Mon histoire après 24 ans de vie commune

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Bonjour à tous.

A mon tour de venir témoigner de mon expérience, de raconter ce cyclone venu balayer mon existence telle que je la concevais, et qui me laisse aujourd’hui dans ce vide, dans cette souffrance où on n’a nulle part ou se raccrocher.

Une petite présentation

Quelques mots sur moi d’abord : comme pour plusieurs autres témoignages que j’ai pu lire, je suis le mec loyal lambda. Celui dont l’amour semble inconditionnel et qui peut donc rassurer. Elle pouvait effectivement être rassurée. Depuis que nous sommes ensemble, soit 24 ans je ne l’ai non seulement jamais trompée, mais je n’en ai même jamais éprouvé l’envie ou le besoin.

Dans l’idéal, son amour aurait été du même genre. Mais je sais qu’elle pouvait éprouver du désir pour un autre. Qu’elle aime savoir qu’elle est capable de séduire quelqu’un. Ce n’a jamais été particulièrement agréable pour moi, mais jusque là elle a toujours repoussé les avances des autres (je suis assez certain qu’il s’agit de la vérité).

Il faut aussi que j’ajoute que c’est quelqu’un de très dévoué. Elle a toujours géré la maison, nos enfants, sa mère avec ses problèmes de santé, etc... elle a toujours été au service des autres, sans jamais se plaindre. Elle n’a au final que peu pensé à elle.

Notre couple avant l’infidélité

Comme dit juste avant, elle a toujours été dévouée. Malheureusement, je ne l’ai pas été de la même façon. Oui mon amour pour elle à toujours été inconditionnel, acquis pour elle, mais en réalité j’étais absent. Coincé dans une sorte de bulle, j’étais très peu là pour elle. J’ai eu depuis l’occasion de voir une discussion qu’elle a eu avec une amie par sms: je me suis rendu compte du peu de temps passé avec elle, du peu de considération que je pouvais lui montrer, du peu d’ardeur sexuelle que j’affichai. Le lire dans le cadre d’une conversation destinée à une autre personne rend limpide l’évidence de la situation, l’évidence de ce qu’elle a toujours été seule pour faire face à tout.

Les doutes

J’ai d’abord, fin novembre, compris que quelques chose clochait. Divers détails qui, mis bout à bout, m’ont mis la puce à l’oreille : accrochée en permanence à son téléphone qui ne se retrouvait jamais seul, qui était toujours verrouillé, accès de panique quand je lui empruntai son téléphone, changement dans ses vêtements, achats de bas « up » (elle savait que j’ai toujours aimé ça mais n’en mettait quasiment jamais, et elle a eu cette phrase : « moi je n’aime pas spécialement, mais il paraît que les hommes aiment ça », phrase curieuse s’il en est), libido décuplée, et tant d’autres petits détails. C’est qu’au bout de 24 ans on se connaît bien, et on remarque les changent dans cause apparente.

Je passe sur les nombreux détails qui ont finalement permis d’être suffisamment certain qu’il se passait quelque chose d’anormal, et sur l’agonie de la période où on doute mais où on ne peut pas accuser sans être suffisamment certain de peur de passer pour un immense connard. Je pense que nombre d’entre vous ont connu ça.

Les aveux et l’explication

Le 3 décembre, au matin, je lui ai demandé si elle avait quelque chose à me dire. Instantanément, j’ai su. Pour tout ce que pourrai lui reprocher, ce n’est pas une incroyable manipulatrice qui a orchestré des manigances élaborées pour arriver à ses fins. Au bout d’une dizaine de minutes, sans que j’ai avancé de preuves, elle me l’a avoué. « Tu demandes si je vois quelqu’un ? Oui ...). Suivi d’une auto flagellation (« je suis une connasse ») et de pleurs.

Elle a pu faire preuve d’une grande franchise de suite pour essayer d’expliquer ce qui s’est passé et pourquoi. Je vais essayer de le relater ici.

Comme dit plus haut j’étais très absent et faisais très peu de choses avec elle. Rajouté au fait qu’elle gérait toute la maison, son boulot, ses parents, elle ne sentait plus qu’une maman. Elle avait l’impression de s’éteindre, de s’étioler. La personne qu’elle a rencontré lui a offert un renouveau, l’a faite revivre, vibrer. Elle a redécouvert une part d’elle qu’elle croyait condamnée et oubliée.

