En miettes, mais j’essaye d’avancer

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 457
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Mitsou78 »

Mitsou78 a écrit : ↑ven. 21 mai 2021 09:07
Une cohabitation n'a de rassurance que pour lui, quand à toi .... :kelkon:
Je crois en vrai que y’a un côté rassurant pour nous deux dans cette situation. Je l’avoue.
Même si le prix est plus cher payé de mon côté
Haut


Dépendance :wink:
L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 106
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Dnj a écrit : ven. 21 mai 2021 13:22 Tu l'aimes lui, ou tu aimes l'image que tu te faisais de ce qu'il était (mais n'est pas réellement)?
J'aimais la personne que je connaissais jusqu'ici, avec ses qualités et ses défauts. Est-ce que c'était juste une image? Sûrement en partie. Est-ce que je l'aime lui actuellement? Malgré tout ça, je crois que oui. Dépendance comme dit Mitsou? Sûrement aussi.
Réfléchis y sincèrement.. Ca serait la pire configuration pour toi : qu'il reste avec toi non parce qu'il te veut toi, mais pour une raison extérieure
Je veux dire quand je dis ça, c'est qu'il reste aussi pour moi. C'est juste que je sais, que l'équation m'inclue forcément moi et mes enfants. Bon de toute façon, il ne l'a pas fait. Et sûrement vu l'accumulation, de blessures, de déception. C'est lui qui a raison.
Si tu t'exposes encore à lui, il va t'avaler émotionnellement.
je le sais que trop bien, surtout en ce moment. Je travaille dessus là. Je ne vais plus vers lui, mais je n'arrive pas encore à le repousser quand il vient vers moi pour mon consoler (alors que c'est lui qui me fait mal). Le détachement c'est compliqué.
Exactement. Choisir c'est décevoir. La question c'est qui. Lui il a choisi de te décevoir toi, même s'il veut limiter la casse comme il peut.
Toi, qui vas tu choisir de décevoir? Toi aussi?
C'est dur ça même si je sais que tu es dans le vrai. Je sais que je n'accepte pas qu'il ne m'ait pas choisi, après tout ce que l'on a vécu ensemble (et ce que j'ai donné pour nous aussi). Il essaye de limiter la casse mais en vrai ça ne fonctionne pas.
Combien de temps? As tu acté quelque chose là dessus?
La cohabitation devrait durer le temps de mon congé maternité + congé parental. En gros un peu plus d'un an. Qu'il passe cette première année avec sa fille, et moi aussi avec elle. Ensuite nous avons notre nounou qui peut prendre le relai.
Est-ce qu'il y a d'autres moyens pour ce congé parental?

- Je n'ai pas de famille, ou de proches qui pourraient m'accueillir mes 3 enfants et moi. Donc de ce côté là c'est compliqué.
Mais en gros :

- On est séparé mais cohabitons sous le même toit : Chacun sa chambre, son espace. Mettre en place des régles pour réapprendre à vivre ensemble mais séparés. Mettre des limites. En gros c'est un appart familial. Pas de vie amoureuse sous ce toit, et les messages et appels pas en présence de l'autre. Je ne veux pas voir que ça existe. Mettre en place, la garde alternée sous le même toit? (Chacun sa semaine par exemple, où il gère le quotidien des enfants, l'autre a sortie libre. Vois si ça peut s'envisager) Respecter chacun sa vie privée, mais quid du détachement qui risque d'être plus compliquée (surtout pour moi). Mais oui je suis aussi avec mes enfants à temps plein pendant une année.

- Il me laisse l'appartement, je peux avoir mon congé parental mais je ne mets rien de côté. Et lui à voir où il accueille les enfants (il aura les moyens de prendre un studio seul, trop petit pour elles). Est-ce qu'il vient chez nous pour ses jours de garde? Est-ce que moi je vais dans le studio pendant ce temps (me semble que c'est Dolto qui proposent ça pour que les enfants n'aient qu'un seul chez soi, plus "équilibrant". Que ce soit les parents qui bougent plutôt qu'eux.

- Je pars maintenant (enfin ces prochaines semaines), je ne peux pas prendre mon congé parental, ce sera trop juste financierement. Mais je peux négocier un temps partiel à 50% par exemple à mon boulot. Et vu la situation demander un poste avec des horaires adequats (tendu mais bon ça se tente). Après niveau économies, je mettrais plus de temps mais je peux y arriver quand même.

- Option folle sur un coup de tête s'il me fait un coup de p*te (je sais c'est déjà le cas... ) je prends mes cliques et clacs et part bosser à la frontière Suisse. Pas de congé parental mais je gagne bien ma vie, je peux acheter rapidement quelquechose, j'ai mes enfants avec moi. Mais lui ne les voit pas. Je sais qu'il n'a qu'à assumer. MAis moi je ne suis pas sûre d'assumer, cela ne me ressemble pas.
C'est ta peur qui te porte (je ne te la reproche pas hein, dans ta situation c'est normal d'avoir peur, sois juste consciente qu'actuellement tu es portée par elle).
Peut être... commence à te dire qu'une situation comme ça ne durera pas. Ce n'est pas parce que tu es célibataire aujourd'hui que tu le seras encore dans un an ou deux. Quand tu seras prête, il y aura quelqu'un de qualité qui partagera ta vie et t'aidera pour les gamins (j'ai écrit sur un autre fil l'histoire de ma collègue émilie si tu veux la lire).
Et j'ai l'impression que ton intérêt c'est de faire en sorte de te rendre prête rapidement plutôt que de maintenir la transition.
Oh oui j'ai peur c'est certain, ça doit jouer aussi sur mes choix. Je crois qu'il me faut un peu de temps, pour arriver à surmonter ça. Je me rends compte de tout ce qui est chamboulé en 4 mois (toute ma vie en vrai) et c'est vertigineux. J'ai lu le témoignage de ton amie. Et c'est vrai que c'est inspirant et rassurant pour plus tard. Je ne me sens absolument pas prête à imaginer avoir quelqu'un d'autre dans ma vie. Déjà m'avoir moi bien, cela me paraît un bon départ. Le reste on verra après. Mais j'entends ce que tu dis sur le fait d'arracher le sparadrap maintenant plutôt que d'attendre et que ça pourrisse encore plus. En vrai je n'aurais pas un bébé de 12 jours dans les bras. Je partirai maintenant et ne me retournerai pas.
Que penses tu de ça? L'as tu fait?
Pas encore fait, je l'ai vu jeudi. Je vais poser tout ça sur papier. Je pense que cela pourrait être un bon début, concrètement je partirai pas dans tous les cas dans les semaines qui viennent. Je me dis que je peux voir d'ici la rentrée (avec elle qui ne sera plus dans les parages) si j'arrive à vivre ainsi en colocation. Et selon le cas, rester ou partir pour de bon.
Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 122
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Lactus Bifidus »

Hello Meihra,

De mon point de vue, se fixer une échéance c'est le meilleur conseil que j'ai reçu. Et de manière surprenante, un point sur lequel tout le monde a toujours concordé : les 5 thérapeutes que j'ai rencontrés autant que les amis et internautes qui m'en ont parlé.
Je ne lui en ai jamais parlé mais mon échéance à moi, c'était 6 mois à compter de Décembre, je m'étais fixé (et inscrit dans mon agenda) sur le mois de Juin qu'il faudrait prendre une décision. Soit acter que les conditions étaient réunies pour que je reste, soit acter que rester était impossible, et commencer à prendre mes dispositions pour m'en aller. Cela aide d'avoir un but et ça t'aidera surtout à ne plus perdre de temps, la vie est courte et il faut que tu prennes le temps dont tu as besoin pour avancer. Tant qu'il est dans ta vie, tu ne peux pas...
De Pierre à Paul, en passant par Jules et Félicien,
Embrasse-les tous, Embrasse-les tous, Dieu reconnaîtra le sien !
Passe-les tous par tes armes, passe-les tous par tes charmes,
Jusqu'à ce que l'un d'eux les bras en croix, tourne de l'œil dans tes bras
Avatar du membre

tsunami
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 70
Enregistré le : mer. 5 mai 2021 11:20

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par tsunami »

waouh Meihra...je sais tellement ce que tu ressens! je suis comme toi j'ai cru aussi à un coup de folie, qu'il allait revenir sur terre jusqu'au jour où j'ai compris qu'il fallait que je parte pour ne plus subir ce cauchemar. Mon état mental était en danger.

Bon je suis neuneu car je lui ouvert ma nouvelle porte...ça c'est une belle connerie!

Juste pour te dire que tu dois partir car il est complètement instable. Comment veux tu cohabiter avec un pas net que tu aimes encore ? (c'est plutôt de la dépendance affective et de la trouille) même si tu ne le veux pas, tu vas le surveiller, épier ses faits et gestes, tu vas te faire mal.

Tu ne pourras pas être sereine dans ces conditions. Pour tes enfants il faut te reconstruire et penser à eux avant tout. Sous le même toi que lui tu n'y arriveras pas...

Tu vas sûrement choisir la solution de cohabitation parce que la peur est plus forte que tous les mots qu'on pourrait te dire mais un jour il y aura cette petite goutte d'eau qui te donnera la force de réagir et tu agiras.
Pour le moment prends soin de toi, reprends des forces et d'ici quelques semaines quand tu auras repris du poil de la bête la solution viendra d'elle même. Bises
Avatar du membre

Dnj
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 186
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Dnj »

Il essaye de limiter la casse mais en vrai ça ne fonctionne pas.
De ton point de vue, qu'est ce qui pourrait fonctionner ?

Sur tes 4 options concernant la suite :

1) la cohabitation est matériellement la plus simple, mais passe t elle les bons messages ? Par exemple à tes filles, comprendraient elles que leurs deux parents vivent ensemble sans s'aimer ? Que l'appartement est "juste" un appartement familial et non un endroit où tout le monde s'aime ? De plus il y a toi : si tu prends un congé parental c'est d'abord pour profiter de tes enfants. Est ce que tu y arriverais bien en sachant tout ça, même si tu ne veux pas voir que ça existe ? Il y a un risque non négligeable que tu passes ce congé avec la boule au ventre, c'est un peu dommage.
Avantage : matériel
Inconvénient : boule au ventre pour toi, et situation peu claire pour les petites

2) cette option là est mieux. Tu ne vis plus avec lui, donc vous actez la séparation. Les filles restent dans l'appartement (sauf la dernière j'imagine qui reste avec toi si tu allaités), et vous vivez dans cet appartement là une semaine sur deux à tour de rôle. Matériellement c'est plus compliqué (sauf si c'est lui qui paye le studio, mais ça te fait dépendre de lui encore).
Avantage : message plus clair pour les filles, pas de boule au ventre pour toi parce que séparation actee
Inconvénient : les allers retour c'est chiant, un studio à payer une semaine sur 2

3 et 4) tu pars maintenant sans congé parental. Un peu dommage si c'est ce que tu veux. N'envisage pas 4 si ca ne correspond pas à ce que tu souhaites (encore que d'un autre côté.. Il peut tout à fait lui aussi venir près de la Suisse pour rester près de ses enfants.. J'ai connu des collègues qui ont muté pour ça. Pourquoi serait ce à toi de rester dans cette région dans laquelle tu n'as pas d'appui, au lieu qu'il te suive ? )

J'ai l'impression que tu restes dans cet appartement à subir la situation pour ne pas perdre la possibilité du congé parental et pour des raisons matérielles. Peut être y a t il un autre moyen d'avoir un tel congé sans passer par la ?
Quelques considerations qui valent ce qu'elles valent :
- souhaites tu absolument ce congé parental maintenant ? Peut il être différé et pris dans quelques mois ? Si c'est le cas, ça peut te laisser le temps d'assainir ta situation pour prendre ce congé quand tu seras sereine et ainsi pleinement en profiter.
- tu as des proches, même s'ils n'habitent pas ici. Y a t il une façon qu'ils pourraient mettre en œuvre pour te venir en aide ?
- sur qui peut tu t'appuyer à court terme ?

A noter : étudie quand même l'aspect financier avec un avocat. Si tu divorces il aura probablement une pension alimentaire à te payer pour les gamins (surtout s'il a l'avantage en nature de ne pas payer de loyer.. Ca s'etudie mais ça m'étonnerait que les juges n'en tiennent pas compte).
Ce que tu peux faire : dépense 100 euros et discute 2h avec un avocat qui connaît ces questions là, ou un juriste ou une assistante sociale, et qui pourrait te donner des pistes que tu n'as pas envisagé ? Ce qu'il te faut c'est un appui de quelqu'un qui sait légalement ce qui est possible et qui a déjà rencontré plein de cas similaires.

Tu n'as pas à te résoudre à vivre cette cohabitation si elle n'est pas bonne pour toi. Prend d'abord du temps avec des professionnels pour au moins savoir quelles sont toutes tes options.
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 106
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Dnj a écrit : dim. 23 mai 2021 21:26

De ton point de vue, qu'est ce qui pourrait fonctionner ?
Je crois que je veux juste qu’il arrête de limiter la casse. Qu’il soit honnête avec lui même. Il a foutu la merde, sans penser aux conséquences. Il m’a sacrément brisé et même en essayant fort cela n’est pas réparable. Pas par lui en tout cas. Donc qu’il arrête de vouloir être là pour moi, je veux qu’il soit là pour nos enfants. Je n’ai pas envie qu’il me console alors que c’est lui qui me blesse. Je ne veux pas qu’il soit gentil avec moi. Et je ne veux pas être son amie. Je suis, j’étais sa femme, son amour. Alors les miettes non merci. Juste du respect, celui dont il a manqué ses derniers mois.
Sur tes 4 options concernant la suite
1) oui c’est le risque que le message passe mal pour les filles. Surtout ma cadette. Après de l’amour familiale, on en a. Je pense effectivement que c’est surtout comment moi je vais gérer tout ça. Si j’arrive à me détacher de lui comme ça ou non. Si je le fais effectivement c’est autant pour moi que pour lui. Pour qu’il soit avec sa fille, et moi mon congé parental. Le différer a peu d’intérêt, car c’est cette première année que je veux passer avec elle. Lui éviter aussi de subir mes horaires de boulot. Effectivement un confort matériel. Une incertitude psychologique.

2) c’est je pense une bonne option pour moi je le sais. Une moins bonne pour lui pour sa fille. Je sais que je ne devrais pas m’en soucier mais je n’y arrive pas. Au moins pas avant d’avoir essayé la première solution. Mais une bonne solution de repli si c’est trop pour moi. Pour le prix du loyer, j’avoue je me sens pas dépendante même si c’est lui qui paye. J’appelle ça un juste retour des choses en vrai.

3) 4) c’est vrai ce ne sont pas des solutions que je souhaite. La 4) si mais je me dis plus tard pourquoi pas.
En vrai implicitement on s’est dit que personne ne déménageait pour le moment. Mais je pense qu’il serait prêt à suivre en vrai.

- tu as des proches, même s'ils n'habitent pas ici. Y a t il une façon qu'ils pourraient mettre en œuvre pour te venir en aide ?
- sur qui peut tu t'appuyer à court terme ?
Mes parents vont m’aider financièrement pour acheter mon chez moi. Mais ils ne peuvent pas tout de suite et pas pour tout. D’où l’intérêt pour moi aussi de pouvoir économiser jusque là.
Après j’ai des amis qui peuvent m’aider à avancer. Me changer les idées, penser à moi. Garder mes filles. C’est déjà beaucoup de savoir que je ne suis pas seule.
A noter : étudie quand même l'aspect financier avec un avocat.


Tu as raison, je l’avais déjà envisagé car je suis loin de tout connaître. Pour une PA. Pour bébé y’en aurait une. Après pour les filles en garde alternée je ne pense pas. Car même si logement avec avantage en nature moi je gagne plus que lui. Donc au final ça nous fait des revenus équivalents. Mais pour les conseils annexes dans tous les cas ça me parait une bonne idée.
Tu n'as pas à te résoudre à vivre cette cohabitation si elle n'est pas bonne pour toi. Prend d'abord du temps avec des professionnels pour au moins savoir quelles sont toutes tes options.


Promis je vais faire ça. même si c’est vrai que je veux essayer cette cohabitation (avec échéance personnelle çà me paraît très bien effectivement comme dit Lactus) Je vais assurer mes arrières, prendre conseil et ne pas m’oublier. Je ne ferai pas ça à n’importe quel prix.
Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 457
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Mitsou78 »

Je ne crois pas que la cohabitation soit un message probant pour les enfants, quelque soit leur âge, ils possèdent une faculté d'adaptation que nous avons perdu encore plus en cette période émotionnellement chamboulée.

Quand à toi, la reconstruction personnelle ne peut de façon stable s'opérer.
De tes options, choisi celle qui t'est la plus confortable, celle qui te "percute" le plus, mais faire un choix pour TOI sera le premier pas de ta reconstruction.

Bon courage.

:fleur
L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 106
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Bonjour par ici,

Ici c’est le premier jour en tête à tête avec bébé (enfin presque ma cadette est là vu que son enseignante n’est pas là 😅). Mr retourne au travail, son congé paternité est fini. Je crois que c’est mieux comme ça. Les moments à 2 sont bien trop bizarres. Et les efforts qu’il fait pour que la cohabitation séparés se passe bien me laisse perplexe, vu qu’il me disait ne pas en être capable pour reconstruire ensemble. Bref je vais pas chercher de logique là dedans.

Il l’a vu 2 fois, en me mentant sur ce qu’il faisait. Je l’ai grillé direct même s’il s’obstinait a dire que non (je suis idiote une fois, pas deux). Il a fini par avouer. Et je lui ai dit qu’il était hors de question que je joue à la baby-sitter pour qu’il aille jouer les amoureux en terrasse. Surtout qu’il avait dit que sa priorité ces prochaines semaines c’était bébé et que moi j’aille mieux et qu’eux ils verraient plus tard 🙄.

Donc j’ai compris la discordance entre les mots et les actes. Je lui ai dit que je sais qu’il est tout à fait capable de ne pas la voir ces prochaines semaines et qu’elle, elle est prête à tout pour être avec lui et qu’elle l’attendra. Donc si finalement il va quand même la voir, et surtout qu’il me ment encore. C’est qu’en vrai il s’en fout de ce que je peux ressentir. S’il a peur de la perdre elle, et que c’est plus important que d’être avec sa fille (comme il me dit pourtant) qu’il aille avec elle.

Je lui ai dit que c’était sa vie, ses choix. Je fais les miens maintenant. Mais qu’il comprenne bien que s’il ne voit pas sa fille comme il aimerait ce n’est pas de mon fait.
Il m’a dit que si, il le voulait vraiment que je sois bien, et être avec notre fille. Et qu’il l’a verrait plus. Mais je ne le crois pas. Et en vrai c’est pas mon problème.

Comme j’ai dit je tiens à cette cohabitation pour ma fille. Mais je ferai pas les choses toute seule. Et certainement pas au prix de me perdre. Surtout pour lui.
Alors dans ma tête c’est très clair, je fais ma vie pour le moment, j’avise à la rentrée comment c’est. Et je partirai sûrement car je ne me fais pas d’illusions.

Finalement j’ai appris qu’en congé parental, si je suis parent isolée suite à une séparation j’ai le droit au rsa pendant un an. Et j’aurais de quoi vivre seule avec mes filles ces quelques mois avant de retourner au travail. La solution me gêne un peu (j’ai un travail à la base). Mais je me dis qu’avec ce qui m’arrive ce n’est pas profiter en vrai, que d’utiliser cette aide en dernier recours. Donc ça me rassure. C’est moi qui décide de ce que va être ma vie.

Sinon hier, j’ai reçu 2 messages de Mme Sandwich (je l’avais croisé 5 min avant dans la cour du lycée ).
C’est idiot de ne pas t’avoir salué. Aucun son ne voulait sortir de ma bouche. Désolée.

C’est sans doute te demander l’impossible, mais j’espère qu’un jour nous saurons nous croiser sans animosité ou malaise (petit smiley mains qui prie)
Je m’en serai bien passée mais j’hallucine quand même...
Je ne sais même pas si elle se rend compte en vrai. Bref ça m’a démangeait mais j’ai pas répondu. Autre chose à faire.
Mais qu’elle s’inquiète pas, pas de malaises de ma part, je suis droite dans mes bottes, j’ai rien détruit pour arriver à mes fins. Et là croiser, aucun intérêt, elle ne fait pas partie de ma vie.
Avatar du membre

Dnj
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 186
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Dnj »

Salut :)
Il m’a dit que si, il le voulait vraiment que je sois bien, et être avec notre fille. Et qu’il l’a verrait plus.
Ca ne fait jamais que la 2 3 4ème fois qu'il te fait le coup. La prochaine fois il te dira la même chose mais avec la main sur le coeur pour donner un peu plus de poids.
En fait, la suite ne dépend que de ta résilience. Soit tu te dis que tu tiens jusqu'à la 8ème ou 9ème fois et que tu réussis à faire semblant d'ici là; soit tu actes le ridicule de la situation et tu penses "porte de sortie" parce que ce n'est pas à ça que devrait ressembler un début de maternité. En fait vu de l'extérieur c'est comme un élastique : il est à peu près évident que tu vas craquer à un moment vu qu'il ne lâchera jamais cette nana (c'est déjà ce que tout le monde ici te disait il y a plusieurs mois), l'inconnue c'est quand. Un peu comme tsunami : quand on lit un peu le truc entre les lignes dès le premier post c'était à peu près évident comment ça se terminerait, mais la seule inconnue c'est quand ça va se produire.
Surtout qu’il avait dit que sa priorité ces prochaines semaines c’était bébé et que moi j’aille mieux et qu’eux ils verraient plus tard
Image
Mais je me dis qu’avec ce qui m’arrive ce n’est pas profiter en vrai, que d’utiliser cette aide en dernier recours.
Franchement, je suis pas le mec le plus "pro aides en tout genre" qui soit, et pourtant c'est bien dans les situations comme la tienne que personne ne trouvera une aide illégitime.
Il n y a AUCUNE honte à solliciter une aide à un moment de sa vie, c'est la situation que tu vis qui n'est pas normale et ce n'est pas profiter que solliciter une aide pour mieux passer la transition.
Mais je ferai pas les choses toute seule. Et certainement pas au prix de me perdre. Surtout pour lui.
Pourtant vu de l'extérieur c'est un peu ce qui a l'air de se passer...
"C’est sans doute te demander l’impossible, mais j’espère qu’un jour nous saurons nous croiser sans animosité ou malaise"
Il vaut mieux lui répondre :
"dans une autre vie peut être; dans celle ci j'ai encore suffisamment d'amour propre pour ne pas accepter d'être dans la même pièce que toi pendant plus de 10s".
Ca devrait passer le message clairement. Et évidemment, tu bloques son numéro.
Parce que là parti comme c'est parti les deux ont dû se dire que ça serait vachement bien qu'ils soient en couple tous les deux et potes avec toi. Ca doit les aider à moins se dire qu'ils font de la merde, "ah mais on ne fait rien pour couper les ponts avec toi, on est pas des bêtes".
Comme tu l'as dit : il n'est pas capable de faire des efforts pour reconstruire avec toi (parce que ce n'est pas ce qu'il VEUT); mais il veut bien faire des efforts pour que toi tu sois pote avec eux deux en couple. Glauque hein? La cohabitation pour lui c'est tout bénef parce que ça lui permet d'essayer de te convaincre de tendre vers ça. Dans 5 ans quand tu seras sortie de tout ça et que tu verras ça avec un oeil différent tu réaliseras l'énormité de la situation qu'il t'a fait accepter.
Je dirais même mieux : sa priorité n'est pas sa fille, c'est faire en sorte que toi tu puisses être pote avec eux deux. Pour l'instant tu es dans une sorte de bourbier et tu essaies de te convaincre que c'est dans l'intérêt de tes enfants mais essaie de voir ça avec du recul et de voir vers quoi ils essaient de t'amener...
En fait, toi tu veux cette cohabitation parce que tu veux qu'il soit un bon père (et aussi un peu secrètement dans l'espoir qu'il revienne vers toi même si tu ne te l'avoues pas). Lui il veut cette cohabitation parce que c'est plus confortable pour lui et qu'il aimerait bien être en couple avec cette nana et que vous soyiez potes tous les 3, les gamins entrent factuellement au second plan. Ouvre les yeux... Le jour ou une de tes gamines se retrouve dans une telle situation tu lui diras d'accepter une telle cohabitation?
Avatar du membre

milo91
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 74
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par milo91 »

Hello,

N'ai pas de gène à utiliser les aides, tu as travaillé et cotisé pour la solidarité nationale, c'est la force et la beauté de la france de pouvoir aider ses concitoyens dans la faiblesse.

Bah, pour la sandwich, déjà elle reste polie, après c'est une pauvre fille, donc tu as raison de l'ignorer, elle ne mérite, ni plus, ni moins...

Après, et c'est mon coté "revenchard" je lui enverrai bien quelques scuds numériques bien senti (sa famille et ses amis devraient être heureux de connaitre sa personnalité...)

Mais bon, une tatoueuse... déjà on est sur de l’asocial de compét alors sa réputation, elle doit s'en taper...

Enfin je digresse lol, reste centrée sur tes filles et ..... inscrit toi sur un site de rencontre, (peut être une bonne occasion de passer à autre chose, peut être simplement un peu de réconfort à te faire draguer et reconstruire ton ego).

Bises :fleur
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 106
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

milo91 a écrit : lun. 31 mai 2021 11:00 Enfin je digresse lol, reste centrée sur tes filles et ..... inscrit toi sur un site de rencontre, (peut être une bonne occasion de passer à autre chose, peut être simplement un peu de réconfort à te faire draguer et reconstruire ton ego).

Bises :fleur
Mr, c’est mon premier et unique pour tout. Alors les sites de rencontre j’ai jamais utilisé, je ne sais pas faire. Je ne sais même pas si j’ai envie. Que ce soit aujourd’hui ou même jamais. Je crois que pour avoir vécu déjà un certain nombre de déceptions amicales et professionnelles à être trop gentille. Là, la blessure par la personne en qui j’avais le plus confiance et que j’aimais, c’est un peu la goutte d’eau. J’ai juste envie de me couper de l’humanité. Être gentille ça ne paye pas. Ça permet juste aux autres de nous écraser sans remords.
Dnj a écrit : lun. 31 mai 2021 10:45 En fait, toi tu veux cette cohabitation parce que tu veux qu'il soit un bon père (et aussi un peu secrètement dans l'espoir qu'il revienne vers toi même si tu ne te l'avoues pas). Lui il veut cette cohabitation parce que c'est plus confortable pour lui et qu'il aimerait bien être en couple avec cette nana et que vous soyiez potes tous les 3, les gamins entrent factuellement au second plan. Ouvre les yeux... Le jour ou une de tes gamines se retrouve dans une telle situation tu lui diras d'accepter une telle cohabitation?
Non je ne voudrai pas ça pour mes filles c’est certain.
La vérité, c’est que je sais que je ai besoin de quitter tout ça. Je ne suis pas bien comme tu dis, on a vu mieux comme début de maternité (on a aussi vu mieux en terme de grossesse). J’ai envie de passer à autre chose et être mieux. Et il ne me le permet pas.
Mais oui j’ai l’impression de le priver de notre fille si je fais ça. Et oui cette petite part de moi qui ne veut pas acter la fin définitive de notre couple, au cas où (en sachant très bien qu’on ne pourrait pas être heureux après tout ça ).
Et aussi que je ne me sens pas la force (pour le moment) d’élever 3 enfants seule.

Et là je me sens juste misérable. Parce que moi j’ai tout donné, j’ai aimé, j’ai soutenu, réparé, relevé. Et moi il m’a juste détruite au final. Bon c’est pathétique mais je me sens pathétique...
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3126
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Sans Prétention »

J'aurais dit les choses autrement mais avec la même direction générale. Et ça m'a fait marrer la marmotte. Lol.

Mis à part peut être que j'ajouterais que tu as le droit d'utiliser Mister Tatoo de la manière qui te sied vu qu'il t'utilise aussi. A condition que tu sois claire avec toi-même sur tes attentes : le retour en grâce c'est pas souhaitable. Même si c'était possible, je ne te le souhaiterais pas.
Le plan 3 potes avec sandwich-cocue-cf c'est quand même barré comme scénario.

Je dis pas que ça existe pas ou que c'est mal. Je dis que ce qui se trame est une concertation à deux contre un qu'on appelle "délit d'initié" et que c'est de la manipulation de haut vol (avec bouclier humain infantile ce qui rend la chose encore plus gerbante). C'est peut-être inconscient mais leur manège est sacrément toxique. Si tu te surveilles pas tu vas y laisser des plumes...

J'aimerais également te rassurer sur toi-même et je voudrais éviter les messages à la con qui font semblant de faire du bien. Mais je vais tout de même m'y risquer.
Tu n'imagines pas le nombre de témoignages que j'ai lus... Rien que pour faire les adultèmes... Et puis j'ai quand même remarqué des récurrences, des saillances dans les écrits.
Une soif de vérité et d'humanité. Des aspirations hautes. Ouais des défauts aussi. Bien sûr. Qui n'en n'a pas ? Mais une vision de ce que devrait être l'amour le partage...

Et un jour j'ai voulu en avoir le cœur net. J'ai rencontré certaines personnes du site IRL. D'autres ont mon fb.
J'ai voulu voir par moi-même au-delà des écrans.

Bah sérieux... Vous êtes de belles personnes les gars, les filles. Peut être un peu trop idéalistes pour ce monde là mais avec une valeur phénoménale... Vraiment.

Moi rencontrer Jag, Motrix, Fishbone et d'autres ça m'a redonné espoir en l'humanité.
Bien sûr on a nos emmerdes. Bien sûr certains s'en sortent mieux que d'autres sur certains points mais bon sang, pas de cassos crevard repoussant.
Le regard de votre douce moitié ne compte plus : regardez autour de vous. Vous valez mieux que ce que son œil dit.

C'était ton premier. Parle plutôt de brouillon. Il en faut pour faire une œuvre.

Allez vraiment Meirah, t'es une femme courageuse et splendide. Avec mes respects les plus profonds. Merveilleuse maman...
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Dnj
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 186
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Dnj »

Être gentille ça ne paye pas. Ça permet juste aux autres de nous écraser sans remords.
J'ai longtemps eu le même problème.
En fait, ce n'est pas être gentil qu'il faut. C'est être gentil avec les bonnes personnes.
Par défaut (valable pour tout le monde) je préfère être réglo (= tenir la parole donnée; et ne pas s'engager sur un truc en sachant qu'on ne pourra pas le faire). Rendre service et être correct, mais si la personne n'est pas digne de confiance alors je n'hésite plus à me barrer parce que je préfère dépenser mon temps là ou c'est pertinent.
Comme dit à deg : on est la moyenne des 5 personnes qu'on fréquente le plus; donc garde ta gentillesse pour des gens qui le méritent vraiment et contribuent à te rendre une meilleure personne. Pour les autres contente toi juste de tenir ta parole et d'être ferme là dessus.
Je ne suis pas bien comme tu dis
Oui, et c'est bien que tu le reconnaisses.
Ce qui peut faire la différence c'est ce que tu en fais : tu peux aller parler à un psy pour commencer (non il n y a pas de honte). Rapproche toi de gens à qui tu peux te confier (des amis proches si tu as ça?). En gros... recentre les piliers de ta vie sur des personnes qui tiennent la route.
N'aie pas honte d'avoir besoin d'aide, dans ta situation y a aucune honte à avoir.
Bon c’est pathétique mais je me sens pathétique...
Je me répète, ce n'est pas "toi" qui est pathétique, c'est la situation que tu as vécu qui est anormale. Prend n'importe quelle autre personne et met là dans cette situation, tu verras qu'elle aura aussi besoin d'aide (sauf de rares exceptions). Dirais tu que cette personne là est pathétique?
Mais oui j’ai l’impression de le priver de notre fille si je fais ça.
Voilà le vrai problème de fond. En fait c'est ta façon de formuler ça qui est boiteuse et à cause de ce paradigme faux c'est le reste du raisonnement qui ne tient pas.
Quand tu dis ça, tu sous entends en gros que c'est toi qui es responsable de tout ça. Que c'est toi qui le prive de quelque chose.
Et ça c'est faux !
Ce n'est pas toi qui le prive de quoique ce soit. C'est lui qui s'en est privé avec SES choix à lui (ses choix passés et même ses actuels puisqu'il continue de voir cette nana). Assumer un enfant à deux ça marche bien quand les deux personnes s'aiment et se respectent. Lui il a fait le CHOIX de sortir de ce couple, et tout ce qu'il te propose c'est une cohabitation toxique et une amitié avec lui et la personne avec qui il couchait quand tu étais enceinte, et quelques enlassades pour te faire avaler la pilule après avoir été boire un coup avec sa tatoueuse, c'est minable.
Ne parle pas comme si tu étais la responsable de tout ça. Et ne pars pas du principe que tu dois te sacrifier pour lui. Il est majeur et en âge de faire ses choix; il a fait ses choix alors il en assume les conséquences. Etre adulte c'est ça, c'est assumer ses choix.
Et les conséquences de ses choix c'est : soit te démolir toi via cette cohabitation que tu ne supporteras pas; soit élever un enfant à distance (ça s'organise). Tu ne peux pas accepter d'endosser les conséquences de ses choix à lui.

J'aimerais te faire prendre conscience d'un truc :
Quand tu étais en couple avec lui, la règle (tacite ou explicite) c'était : on est fidèle l'un à l'autre.
Il est passé outre. (2 fois, dont l'une ou tu n'étais pas au courant). Toi tu as pardonné (un peu vite) et tu as retenté avec lui.
Vous vous êtes promis de repartir sur un bon pied et d'être fidèles., et lui de ne plus voir cette nana.
Il est passé outre quelques semaines après. Vous actez la séparation et envisagez une cohabitation.
Vous vous dites : ok pour la cohabitation, mais avec des règles, notamment que tu n'entendes pas parler de cette nana.
Et devines quoi? Il passe outre une nouvelle fois.
Ce mec ne respecte RIEN des règles que vous vous définissez, il ne tient même pas 15 jours.. Lui imposer de ne pas voir cette nana c'est comme si tu lui accrochais une laisse, ça ne sert à rien, il ne VEUT PAS ne pas la voir. Ce qu'il veut c'est que tu t'y habitues, et même que tu sois pote avec; et il te fera autant de hug que tu veux si ça te conduit à être pote avec sa tatoueuse!
Qu'est ce que tout ça dit de lui?
A quel moment vas tu te dire que c'est bon, ça va là..

Un enfant, c'est du long terme. Tu en as pour au moins 15/18 ans à les avoir sous ton toit; dont 6 en bas âge. Est ce que tu te vois tenir 6 ans avec ton ex mari dans ces conditions? Avec tes enfants tu es partie pour un marathon, ne t'impose pas un truc qui te démolit dès la ligne de départ..
Ne t'impose pas de courir un marathon avec une vis dans ta chaussure! A court/moyen terme tu seras seule pour élever tes enfants. Acte le. Et tu en as la force, toutes les mères l'ont. J'ai une cousine qui a eu les mêmes doutes que toi, elle avait 17 ans à la naissance de son premier et son ex la battait et l'attachait parfois même. Elle a tout quitté et aujourd'hui elle gère parfaitement sa vie et a même retrouvé quelqu'un, l'ex est en taule... Au début elle raisonnait comme toi, elle voulait rester avec l'ex parce que ça collait avec le modèle de famille qu'elle voulait. Et le mec l'a démoli, au point qu'elle a dû quitter la maison seule un soir d'hiver, en tee shirt avec son enfant sous le bras pour faire plusieurs kilomètres et rejoindre mon oncle.

Tu n'as pas la main pour changer vos choix passés mais tu as la main pour faire les bons choix futurs. Tu es la mère : le bon choix à long terme pour tes enfants c'est celui qui te préserve. Tu ne vivras pas ton rôle de mère comme il faut si tu te dis que tu es pathétique et que tu restes dans une situation qui t'encourages à te dire que tu es pathétique.
- Commence par organiser ta sortie de cette cohabitation. Tu évoquais la rentrée, est ce le meilleur moment? Pourquoi ne pas profiter des vacances pour gérer la transition avec tes enfants si tu devais les inscrire ailleurs par ex? Tu peux te faire un plan de bataille pendant les vacances et essayer d'être prête pour la rentrée?
- Fais le point sur tes ressources. Financières, humaines. Consulte un avocat et une assistante sociale pour connaitre tes options. Fais le point avec ta famille et tes amis, même lointains pour voir comment ils peuvent t'aider.

En gros... Prend le truc en main. Je te garantis qu'il n y a rien de plus valorisant que de se dire qu'on prend la situation en main et qu'on résout les problèmes un par un. Même si tu te dis que ça sera difficile, ça sera autrement moins difficile que de se regarder dans la glace en se disant "je suis pathétique".
Regarde :
J’ai envie de passer à autre chose et être mieux. Et il ne me le permet pas.
Commence par te le permettre toi. Pourquoi attendre que ce soit lui qui te le permette?
Tu raisonnes dans un carcan (il doit être là pour sa fille, et ça ça sera coûte que coûte, y compris si ça doit démolir ta santé mentale et ta confiance en toi). Sors de ce carcan là : PERMETS TOI de passer à autre chose.
Décide de prendre le problème en main, et fais des choses qui font que tu peux te regarder dans une glace et te dire que tu es fière de prendre les choses en main.
Avatar du membre

Dnj
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 186
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Dnj »

Putain tu m'en auras fait écrire des lignes :mdr1:
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 106
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Avant d’arriver ici. Je pensais qu’il n’y avait que moi qui écrivait des pavés :mdr1:
Sans Prétention a écrit : lun. 31 mai 2021 17:04 C'était ton premier. Parle plutôt de brouillon. Il en faut pour faire une œuvre.

Allez vraiment Meirah, t'es une femme courageuse et splendide. Avec mes respects les plus profonds. Merveilleuse maman...
J’aime bien l’idée. Mais pour l’instant mes œuvres c’est mes filles. Et moi je vais tenter de faire un joli autoportrait pour commencer 🙂

Et merci j’espère vraiment l’être. J’ai fait au mieux ces derniers temps. J’espère qu’il n’y aura pas eu trop de casse.
Dnj a écrit : lun. 31 mai 2021 17:53 on est la moyenne des 5 personnes qu'on fréquente le plus; donc garde ta gentillesse pour des gens qui le méritent vraiment et contribuent à te rendre une meilleure personne. Pour les autres contente toi juste de tenir ta parole et d'être ferme là dessus.
J’aime bien cet idée. Je pense que faut que je travaille dessus effectivement.

Je vois une psy, pas assez ces derniers temps avec bébé. Mais elle m’a aidé, comme vous a cheminer. Je vais trouver un créneau pour la voir. Et oui je me suis rapprochée de mes proches et j’ai commencé à m’appuyer sur eux. Dur vu que je fais l’inverse depuis toujours mais ça fait du bien.

Je sais faut que je change ma façon de penser. Je ne peux pas porter tous les problèmes du monde sur les épaules. Surtout quand j’en suis victime.
Mais c’est tout un mode de fonctionnement que je dois changer. La psy l’a très vite vu, que je faisais toujours passer les autres en premier quitte à m’oublier.

En vrai la situation me rend triste mais surtout me met en colère. Car certes je ne méritais pas ça, mais notre bébé encore moins. Lui qui a toujours été là pour nos filles. Je lui en veux vraiment d’avoir tout saboté comme ça pour elle. Lui qui est enfant de divorcé et qui disait que pour en avoir souffert il ne voudrait pas faire subir ça à ses enfants. Je sais qu’il se le pardonnera pas et c’est pour ça que je voulais tenter tout ça. Mais tu as raison, ce n’est pas moi qui ai fait ces choix je n’ai pas à en payer le prix encore plus (car mon tribut est déjà bien lourd à mon sens)

Et tu as raison. Je vais me permettre d’être heureuse un jour même si je suis fracassée aujourd’hui. Je vais commencer par le plus simple comme tu dis, préparer tout ça. Ça ne me coûte rien, j’y verrai plus clair. Et avancer vraiment. Car oui maintenant ou dans un an même si je ne le voulais pas, je suis une maman solo. C’est la seule chose que moi je dois assumer. Et je vais le faire, pour elles. Il ne reviendra pas, je ne le reprendrai pas (oui je vais le graver dans ma tête ) mais ça ira (je nous le souhaite de tout mon cœur ).
Répondre