Mon histoire après 24 ans de vie commune

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

milo91
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 36
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par milo91 »

Hello,

En effet, tu as raison SP, je me fourvoie avec cette terminologie d'alpha, ta définition me séduit beaucoup plus :-).

Les 20% => Aucune chance pour nous... Mais on peut toujours gratter quelques % avec le temps.

Il y a un théorème en marketing qui dit que 20% de nos actions nous rapportent 80% de notre chiffre d'affaires.

L’analogie est limite mais le Sandwich semble bien en profiter.

La seule question que je me pose c'est comment ont il autant de chance pour tomber au bon moment?

Allez on reste positifs 2020 est bientôt finie.

Bises


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Merci pour tos vos messages. Il va me falloir un peu de temps pour dérouler tout ça, en particulier la mine d'infos de SP !

En tout, il semble que vous soyez tous d'accord sur le fait que d'accpeter la présence de l'autre (même par seul textos interposés) n'est pas la bonne solution.

Je digère tout ça et je vous fais un retour.


Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2925
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Sans Prétention »

milo91 a écrit : mer. 30 déc. 2020 09:16 En effet, tu as raison SP, je me fourvoie avec cette terminologie d'alpha, ta définition me séduit beaucoup plus :-).
Je ne sais pas si j'ai raison mais à l'épreuve des faits, l'alpha coïncide pas toujours; c'est la seule observation robuste que je peux énoncer (mais surtout alpha ça protège pas- y a des alphas cocus- et quelle est la définition exacte qui met tout le monde d'accord ?
Façons quoi que tu décides d'être, tu ne seras toujours pas "autre chose" que toi-même et il y aura toujours un meilleur que toi dans un domaine. Bonjour la tyrannie, la paranoïa, les nuits blanches... Est-ce-que être heureux au fond c'est pas accepter ses imperfections et celles de sa moitié ? )

Sinon côté science :
https://www.google.com/amp/s/journalmet ... alpha/amp/

L'autre qui comble des désirs cachés, qui a une oreille attentive, qui comprend "mon vrai moi", pendant que le ou la légitime dégringole en dépression et perd de son éclat face à l'intrusive nouveauté, ça match dans 100% des cas par contre ... De plus, on a des modèles explicatifs assez intéressants : circuit de la récompense, effets de la dopamine, etc...
Pour finir, ça correspond à ce que disent les trompeurs en off...

Je suis pragmatique et préfère les faits à la théorie (bien que très friand de théorie mais si ça colle pas, je laisse tomber).
milo91 a écrit : mer. 30 déc. 2020 09:16 Les 20% => Aucune chance pour nous... Mais on peut toujours gratter quelques % avec le temps.
Bah perso je cours pas après les 20% restants (si c'est bien 20%). Je me dis que des femmes magnifiques et profondément fidèles et dont je pourrais tomber follement amoureux par ailleurs restent avec des mecs à qui il manque 40. J'ai pas l'intention de me faire du mal pour faire plaisir à qui que ce soit. Je préfère investir 100% de mes 80.

milo91 a écrit : mer. 30 déc. 2020 09:16 La seule question que je me pose c'est comment ont il autant de chance pour tomber au bon moment?
Quand on est aux aguets 364 jours par an, j'ai du mal à appeler ça de la chance...

On dit aussi "l'occasion fait le larron"... Si c'est pas lui, c'est un autre donc... Là non plus on peut pas parler de chance.

La chance c'est quand rien ne prédestinait une rencontre, et pas en vacances sans le con joint, pas quand ça tombe dans l'entourage pro ou amical non plus. Ça c'est ce qu'on appelle une opportunité.

Je rappelle que beaucoup écrivent "j'ai jamais trompé mon mari / ma femme, et pourtant j'ai eu des propositions"... La malchance ?

:deal:


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2925
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Sans Prétention »

Nsh a écrit : mer. 30 déc. 2020 12:01 En tout, il semble que vous soyez tous d'accord sur le fait que d'accpeter la présence de l'autre (même par seul textos interposés) n'est pas la bonne solution.
Beaucoup d'esprits chagrins diront que c'est être invasif.
Moi je dis que c'est être clair (parce que l'inconscient, parce que l'espoir caché, parce que les expériences cumulées sur le site, parce que les thérapeutes sérieux).

En tous cas ceux qui s'en sortent font comme ça.
Je vois bien en quoi les textos "innocents" de madame NHS l'aident à maintenir une certaine dépendance affective, c'est cool pour elle hein. Je vois pas en quoi ça aide le couple par contre. Si elle a une explication je suis ouïe... C'est pour aider les autres.

Lorsque l'autre rode toujours dans les parages y a un double effet kiss pas cool puisque le couple n'est pas réinvesti soigneusement -totalement- par les deux protagonistes : 1) les liens incertains ex amant / maitresse restent vifs 2) le conjoint floué fatigue devant si peu de considération. Et là deux portes de sorties : la déprime ("mon dieu, je suis une merde, je ne suis pas digne de lui / d'elle, qu'est-ce l'autre a de plus que moi ?" ) ou le dégoût ("p'tain mais quel connard / connasse ! Comment j'ai pu être amoureux de cette erreur de la nature ?"). Réjouissant.

Après si toi aussi tu as une maîtresse / copine et, si madame NHS est OK pour que tu aides le couple de cette manière là toi aussi, y a pas de problème ...

😁


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 407
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Mitsou78 »

Hello, j'arrive tard mais j'arrive....

Rien à ajouter, SP a été d'une précision éclairante, étayée, appuyée...

Comme précisé, la présence de l'autre ne peut-être qu'inacceptable, pour en plus de ce qui a été dit en terme de pourcentage, s'il reste à exister dans l'entourage et l'esprit de ta femme, tu n'auras pas à lutter contre un mâle de quelque sorte qu'il soit mais contre la jeunesse, la beauté, l'insouciance de ta belle qui s'effiloche, s'en va, se réduit et que n'importe quel abrutit qui siffle droit s'aura lui faire croire comme étant encore réel !!!!

Et la laisser communiquer, c'est la laisser rêver, la laisser espérer et n'arrivera que ce qui devra arriver, le bel entraîneur marquera un nouvel essai entre ses cuisses !!!! C'est une question de temps, d'occasion....

Tu dois transiger sur ce point, le reste vous appartient mais tout autant à toi qu'à elle...!!!

:fleur


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornu
Cornu
Messages : 22
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Lactus Bifidus »

Sans Prétention a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:05 Bien sûr, il y a l'arbre qui cache la forêt : le cas du mec ou de la nana parfait.e qui débarque sur son cheval blanc pour sortir notre cf de son désarroi et l'emmener au loin pour des horizons plus radieux.
La réalité est souvent moins glamour : la plupart du temps c'est manipulations, histoires de sexe pas très reluisante, mensonges compulsifs, retournements de culpabilités, problèmes d'enfance pas réglés, et surtout jeux psychologiques. On aime les triangles dramatiques dans les trios laids...

Il y a effectivement statistiquement plus de chances que madame tombe sous le charme d'un multi récidiviste (vous pouvez vérifier). Ce n'est d'ailleurs souvent pas un "alpha" bien qu'il en ait l'odeur.
Juste un bon dragueur, un beau parleur qui sait y faire (parce que récidiviste. Logique).
D'ailleurs un "alpha" digne de ce nom viendra vous affronter pour récupérer la "femelle" dans un mémorable face à face. Certainement pas en se cachant derrière les (coups) fourets comme dans 99% des cas.
Un mot : bravo. Tout est dit dans ces paragraphes. J'ai vécu la même chose, et moi aussi mon cocufieur avait davantage les traits d'un loser un peu mytho à la Michel Boujenah dans La Totale que d'un mâle alpha. Il savait draguer, manipuler, raconter de belles histoires qui le mettaient en valeur... Mais en vrai c'était juste un pauvre type seul, radin, et surtout très très lâche (il tremblait que je puisse être au courant de la liaison et à plusieurs reprises avait enjoint ma femme à ne pas m'en parler...)

Pour ajouter ma pierre à l'édifice : il est impossible de vous reconstruire tant que l'ex amant sera de la partie. Nsh, souviens-toi que la tromperie ne commence pas avec la coucherie, ces sont les premiers échanges qui ont précédé, si tu les maintiens quoi que puisse en dire ta femme, l'ambiguïté et le manque de respect seront toujours là. Je l'ai vécu pendant un mois, c'est un coup à perdre la raison...


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Lactus Bifidus a écrit : dim. 3 janv. 2021 15:58 Pour ajouter ma pierre à l'édifice : il est impossible de vous reconstruire tant que l'ex amant sera de la partie. Nsh, souviens-toi que la tromperie ne commence pas avec la coucherie, ces sont les premiers échanges qui ont précédé, si tu les maintiens quoi que puisse en dire ta femme, l'ambiguïté et le manque de respect seront toujours là. Je l'ai vécu pendant un mois, c'est un coup à perdre la raison...
Merci à vous pour tous vos commentaires. Ils ont portés leurs fruits.

J'ai dis à ma femme que je ne pouvais pas gérer la présence (même virtuelle) de l'amant dans notre couple, et que s'il "restait", je préferai qu'on arrête tout. Elle a donc mis fin à leurs discussions depuis jeudi ou vendredi. Elle me semble, au quotidien, faire son possible pour me rassurer et me comprendre, ce qui aide, dans l'immédiat. On va sans doute chercher de l'aide auprès d'un thérapeute également, je suis pas sûr qu'on puisse s'en sortir tout seuls (elle est également très déprimée).


Avatar du membre

Dnj
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 29
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Dnj »

Nsh, pour quelle raison reste t elle avec toi ?


Avatar du membre

milo91
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 36
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par milo91 »

Dnj a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:29 Nsh, pour quelle raison reste t elle avec toi ?
Je vais me risquer à une théorie fumante, peut être par amour, je suis lui premier à dire que quand on aime on ne fait pas cela, mais plus le temps passe, moins je suis convaincu que cela soit aussi simple...

On va rendre les psy riches avec tout cela...

Il y a des livres à écrire, et nous en écrivons de magnifiques passages, ne croyez vous pas?

Allez on essaye de commencer 2021 un peu plus positif (lol j'ai l'impression de ma parler)

Bises


Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornu
Cornu
Messages : 22
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Lactus Bifidus »

Nsh a écrit : dim. 3 janv. 2021 16:40 J'ai dis à ma femme que je ne pouvais pas gérer la présence (même virtuelle) de l'amant dans notre couple, et que s'il "restait", je préferai qu'on arrête tout. Elle a donc mis fin à leurs discussions depuis jeudi ou vendredi. Elle me semble, au quotidien, faire son possible pour me rassurer et me comprendre, ce qui aide, dans l'immédiat. On va sans doute chercher de l'aide auprès d'un thérapeute également, je suis pas sûr qu'on puisse s'en sortir tout seuls (elle est également très déprimée).
On ne se connait pas, mais je suis vraiment fier de toi et du courage que tu as su retrouver. La réaction de ta compagne devrait te rassurer : elle confirme que c'était possible, que le choix de ne plus lui parler n'était qu'une question de volonté... C'est terrible de s'en rendre compte de cette manière, mais dans ce genre de situation rares sont les femmes capables de s'auto-discipliner. A la fin de l'adultère il encore faut extirper le poison — le Goa'uld, comme dirait DNJ ;) — de votre environnement, et cela ne peut se faire que de la manière forte.

Tu as eu la seule réaction valable vis-à-vis de son comportement. Tu reprends le contrôle, et ça, ça n'a pas de prix !! :super:


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

En réponse à Dnj, elle me dit qu’elle m’aime, que j’ai toujours été l’homme de sa vie. Et que ce soit pendant sa relation adultère, ou peu après que je l’ai découverte, elle envisageait pas autre chose que de vivre avec moi. Qu’elle est toujours heureuse de le voir quand je rentre du boulot. Etc.

J'ai conscience que ça peut paraître naïf. Je connais l’attachement qu’elle a pour moi, je n’en doute pas. Pendant que j’amassais les preuves de l’infidélité et avant que je la confronte, j’ai consulté son téléphone et lu les discussions fleuves qu’elle a avec sa meilleure amie, avec qui elle n’a aucun filtre (vraiment aucun). Elles ont parlé à plusieurs reprises de moi, et de ce je lui apportait, de ce qui lui manquait aussi. On parle là de paroles qui ne m’étaient pas destinées, que je peux prendre pour argent comptant. Il n’y avait aucune saloperie sur moi, au contraire.

Évidemment ça ne règle aucunement les questions sur le long terme (notre relation sera t elle viable pour l’avenir, la récidive est elle probable, etc.). Je ne cherche pas à me leurrer. Mais je pense que nous sommes tous deux incapables de prendre aujourd’hui des décisions réfléchies pour l’avenir plus lointain. Dans l’immédiat, on se donne une chance et quelques mois pour y voir plus clair.

Je n’ai de toute façon aucune envie de rester dans cette situation dans la durée. Mais si pour quelques mois je dois me tromper, je préfère me tromper en préservant ma famille et mes jeunes enfants notamment.

Encore une fois, je ne cherche pas à me leurrer. J’ai conscience que les chances qu’on y arrive au bout sont faibles.

(Si t'es pas d'accord Dnj n'hésites pas à me rentrer dans le lard, je ne cherche pas spécialement la validation de tous).
Modifié en dernier par Nsh le dim. 3 janv. 2021 18:07, modifié 1 fois.


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

milo91 a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:40
Dnj a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:29 Nsh, pour quelle raison reste t elle avec toi ?
Je vais me risquer à une théorie fumante, peut être par amour, je suis lui premier à dire que quand on aime on ne fait pas cela, mais plus le temps passe, moins je suis convaincu que cela soit aussi simple...
J'aurai pu répondre ça effectivement si j'avais voulu être plus concis. Et je suis aussi convaincu que rien n'est si simple.

(Au fait Milo, tu as reçu mon MP ?)
Lactus Bifidus a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:58 On ne se connait pas, mais je suis vraiment fier de toi et du courage que tu as su retrouver. La réaction de ta compagne devrait te rassurer : elle confirme que c'était possible, que le choix de ne plus lui parler n'était qu'une question de volonté... C'est terrible de s'en rendre compte de cette manière, mais dans ce genre de situation rares sont les femmes capables de s'auto-discipliner. A la fin de l'adultère il encore faut extirper le poison — le Goa'uld, comme dirait DNJ ;) — de votre environnement, et cela ne peut se faire que de la manière forte.

Tu as eu la seule réaction valable vis-à-vis de son comportement. Tu reprends le contrôle, et ça, ça n'a pas de prix !! :super:
Merci Lactus.
Modifié en dernier par Nsh le dim. 3 janv. 2021 18:10, modifié 2 fois.


Avatar du membre

Dnj
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 29
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Dnj »

milo91 a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:40
Dnj a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:29 Nsh, pour quelle raison reste t elle avec toi ?
Je vais me risquer à une théorie fumante, peut être par amour, je suis lui premier à dire que quand on aime on ne fait pas cela, mais plus le temps passe, moins je suis convaincu que cela soit aussi simple...

On va rendre les psy riches avec tout cela...

Il y a des livres à écrire, et nous en écrivons de magnifiques passages, ne croyez vous pas?

Allez on essaye de commencer 2021 un peu plus positif (lol j'ai l'impression de ma parler)

Bises
Ben je pense pas justement.
Pour moi il y a deux possibilités :

- j'arrête de contacter l'amant parce que je me suis fait taper sur les doigts. Dans ce cas je me fiche un peu du manque de respect que ça peut être pour mon conjoint, au pire je me débrouillerai pour le recontacter en cachette quand la garde va retomber. Pour le moment, j'arrête parce que je me suis fait toper par la patrouille, et je ne culpabilise que parce que "c'est pas bien"

- j'arrête de contacter l'amant parce que sinon je vais perdre l'amour de ma vie (et dans ce cas il faut que je réalise QUI est l'amour de ma vie). Dans ce cas il est évident que je dois tout faire pour restaurer la confiance de l'amour de ma vie. Et si je culpabilise c'est parce que j'aime mon homme; pas seulement parce que ce n'est pas bien de gérer deux histoires en parallèle.

C'est pour distinguer ces cas d'espèce que j'ai mis plus haut des pavés sur "être un homme", "qu'est ce que tu représentes pour ta femme?" etc.

Nsh a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:59 Je n’ai de toute façon aucune envie de rester dans cette situation dans la durée. Mais si pour quelques mois je dois me tromper, je préfère me tromper en préservant ma famille et mes jeunes enfants notamment.
Ca se comprend. Ce qu'il faut c'est que tu perdes la peur qui est en toi. Tu ne dois pas avoir peur de ne pas faire ta vie avec elle (tu sauras te reconstruire dans tous les cas) et si vous êtes ensemble ça doit être parce que vous vous aimez vraiment, pas par dépit.
La vraie question à laquelle vous devez savoir répondre c'est : qu'est ce que l'autre représente pour moi? (et "qu'est ce que je représente pour l'autre"). Tout le reste en découle, si ce que tu représentes vraiment pour l'autre ne colle pas avec ce que toi tu as besoin de représenter pour quelqu'un d'autre alors il faut modifier quelque chose.
Nsh a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:59 (Si t'es pas d'accord Dnj n'hésites pas à me rentrer dans le lard, je ne cherche pas spécialement la validation de tous).
Maiiiiiiis :) Je mord que par écrit mais y a pas de méchanceté ^^


Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2925
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Sans Prétention »

milo91 a écrit : dim. 3 janv. 2021 17:40 Je vais me risquer à une théorie fumante, peut être par amour, je suis lui premier à dire que quand on aime on ne fait pas cela, mais plus le temps passe, moins je suis convaincu que cela soit aussi simple...
Salut Milo.

Pour moi, c'est une répétition et pour toi peut-être une découverte.
Très souvent, en plein "adultère", le/la cf affirme : "Je t'aime".

Il y a pourtant plusieurs scénarios possibles qui se cachent derrière cette phrase qui paraît univoque.
Je ne vais pas tout de suite parler de ton cas, mais du cas général sur la base des témoignages recueillis sur le site.

"Je t'aime" est une déclaration.
Rien de plus.
Elle ne prend du sens qu'à l'épreuve des faits qui s'inscrivent dans une réalité tangible et pas dans les discours.
Si manque de congruence, alors, alerte générale.

Scénario 1 :
C'est faux.


Une déclaration sans les actes, créé une dissonance cognitive dont le cf devrait faire les frais. En réalité, cette dissonance se reporte sur le cocu qui, lui, reste sur l'idée (d'ailleurs fort juste au sens de justice) que lorsqu'on dit quelque chose, on ne fait pas le contraire. Mais le cf s'arrange de manière intérieure avec sa "conscience" qui évacue assez rapidement le concept de "culpabilité" pour le remplacer par celui de "liberté".
(A petite dose, la culpabilité vous informe sur ce qui est bien ou mal, en fonction de votre vécu. A trop forte dose, elle paralyse et vous fait glisser assez facilement dans le rôle de victime - et cocu/e -. En absence totale de culpabilité, l'autre est réifié et s'exprime alors le "tout à l'ego" du sublime MOI sans foi ni loi : scénario 2d.)

Scénario 1a (plutôt rare, mais ça arrive) : il/elle vous quitte parce que plus d'amour. C'est la vie.

Scénario 1b (plutôt commun. Voir scénario 2d): il/elle vous garde pour des raisons pratiques et continue à mentir, manipuler.

Scénario 2 :
C'est vrai.


Scénario 2a (très rare) : Le cf a toujours le mode "culpabilité" actif dans son cerveau (dans son coeur). Le retour est possible. La plupart du temps, il/elle déclare s'être "perdu" dans cette chimérique aventure fantasmatiquement viable. Il/elle largue le sandwich, rentre au bercail en ayant pris conscience de ses errements (parfois "utiles", parfois complètement tordus).

Scénario 2b (assez commun) : Il/elle vous aime mais aime aussi l'autre. Le problème vient alors du fait que vous pensez qu'il n'existe qu'une seule façon d'aimer... de manière monogame et exclusive. Ce n'est ni bien ni mal, c'est juste qu'il y a là un grave problème à régler : vous n'êtes pas d'accord sur ce que signifie le mot "aimer" (petit mot en passant : théoriquement, si l'autre est "fidèle à lui-même" ou à ce qu'il/elle est profondément, alors il/elle devrait se mettre en couple avec un ou une autre poly(game, sexuel/le, amoureu/se. Or, très souvent, ces chers cf refusent de s'infliger ce qu'eux-mêmes infligent à leur con joint "légitime". Ce qui nous amène au scénario 2c)