Cela est sans doute liée à la crise de la quarantaine (nous avons tous de 42 ans). Elle a décidé qu’elle ne voulait plus passer à côté des choses. Elle a reconnu que c’est plutôt elle qui est allé vers lui. Elle a suivi cette émotion, ce besoin, sans spécifiquement penser aux conséquences.

Enfin pas tout à fait. Elle m’a indiqué que son amant était également marié. Et que donc cette relation n’avait qu’un but de supplémenter la relation principale, mais jamais de la remplacer.

L’amant

Par contre, ce qu’elle ne m’a pas dit, c’est qui était son amant. Elle ne le pouvait pas. Elle n’y arrivait pas, et ne pouvais même pas me dire pourquoi, car sinon je comprendrai de qui il s’agit. Elle a dit qu’elle me le dirait, mais plus tard. Je lui en ai énormément voulu: j’étais déjà à l’agonie à ce moment là, je ne pouvais plus vraiment fonctionner. Je ne dormais plus, ne mangeais plus, ne travaillais plus correctement. Je lui ai bien fait ressentir la douleur que ça me procurait, je lui ai promis que je n’irai pas voir la personne, que je ne foutrait pas la merde, et que quand même au vu de tout ça elle pourrait me faire passer devant qui ou quoi elle voulait protéger.

J’ai insisté pourtant, mais elle n’a rien lâché. Je lui en ai voulu et lui en veut encore.

Au final je n’ai pas mis longtemps à comprendre qui c’était. Sa réaction me faisait penser qu’il s’agissait de quelqu’un de notre entourage et qu’elle craignait les conséquences d’une révélation qui s’ébruiterait. Ma femme est très difficile dans es goûts pour les hommes et donc j’ai pu facilement faire le tri, jusque ce que l’évidence me frappe: une connaissance d’enfance, qui a été instituteur de notre fille l’an dernier et entraîneur de rugby de notre fils cette année. Tout était évident.

Le lendemain je l’ai donc interrogée. Elle a eu beaucoup de mal à cracher le morceau, mais je lui ai fait comprendre que si elle ne me répondait pas j’irais tout simplement le voir. Elle a donc avoué.

Évidemment la situation est difficile: son amant est lié, au moins à moyen terme, à nos vies. J’avais même eu à faire à lui professionnellement.

Pour elle, en fait, la situation était idéale: elle avait la stabilité et sa famille avec moi (je n’ai jamais douté de son amour pour moi), et cette aventure secrète lui apportait l’aventure, le fait de vibrer, de vivre, de ne plus être qu’une maman. De son point de vue tout le monde y gagnait: elle bien sûr, mais vu qu’elle se sentait lieux, cela rejaillissait sur tout le reste. Elle avait l’air plus heureuse c’est vrai. Comme je l’ai dit avant, sa libido avait explosé, y compris pour moi. Elle m’a dit « ce que je lui ai donné, je ne te l’ai jamais pris ». C’est sans doute vrai en partie. Elle n’a jamais été absente et ne m’a jamais délaissé, au contraire. Ses relations avec lui étaient suffisamment dissimulées pour qu’elle n’ait jamais à me sortir du légal bobard pour arriver à ses fins.

Elle pensait avoir trouvé l’antidote parfait. Celui qui permettrait de rendre tout le monde heureux au final. Cette aventure ne l’a jamais fait douter de ce qu’elle voulait toujours vivre avec moi.

Et puis, en réalité elle l’aimait aussi (même si différemment). Elle pensait qu’il y avait sans doute de la place pour deux amours dans cœur. Si vos avez vu le film « Her » de spike jonze, ça vous parlera sans doute (sinon, allez le voir).

Elle aurait voulu que nous soyons un couple libre. Elle me l’avait d’ailleurs proposé il y a environ 6 mois.

Tout ce que je relate là est son point de vue. Je pense qu’il est primordial de comprendre l’autre pour pouvoir avancer ensuite.

Je voudrais également revenir un instant sur ce que j’ai dit de moi et de mon absence plus tôt. Cela aura évidemment favorisé la volonté d’aller trouver ailleurs ce qu’elle n’avait plus à la maison. Mais je suis bien conscient qu’il y a une raison intrinsèque à la personne même, à ce besoin de se sentir vivant a une période où on est en proie au doute. Je regrette donc mon attitude d’avant, mais je suis bien conscient que même si j’en avais fait plus, l’adultère aurait quand même pu se produire.

Deux réalités

Évidemment, mon point de vue n’a rien à voir. Nous avons vécu dans deux réalités différentes elle et moi. Sauf qu’elle avait tout les clefs. Et moi un immense gouffre.

Apprendre que l’autre a été infidèle vous vole nécessairement une partie de votre vie. Dans mon cas, cela faisait environ deux mois qu’elle l’était. C’est peu par rapport à ce qu’ont vécu d’autre, mais ça jette un flou sur tout ce qui s’est passé alors: des fois je regarde les photos sur mon téléphone et je regarde les photos avant ou après. Est ce que quelque chose a changé dans son regard ? Pareil avec nos textos échangés. Et puis je me demande, quel était le premier jour où elle m’a trompé et où je l’ai vu le soir, sans rien imaginer, lui souriant comme d’habitude. Si j’avais été attentif, aurais je vu quelques chose ? A t elle eu un peu de remord ce jour là ?

Sans doute pas. Mais je ne peux pas lui en vouloir en réalité. On voudrait que le trompeur soit pétri de remord, qu’il nous crie « si c’était à refaire, je ne le referai pas ! ». Mais la seule chose qu’on peut raisonnablement demander, c’est le remord d’avoir fait souffrir l’autre. Et ça elle l’a exprimé à de nombreuses reprises. Mais la réalité est que pour les raisons que j’ai indiquées avant (le fait de se sentir revivre) elle ne peut pas avoir de regret sincère. Parceque ce qui a été réveillé en elle, elle ne pourrait pas y renoncer

Moi aujourd’hui et demain

Je ne vais pas trop insister sur mon ressenti, car là plupart des personnes sur ce forum le connaissent bien. La dépendance émotionnelle, la perte terrible de confiance en soi, la blessure permanente qui se rouvre sans cesse, les pleurs qui surviennent sans qu’on sache pourquoi, la peur de perdre l’autre malgré ce qu’il nous a fait subir.

Elle a renoncé à son aventure. Elle n’a plus de rapport physique avec lui (je sais pouvoir lui faire confiance sur ce point là). Elle a par contre gardé un contact par textos avec lui. Elle m’a indiqué être incapable de couper totalement les ponts. Et de toute façon, elle le revoit par définition: quand elle emmène notre fils au rugby. Il sera peut être aussi son instituteur l’an prochain.

Aujourd’hui notre but à nous deux est de préserver notre couple. Les décisions sur comment on fera pour l’avenir plus lointain (couple libre ou pas) seront prises plus tard. Aujourd’hui on doit géré chacun notre douleur. Vous comprenez bien la mienne mais la sienne est là également. Elle doit se détacher d’une personne qui lui a énormément apporté et à qui elle serait attachée (et croyez moi que c’est dur de dire ça).

Ma situation est difficile aujourd’hui : il y a toujours deux réalités. La sienne, où elle est toujours en contact avec lui, ou elle a toujours les clefs, et la mienne, ou je suis toujours un peu dans le noir. Évidemment, elle ne lui envoie pas de message sous mon nez c’est logique. Cela se passe donc toujours hors de ma vue et rajoute à cette sensation d’être celui qui ne sait pas.

Ces émotions sont très difficiles à gérer. Parfois, j’arrive à rationaliser : même si on se sépare, je suis loin d’être dans une situation de merde. Je suis pas moche, je gagne bien ma vie, j’ai un statut social plutôt enviable (sauf le label « cocu » bien sûr), je n’ai pas de problème de santé, mes enfants vont bien... mais les émotions finissent toujours par reprendre le dessus.

Pour conclure

Ce post a été bien plus long que prévu. A la base je voulais le relire, le compléter et le vérifier mais au final je préfère tout envoyer a chaud comme ça. Je remercie ceux qui auront pris le temps de le lire.

Je suis évidemment intéressé par tous vos commentaires, ou retours d’expériences. Notamment, dans cette situation où l’amant est toujours présent (de par ses fonctions vis à vis de mes enfants et du fait que ma femme n’arrive pas à couper les ponts), avez vous connaissances de couples qui sont arrivés à surmonter tout ça ?

Je serai également preneur si vous avez des suggestions d’endroits où je pourrai parler à d’autres personnes dans ma situation de façon plus directe, type Discord par exemple (orientés discussion, pas de site de rencontres).

Merci encore de m’avoir lu.


Avatar du membre

milo91
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 36
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par milo91 »

Hello NSH,

Ta loyauté est admirable mais ne t'inflige pas la responsabilité de leurs actes. Si ta femme ressentait un manque de ta présence ou de tes attentions elle pouvait simplement l'exprimer.

La reconstruction va être compliquée avec l'amant dans vos vies, le plus sage serait d'exiger une rupture de toute forme de communication entre eux :
Remplacement du mobile de ta femme, changement de numéro, purge du répertoire et toi tu accompagne tes enfants au sport.

Au passage, cela te permettra de le mettre mal à l'aise, il n'y a pas de raisons...

Dans l'idéal, un déménagement, un changement radical de vie, bref un projet auquel ta femme adhérera si elle veut vraiment faire l’effort de sauver votre couple.

Tu as beaucoup souffert et perdu dans cette histoire, maintenant il est temps de voir si la rédemption est sincère ou non...

Je ne parle pas de faire payer les choses, mais de demander des gages de bonne foi pour la suite.

Comme tu le liras ici, la récidive se cache à l'ombre du pardon.

Bon courage à toi et comme je te l'ai conseillé au bar, prends soin de toi.


Avatar du membre

supersymetrie
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 114
Enregistré le : jeu. 2 nov. 2017 15:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par supersymetrie »

Hello NSH,

D'après ton histoire, elle a essayé de te parler ... très maladroitement certes. Quand un conjoint propose d'être en couple libre au bout de 20 ans ... c'est que quelque chose ne va plus. Alors oui c'est très très très maladroit.
D'ailleurs quand elle l'a demandé était elle avec lui ? Si oui est ce que cette demande était plutôt pour, si tu l'avais accepté, ne plus "tricher" avec le contrat.
Je pense que repartir dans un couple traditionnel avec l'amant "au bout de la rue" (elle le voit au sport etc) c'est pas faisable.
D'ailleurs je pense que ça peut être une torture pour toi quand tu le croiseras par mégarde. Lui c'est pas grave ... il va se trouver une autre poulette s'il le faut.
Ta femme soit est encore émotionnellement rattaché à lui et ça s'estompera peut être, soit elle l'aime ...
Donc pour moi je pense qu'avec le mec dans les parages ... ça complique énormément les choses.
Je ne te donnerai aucun conseil sur la manière d'être avec lui et sa famille. Je suis plutôt radical et je pense que sa femme à le droit de savoir avec qui elle vit et être heureuse avec un homme qui la respecte. Car ce n'est pas parce que c'est ta femme qui a été vers lui que ça excuse le fait qu'il a accepté. J'ai été comme toi ... avant d'avoir tout découvert ... beaucoup de femmes m'ont fait des avances plus ou moins cachés (certaines ont été cash avec moi), j'ai toujours refusé. Pourquoi ? Par respect par rapport à ce que je suis et par rapport au respect que je devais à ma femme. Elle n'a as eu la même classe.
D'après ce que je lis, tu as bien muri dans ta réflexion et tu connais les étapes possibles. Si tu veux continuer avec elle ... je pense que l'autre ne doit plus être là du tout ... car elle aura toujours ce lien émotionnel quand elle le verra.

Parler avec d'autres personnes de ta situation, à part récupérer leurs peurs et leurs rancoeurs, je ne vois pas comment ça peut t'aider.
Ici nous avons fait le deuil de tout ça (ou presque, d'où je ne te donne aucun conseil sur comment réagir avec lui) et on peut te donner des conseils ou avis plus détachés. Un thérapeute (psy de couple) peut t'aider. Il ne jugera pas, il n'a pas de vengeance à réaliser ... juste t'orienter vers ton bien être.

Bon courage


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Salut Milo,
milo91 a écrit : lun. 28 déc. 2020 10:47 Ta loyauté est admirable mais ne t'inflige pas la responsabilité de leurs actes. Si ta femme ressentait un manque de ta présence ou de tes attentions elle pouvait simplement l'exprimer.
Je vois ce que tu veux dire, mais j'essaie également d'être lucide. J'ai conscience que je n'étais sans doute pas prêt à l'écouter. Et des indices, finalement, elle en a disséminé. Je n'y ai pas prêté attention. Comme je le disais plus haut, on ne peut pas garantir que même si j'avais été exemplaire elle ne m'aurai pas trompé, mais il me faut également reconnaître mes torts. Ce qui ne l'exonère en rien de la trahison qu'elle a commise.
milo91 a écrit : lun. 28 déc. 2020 10:47 La reconstruction va être compliquée avec l'amant dans vos vies, le plus sage serait d'exiger une rupture de toute forme de communication entre eux :
Remplacement du mobile de ta femme, changement de numéro, purge du répertoire et toi tu accompagne tes enfants au sport.

Au passage, cela te permettra de le mettre mal à l'aise, il n'y a pas de raisons...

Dans l'idéal, un déménagement, un changement radical de vie, bref un projet auquel ta femme adhérera si elle veut vraiment faire l’effort de sauver votre couple.

Tu as beaucoup souffert et perdu dans cette histoire, maintenant il est temps de voir si la rédemption est sincère ou non...

Je ne parle pas de faire payer les choses, mais de demander des gages de bonne foi pour la suite.

Comme tu le liras ici, la récidive se cache à l'ombre du pardon.
Oui, c'est effectivement ce qui me fait le plus peur pour l'avenir. Au final, cette relation qui continue avec lui, meme textuelle, continue de me blesser, je m'en rends bien compte. Tout comme le fait quelle ne se sente pas prête à tout couper. Cela me fait mal d'imaginer qu'elle ne peut couper court a une relation de deux mois (aussi transformative qu'elle ait pu être) face à 24 ans ensemble + 2 gamins. Ne devrait-il pas y avoir une priorité ici ? De plus, en gardant le lien avec lui, ça sera également plus dur pour elle de passer a autre chose.

milo91 a écrit : lun. 28 déc. 2020 10:47 Bon courage à toi et comme je te l'ai conseillé au bar, prends soin de toi.
Merci pour ton message. j'essaie de prendr soin de moi. Je me demande seulement si prendre soin de moi ne va pas me forcer a mettre un terme a notre relation.

Je tiendrai au courant de la suite des choses...


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Salut supersymetrie,
supersymetrie a écrit : lun. 28 déc. 2020 11:53 D'après ton histoire, elle a essayé de te parler ... très maladroitement certes. Quand un conjoint propose d'être en couple libre au bout de 20 ans ... c'est que quelque chose ne va plus. Alors oui c'est très très très maladroit.
D'ailleurs quand elle l'a demandé était elle avec lui ? Si oui est ce que cette demande était plutôt pour, si tu l'avais accepté, ne plus "tricher" avec le contrat.

Elle m'avait proposé ça y'a 6 mlois environ, soit 4 mois avant de me tromper. Oui ça m'avait fait réfléchir à l'époque, mais je lui ai répondu que moi je ne pouvais pas l'envisager. J'ai été clair à ce sujet. Quand on en a reparlé après qu'elle ait tout avoué, elle m'a dit qu'à l'époque la façon dont je m'étais fermé ne l'avait pas incitée à m'en parler davantage (et je peux la croire, je peux être fermé...).
supersymetrie a écrit : lun. 28 déc. 2020 11:53 Je pense que repartir dans un couple traditionnel avec l'amant "au bout de la rue" (elle le voit au sport etc) c'est pas faisable.
D'ailleurs je pense que ça peut être une torture pour toi quand tu le croiseras par mégarde. Lui c'est pas grave ... il va se trouver une autre poulette s'il le faut.
Ta femme soit est encore émotionnellement rattaché à lui et ça s'estompera peut être, soit elle l'aime ...
Donc pour moi je pense qu'avec le mec dans les parages ... ça complique énormément les choses.
Je ne te donnerai aucun conseil sur la manière d'être avec lui et sa famille. Je suis plutôt radical et je pense que sa femme à le droit de savoir avec qui elle vit et être heureuse avec un homme qui la respecte. Car ce n'est pas parce que c'est ta femme qui a été vers lui que ça excuse le fait qu'il a accepté. J'ai été comme toi ... avant d'avoir tout découvert ... beaucoup de femmes m'ont fait des avances plus ou moins cachés (certaines ont été cash avec moi), j'ai toujours refusé. Pourquoi ? Par respect par rapport à ce que je suis et par rapport au respect que je devais à ma femme. Elle n'a as eu la même classe.
D'après ce que je lis, tu as bien muri dans ta réflexion et tu connais les étapes possibles. Si tu veux continuer avec elle ... je pense que l'autre ne doit plus être là du tout ... car elle aura toujours ce lien émotionnel quand elle le verra.
Je confirme que c'est déja une forme de torture (même si le mot est peut être exagéré). Ils parlent par whatsapp, et quand je m'en sers je peux voir quand elle passe en ligne. C'est quand je ne suis pas là bien sur (ce qui reste logique, elle ne va pas lui parler sous mon nez, je me met à saa place). Mais je me demande toujours de quoi ils peuvent parler, ce qu'ils se racontent.. Toujours ces deux réalités, avec moi qui n'ai qu'une vision partielle alors qu'elle sait tout. C'est compliqué. Je ne suis pas sur que je puisse tenir longtemps comme çà.

