avancer un autre argument en faveur de l’infidélité : selon une étude réalisée par ses soins auprès de sa patiente, ces derniers trouveraient leur partenaire extrêmement attirant quand ils voient qu’il/elle plaît à quelqu’un d’autre. Pour vivre heureux, vivons trompés ?

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Avatar du membre

Pandore
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 94
Enregistré le : ven. 10 mars 2017 11:24
Mon histoire : https://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=3969

Re: Pour cette sexologue belge, « aimer » rime avec « tromper »

Message par Pandore » lun. 4 juin 2018 17:35

Très bon livre qui exprime aussi une autre composante de l'infidélité : une recherche individuelle de son autre moi.

Esther PEREL rejette l'idée de transformer l'adultère en tant que symptôme d'une déficience mentale, ce qui est monnaie courante.

Si ses propos sont justes, les solutions testées par certains couples sont loin d'être universelles (ce qu'elle reconnait d'ailleurs).

Son livre est pour ma part, une excellente analyse globale de tout ce qui pousse quelqu'un a aller voir ailleurs .
Toutefois, elle même le reconnait : si les cocus donnaient autant d'imagination et d'énergie dans leur couple qu'ils ne donnent dans leur relation extra-conjugale, l'infidélité ne serait pas nécessaire.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2525
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Pour cette sexologue belge, « aimer » rime avec « tromper »

Message par Sans Prétention » lun. 4 juin 2018 19:42

Il n'y a pas qu'Esther Perel dans la vie. 😊

Cependant, tout n'est pas à rejeter chez elle, à part quand elle commence à réfléchir à l'envers. C'est très gênant pour une thérapeute.


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2525
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Pour cette sexologue belge, « aimer » rime avec « tromper »

Message par Sans Prétention » mar. 5 juin 2018 04:36

Pandore a écrit :
lun. 4 juin 2018 17:35
Très bon livre qui exprime aussi une autre composante de l'infidélité : une recherche individuelle de son autre moi.
Ça s'appelle du narcissisme ... Et pas le bon.


Pandore a écrit :
lun. 4 juin 2018 17:35
Esther PEREL rejette l'idée de transformer l'adultère en tant que symptôme d'une déficience mentale, ce qui est monnaie courante.
Absolument pas. C'est monnaie courante aux États-Unis. Pas en Europe (et elle souhaiterait que les USA suivent le modèle européen).

De plus, on ne peut pas nier que dans le cas de pathologies lourdes (PN, psychotiques, addicts sexuels, etc...) ou légères (Don Juanisme, phobie de l'engagement, immaturité affective...) l'infidélité est un des symptômes de quelque chose de plus profond et personnel... Dont les fameuses failles narcissiques ! (On parle là, et à certaines conditions, de dysfonctionnement et non de déficience mentale : à ne pas confondre, ce serait malhonnête !).

Le retournement de la thérapeute n'est pas plus salvateur que le puritanisme américain (à vomir) : il y a des cas où l'infidélité est pathologique et des cas où elle ne l'est pas et c'est en interrogeant le passif de la personne, la dynamique du couple (dans lequel souvent il y a un dominant et un dominé qui se sont construits sur le modèle maître / esclave de l'amour), et non en observant un comportement de surface, que l'on peut décider (nombre de manipulateurs savent manipuler les psy non formés aux relations d'emprise...).
Pour Perel il n'y a pas de cas. Tout est égal, ou presque.



Pandore a écrit :
lun. 4 juin 2018 17:35
Si ses propos sont justes, les solutions testées par certains couples sont loin d'être universelles (ce qu'elle reconnait d'ailleurs).
Pour la simple et bonne raison, entre autres, qu'elle a une règle : "l'infidélité n'est pas pathologique" qui ignore le particulier "l'infidélité peut être signe d'une pathologie".
Et son manque de formation dans le domaine de l'emprise lui joue des tours : rien n'est "grave" ...

D'autre part, Esther Perel reconnait qu'il y a de plus en plus de personnes infidèles. Et c'est un phénomène universel. Elle s'interroge sur les causes sans s'interroger sur la structure sociale qui les favorise...
La montée de l'individualisme, la recherche du plaisir à tout prix (qu'il faut distinguer de la recherche du bonheur qui n'est définitivement pas la même chose), la mise en compétition grandissante des personnes au travail ou dans le couple, l'explosion du nombre de personnes qui consultent pour des raisons de destruction par des "adultes rois" devrait l'aider à pousser davantage la réflexion.
Pour illustration, il serait intéressant qu'elle s'inspire des travaux de Eva Ilouz qui a un point de vue plus global (et elle non plus ne parle pas de déficience mentale) ...
Couplé à d'autres travaux en psychologie aux colorations existentialistes (qui vont dans le même sens), cela donne une autre dimension à la lecture du phénomène.
Esther Perel n'est pas une "intellectuelle" qui fait des travaux de recherche ... C'est une thérapeute qui défend une cause. Ça manque de robustesse mais son approche ne manque pas d'intérêt mais elle n'est pas aboutie.

Par exemple, Perel demande aux trompés d'accepter l'infidélité de leur conjoint au sens où "ils en avaient besoin". Mais la réciproque n'est pas acceptée par les fameux conjoints ! (Rien là dessus dans ses conférences de presse et autres Interventions médiatiques... Le problème n'existe donc pas ??!?!?).
Et c'est là que vient se nicher la pathologie... Perel voudrait un modèle de couple "libre" (je n'y vois pas pour ma part d'inconvénient la monogamie est un modèle parmi d'autres) mais pas les trompeurs pathologiques (histoire de garder un peu la main...). Ce décalage devrait être envisagé avec plus de sérieux.
La "sexologue" admet par ailleurs que même cette solution ultime ne résoudra pas pour autant le problème (mince alors) parce que l'être humain est "désir". Bof.
Dans d'autres cadres, il est aussi autre chose que désir et besoin de retrouver une image de lui-même... La psyché humaine est heureusement plus vaste.
Je souhaite bon courage à ceux qui sont obnubilés par ces deux pôles... En psychologie on appelle ça une pathologie.




Pandore a écrit :
lun. 4 juin 2018 17:35
Son livre est pour ma part, une excellente analyse globale de tout ce qui pousse quelqu'un a aller voir ailleurs .
Quand elle reçoit des "infidèles" dans son cabinet (et une clientèle qui n'est pas toujours "du peuple"), elle entend, et c'est l'idée directrice qu'elle défend, que ces personnes ne sont pas nécessairement malheureuses en couple.
Pourquoi alors la recrudescence du syndrome "cétafote" ? Ce paradoxe devrait l'interroger. Parce que si l'infidélité n'est pas pathologie pourquoi alors l'infidèle use-t-il de la culpabilisation (ce qui est signe d'immaturité structurelle) parfois de façon maladive jusqu'à détruire son conjoint ? (Ce qui est une pathologie)

Perel avance également l'idée que l'infidélité vient dire quelque chose du couple en vue de la résolution d'un problème particulier. Pourquoi alors, dans beaucoup de cas, une fois le problème révélé, certains trompeurs continuent de tromper au lieu de se concentrer sur le problème ?
Dans son raisonnement Perel ignore la différence fondamentale entre les infidèles contextuels et les infidèles structurels. Totalement. C'est une erreur.



Pandore a écrit :
lun. 4 juin 2018 17:35
Toutefois, elle même le reconnait : si les cocus donnaient autant d'imagination et d'énergie dans leur couple qu'ils ne donnent dans leur relation extra-conjugale, l'infidélité ne serait pas nécessaire.
Les cocus ou les cocufieurs ?


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre