Besoin de témoignages de couples en reconstruction

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3316
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Besoin de témoignages de couples en reconstruction

Message par Sans Prétention »

Hello!
ecco a écrit : ven. 16 juil. 2021 14:05 Ce matin premier rendez-vous avec la psy, je suis contente, je la sens bien.
La base :super:

ecco a écrit : ven. 16 juil. 2021 14:05 C'était une première séance donc j'ai beaucoup plus parlé qu'elle, mais elle m'a déjà donné quelques clés pour m'expliquer pourquoi c'est normal de ressasser comme je le fais, que ça fait partie d'un process.
Tout à fait.
Donc expliquer à monsieur que "on tourne la page, j'avance, je rebondis, on passe à autre chose", ce n'est pas entendable dans ce genre de situation.
Malheureusement.
Ce que je veux dire c'est que c'est évidemment plus facile pour le destructeur de vouloir détourner les yeux. Le détruit, lui, doit entreprendre un long travail de recollage des morceaux.
Ça paraît évident dit comme ça. Mais dans la société folle dans laquelle on vit, les principes empathiques de base semblent avoir été quelque peu oubliés.

ecco a écrit : ven. 16 juil. 2021 14:05 Elle me propose une séance d'EMDR pour la prochaine fois, pour stimuler le traitement des émotions et souvenirs par mon cerveau. Je suis un peu sceptique, mais curieuse de voir si je peux être réceptive à la méthode.
J'ai fait.
C'est bien si on cible correctement le trauma qui est et doit rester le cocufiage en lui-même.
Moi ma thérapeute elle s'est perdue dans des trucs tarabiscottés qui avaient rien à voir avec la semoule. Donc EMDR, oui, mais faut bien viser.


ecco a écrit : ven. 16 juil. 2021 14:05 Là je vais passer un week-end avec des copines, c'est chouette, je sais que je vais être bien occupée et que j'aurai moins d'occasions de repenser à tout ça.
Je te le souhaite.
D'expérience, je sais cependant que ça te rattrape à des moments où tu t'y attends le moins... Suffit d'une chanson, d'une anecdote, d'une image...

Cependant, prendre de la distance avec des amies sûres soigne plus que de rester à ressasser 🙂

J'espère que tu as bien profité de tout ces instants.
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
ecco
Cornu
Cornu
Messages : 8
Enregistré le : dim. 11 juil. 2021 14:12

Re: Besoin de témoignages de couples en reconstruction

Message par ecco »

Me revoilà par ici, envie de donner des nouvelles après quelques mois.
Aujourd'hui je vais mieux et c'est un grand soulagement de pouvoir l'écrire. J'ai retrouvé de la stabilité émotionnelle, de la sérénité et ça fait un bien fou.
Je sens mon couple plus fort qu'il n'a jamais été, ce genre d'épreuve force à communiquer et ça a été une révolution pour nous. Paradoxalement mon compagnon m'a fait énormément souffrir, et en même temps il m'a aidé à avancer ces derniers mois comme personne n'aurait pu le faire.
J'ai découvert en avril une part sombre de lui que jamais je n'aurais souhaité connaître. Il a découvert depuis des aspects de moi tout aussi sombres, que je n'aurais jamais aimé lui montrer. Je crois qu'on s'aime plus aujourd'hui, parce qu'on a appris qu'on pouvait s'aimer malgré ça, qu'on est capables d'un amour inconditionnel l'un envers l'autre. Qu'on se connaît mieux que personne ne nous connaîtra jamais. Bien sûr j'aurais aimé accéder à cette forme d'amour sans souffrir autant. Ça reste encore un regret.

J'ai traversé des moments terribles depuis sept mois, des nuits d'angoisse et de détresse absolue, des journées mornes et vides, des crises de larmes, des moments où j'ai vraiment eu envie de mourir, envie que ça s'arrête, des moments de douleur inouïe. J'ai étouffé de chagrin, de désespoir, de solitude. Et tout ça en gardant la face au boulot, avec nos proches, nos familles.
Ce qui m'a sauvée c'est qu'il a été là, à chaque fois, il m'a tirée hors du fond. Plusieurs fois j'ai senti que je l'emmenais au bord du précipice, que j'arrivais à lui faire perdre espoir. Mais malgré tout il est resté solide, inébranlable, accroché à la conviction qu'on s'en sortirait, que je me sortirais de ça. Je crois que malgré moi j'ai testé les limites de son amour et de sa volonté, je suis allée voir jusqu'où tenaient ses promesses. C'était probablement ma manière de lui faire payer sa faute.

Ce qui est le plus difficile, c'est que ça paraît interminable. Plusieurs fois j'ai cru aller mieux avant de replonger dans un chagrin encore plus profond, il y a eu un moment où j'attendais la crise suivante avec angoisse. J'ai sous-évalué au début le temps qu'il me faudrait pour digérer, et j'étais déçue chaque fois que je replongeais, lorsque ça arrive j'ai le sentiment que ça n'en finira jamais, que je suis condamnée à vivre et revivre ça. C'est la double peine, je souffre d'avoir été trompée et je souffre de ne pas m'en remettre.
Les crises se sont espacées, progressivement, mais sont devenues de plus en plus violentes. Comme si j'avais besoin de toucher le fond avant de remonter.
Et puis, il y a un peu plus d'un mois, j'ai senti un détachement par rapport à tout ça, j'ai senti que j'étais entrée dans l'après. Il n'y a pas vraiment eu un déclic, mais plusieurs choses en même temps, des discussions que j'ai eues avec lui, que j'ai eues avec des amies, des moments heureux à deux, des choses qui se sont alignées, et une forme de cheminement.
Pour moi le plus important n'a pas été de lui pardonner (même si je ne suis pas encore sûre de lui avoir complètement pardonné... pas encore sûre de ce que ça signifie). Le plus important, ça a été de me pardonner à moi-même. Me pardonner d'avoir été vulnérable, d'avoir donné ma confiance à quelqu'un qui m'a fait souffrir. Me pardonner de m'être laissée abuser. Me pardonner de n'avoir rien vu, ou peut-être n'avoir rien voulu voir. Me pardonner ma naïveté. Quand j'ai compris qu'une grosse partie de ma douleur était liée à cette culpabilité, quand j'ai fait l'effort de me pardonner tout ça, je me suis sentie plus légère. J'ai eu envie d'être indulgente envers moi-même, et surtout j'ai eu envie de rester moi-même, de ne pas laisser cette histoire me défigurer. Oui je suis naïve, tolérante, idéaliste, bienveillante, aimante, oui ça m'a fait souffrir mais je n'ai pas envie de changer. Grandir oui mais pas changer.

Tout n'est pas facile aujourd'hui, même si au fond je sens que je suis passée au-dessus, j'ai encore des moments de spleen qui me rattrapent, des pensées fugaces qui me torturent, des questions insidieuses qui tournent dans ma tête. J'ai envie d'être plus forte que ça mais je n'y arrive pas toujours. J'aimerais réussir maintenant à calmer ma blessure d'ego, à devenir fière de moi, fière d'avoir traversé ça, fière d'avoir pris soin de moi-même, fière d'avoir sauvé mon couple, fière aussi d'être aimée complètement pour ce que je suis. Je n'en suis pas encore à ce stade et régulièrement je ressens encore la honte, l'humiliation, je me sens diminuée même si je sais objectivement que je n'ai aucune raison de l'être.
Je sais aussi que j'ai parfois tendance à me complaire dans cette douleur, c'est presque devenu un refuge, une explication bien pratique de mon mal-être quand j'ai des coups de mou. J'ai parfois bien du mal à démêler les fils dans ma tête et à distinguer ça de tout le reste. Il y a des moments où je deviens une petite fille qui a juste envie d'être consolée mais qui ne sait plus pourquoi elle pleure.

Parfois quand je suis d'humeur un peu plus joyeuse, on se dit qu'on a gagné du temps avec tout ça, que ça vaut bien quelques années de psychanalyse, qu'on va s'épargner la crise de la quarantaine parce qu'on a pris un peu d'avance. C'est vrai qu'on se sent tous les deux invincibles d'avoir réussi à traverser ça, et d'avoir enfin réglé les problèmes de communication qu'on se traînait. Je me raccroche souvent à cette idée, que c'est pu**** de difficile mais qu'après ça j'ai bien mérité une vie au top. Je sais que la balance cosmique ne fonctionne pas comme ça ;)

J'espère donner un peu d'espoir à ceux qui tiennent à leur couple malgré la tromperie. Je n'ai aucune leçon à donner, je ne pense pas être sortie d'affaire. Il y a juste une chose dont je suis convaincue : tout passera. La douleur quand on apprend est fulgurante mais promis elle prendra de moins en moins de place dans votre corps, puis dans votre cœur, puis dans votre tête. Promis, vous allez vous en sortir d'une façon ou d'une autre, et la tromperie ne change rien à ce que vous êtes. COURAGE
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3316
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Besoin de témoignages de couples en reconstruction

Message par Sans Prétention »

Merci du fond du cœur Ecco pour ce retour qui donne espoir tout en étant authentique, ancré dans la réalité des personnes prises dans la spirale de ce drame.

On voit bien que rien n'est facile : la souffrance continue, les rechutes, mais également les possibles, les bulles d'oxygène. Il y a les regrets aussi.
La maturité du couple enfantée dans la douleur du réel. Le concret de la finitude humaine.
Je sens que l'attitude de M. Ecco a été déterminante dans cette reconstruction. Et ce n'est qu'un juste retour des choses.

Je vous souhaite le meilleur pour la suite, bien évidemment.
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 224
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: Besoin de témoignages de couples en reconstruction

Message par Lactus Bifidus »

Merci Ecco, je suis très heureux de lire ces nouvelles et de voir que cela va mieux pour toi. Très touchant en effet ! Et c'est très impressionnant de voir la sagesse que tu sembles avoir retiré de toute cette histoire. J'ai l'impression de me lire quand tu dis "j'aurais aimé accéder à cette forme d'amour sans souffrir autant." Je n'aime pas parler d'amour inconditionnel, mais oui, je pense que pour nous aussi il est revenu, avec la communication qui comme toi nous faisait vraiment défaut.

Tu as raison, c'est important de se pardonner à soi-même. Ce chemin-là peut-être que je ne l'ai pas encore terminé. J'espère pouvoir atteindre un jour ta sérénité : j'ai pour ma part encore un peu trop souvent les spleens que tu décris. Mais comme tu dis, cela s'espace, et peut-être que comme toi, un jour, j'en sortirai grandi.

Encore merci pour tes paroles,

Lactus
De Pierre à Paul, en passant par Jules et Félicien,
Embrasse-les tous, Embrasse-les tous, Dieu reconnaîtra le sien !
Passe-les tous par tes armes, passe-les tous par tes charmes,
Jusqu'à ce que l'un d'eux les bras en croix, tourne de l'œil dans tes bras
Avatar du membre

Auteur du sujet
ecco
Cornu
Cornu
Messages : 8
Enregistré le : dim. 11 juil. 2021 14:12

Re: Besoin de témoignages de couples en reconstruction

Message par ecco »

Merci à vous deux, vos messages me font chaud au cœur.

"La maturité du couple enfantée dans la douleur du réel" c'est tellement ce que je ressens.
C'est loin d'être une situation enviable mais je trouve que c'est finalement très constructeur, ça pousse à aller au fond de soi, à affronter des angoisses qui dépassent même le cadre du couple, à apprendre à se connaître et à s'aimer un peu plus.
Je pense qu'il y a encore beaucoup de bas qui m'attendent mais je m'accroche à cette idée que je ne vis pas tout ça pour rien.

Qu'est-ce qu'on va devenir sages ! :wink:
Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 537
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22
Mon histoire : viewtopic.php?t=3907

Re: Besoin de témoignages de couples en reconstruction

Message par Mitsou78 »

ecco a écrit : lun. 15 nov. 2021 19:18 Merci à vous deux, vos messages me font chaud au cœur.

"La maturité du couple enfantée dans la douleur du réel" c'est tellement ce que je ressens.
C'est loin d'être une situation enviable mais je trouve que c'est finalement très constructeur, ça pousse à aller au fond de soi, à affronter des angoisses qui dépassent même le cadre du couple, à apprendre à se connaître et à s'aimer un peu plus.
Je pense qu'il y a encore beaucoup de bas qui m'attendent mais je m'accroche à cette idée que je ne vis pas tout ça pour rien.

Qu'est-ce qu'on va devenir sages ! :wink:
Je plussoie !!!!
L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Répondre