Scénario 2c (le plus courant) : Il/elle vous aime, mais "à votre place". C'est-à-dire que dans son monde, il y a d'un côté le/la compagn/on idéal/e et de l'autre, les personnes avec qui "aimer" / s'envoyer en l'air. Cette répartition des rôles dans la vie amoureuse amène les cf à bidonner leur existence entière. En fait, vous n'êtes pas avec la personne avec laquelle vous pensez être : il/elle a une double vie. L'expression "je t'aime" a, dans sa bouche, un sens tout à fait différent de ce que vous voudriez entendre (entendre au sens de comprendre). On va dire que votre chéri/e aime avoir le beurre et l'argent du beurre. Il/elle mène sa barque avec tout ça. En vous adulant et vous dénigrant à la fois. Schématiquement, on appelle ça le syndrome de la madone et la putain (cette expression vaut autant au féminin qu'au masculin malgré le terme sexiste. Pour autant, ce dernier traduit bien plus des déviances séculaires masculines historiquement observées. Bref). Et ça peut être pathologique : voir scénario 2d.

Scénario 2d (assez courant aussi) : Bienvenue chez votre "PNM" et autre adulte tyran qui ne connaît les limites de l'univers qu'à travers son nombril. Cet addict à quelque chose mettra tout en oeuvre pour maintenir sa vie dans le scénario 2c mais avec une petite différence sympa en plus, il va vouloir vous détruire. Parce qu'il/elle ne peut pas se passer de vous mais en même temps, vous l'empêchez de vivre. Pour résoudre cette sublime ambivalence qui vient de loin (merci papa maman maltraitants. D'ailleurs vous-mêmes vous avez été maltraités, d'où votre fascination pour ce genre d'individu), il/elle va faire de vous l'objet de toute son attention en vous détruisant et reconstruisant sans cesse. Le chien tue sa proie, le chat "joue" avec jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus réagir. Au final, on ne peut pas vraiment parler d'amour. Ou d'un amour pathologique. Ce qu'on appelle le malamour. Ce qui me fait dire qu'il/elle ne vous aime pas (voir scénario 1b).

Scénario 3 :
Ni vrai, ni faux.


Le cf est "perdu", vraiment perdu. Mais ça dure pas longtemps.
Il va se précipiter soit vers le scénario 2a soit vers le 2c.

[Edit : 3a juste paumé/e. 3b : grave manipulé/e par une sorte de PN.)]

Précision : je n'établis ici une cartographie qui n'est valable que pour ce que rapportent les internautes sur SOS.
Même s'il me semble qu'il y ait correspondance avec ce qui se passe hors des limites du site, je ne peux l'affirmer que pour ce que je vois ici.


A chacun de voir dans quelle configuration il/elle se situe à peu près.
C'est là la clé de la libération.


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2925
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Sans Prétention »

Dnj a écrit : dim. 3 janv. 2021 18:06 C'est pour distinguer ces cas d'espèce que j'ai mis plus haut des pavés sur "être un homme", "qu'est ce que tu représentes pour ta femme?" etc.
C'est vrai que le comportement du/de la cocu/e a une influence sur les attitudes du/de la cf.
Mais dans les cas où il y a hésitation ou encore de l'amour, même enfoui.
(On a des témoignages qui remontent avec "je te remercie de t'être battu pour moi" "je n'avais plus de cerveau"...)

Si l'autre est dans des dispositions narcissiques, c'est beaucoup d'énergie perdue pour rien.
(A lire : viewtopic.php?p=58004#p58004)

En tous cas, là où je vais te rejoindre, c'est que les conseils du genre : "il te trompe, alors donne-lui encore plus d'amour, sacrifie-toi plus", la plupart du temps, c'est pas une bonne idée : les narcisses se nourrissent de domination.
S'affirmer (s'affirmer hein, pas faire la guerre) permet au moins de ne pas devenir une sombre merde, du moins pour soi-même, et c'est déjà pas mal. C'est même la base.
Il peut alors, ou pas, y a voir retour de l'être aimé. Dépend du cas de figure.
D'ailleurs parfois, vaut mieux que l'être aimé reste loin. Voire disparaisse de nos vies quand il/elle est toxique.
(On a aussi des témoignages qui disent "Mon dieu, toutes ces années à ne pas voir avec qui j'étais..." L'adultère est souvent un révélateur).

Cependant, je me pose la question : si l'autre rapplique parce que vous êtes "fort", "affimatif", "assertif", je me demande bien quel est le sens du mot "partage" dans le couple ("dans la maladie, comme dans la pauvreté" tout ça...). Et ce d'autant plus que, comme déjà dit...

viewtopic.php?p=58331#p58331


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Répondre