Pour ce qui est de prévenir la famille de l'amant je me suis engagé à ne pas le faire. Et en général, je n'aime pas créer le malheur chez les gens. L'amant et sa femme ne sont pas un couple libre, mais sa femme l'a pourtant trompé également. Tout n'est jamais blanc et noir malheuresement.
supersymetrie a écrit : lun. 28 déc. 2020 11:53 Parler avec d'autres personnes de ta situation, à part récupérer leurs peurs et leurs rancoeurs, je ne vois pas comment ça peut t'aider.
Ici nous avons fait le deuil de tout ça (ou presque, d'où je ne te donne aucun conseil sur comment réagir avec lui) et on peut te donner des conseils ou avis plus détachés. Un thérapeute (psy de couple) peut t'aider. Il ne jugera pas, il n'a pas de vengeance à réaliser ... juste t'orienter vers ton bien être.
C'est un point de vue que je n'avais pas envisagé. Dans la souffrance, et les changement d'humeur, on se dit qu'avoir un accès plus rapide et direct a quelqu'un peut soulager la douleur immédiate. Mais tu as peut-être raison, il est possible que çà n'aide en rien.

Merci en tout cas de ta réponse. Cà aide énormément.


Avatar du membre

Conan le Cornard (2)
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 40
Enregistré le : lun. 6 janv. 2020 09:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Conan le Cornard (2) »

Salut NSH et bienvenue sur le site, malheureusement.

Juste pour te dire que si ta compagne a décidé d'aller voir ailleurs, tu n'as absolument rien à voir là-dedans. Tu n'es en rien responsable. Elle a fait ses choix, de manière totalement éclairée et consciente. Elle a voulu se faire plaisir, et votre situation de couple n'a absolument aucun rapport avec cette infidélité.
Ces prétextes, qu'ils y croient ou non, permettent souvent aux cocufieurs de sauver la face, voire de passer pour des victimes face aux horribles conjoints qui les ont gravement délaissés. Mais ne te méprends pas, c'est juste un mécanisme de défense pour eux. Sans ça, ils pourraient difficilement dormir ou se regarder dans un miroir.

Bon courage à toi en tous cas.


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Conan le Cornard (2) a écrit : lun. 28 déc. 2020 14:21 Salut NSH et bienvenue sur le site, malheureusement.

Juste pour te dire que si ta compagne a décidé d'aller voir ailleurs, tu n'as absolument rien à voir là-dedans. Tu n'es en rien responsable. Elle a fait ses choix, de manière totalement éclairée et consciente. Elle a voulu se faire plaisir, et votre situation de couple n'a absolument aucun rapport avec cette infidélité.
Ces prétextes, qu'ils y croient ou non, permettent souvent aux cocufieurs de sauver la face, voire de passer pour des victimes face aux horribles conjoints qui les ont gravement délaissés. Mais ne te méprends pas, c'est juste un mécanisme de défense pour eux. Sans ça, ils pourraient difficilement dormir ou se regarder dans un miroir.

Bon courage à toi en tous cas.
Bonsoir Conan et merci pour ton message.

J'ai effectivement conscience que le choix était sien quelles que soient les circonstances. Même si nous avons évoqué les circonstances qui ont pu favoriser l'infidélité, elle ne s'est jamais caché derrière. Elle assume que le choix était sien. On a une discussion qui est je pense sincère sur le sujet. Mais elle en est aussi plus dure, car elle suppose que chacun puisse regarder les choses en face (et la je ne parle pas spécialement de mon, comportement, mais de ce qui a pu, intrisèquement, causer chez elle cette décision, et qui ne peut plus être ignoré pour la suite).

En tout cas je ne me flagelle pas de mon comportement passé. Elle a pu aussi me relater des discussions qu'elle a pu avoir elle avec des amies dans des situations similaires (mais pas identiques non plus). Etre capable d'en parler librement est une chance je pense. Car je rends compte su'autour de moi, certaines personnes sont dans une impasse depuis longtemps pour certains (un an ou plus...) sans qu'une issue constructive soit en vue. Il me parait inconcevable de rester dans cette situation aussi longtemps, quelle que doiven être l'issue.

J'essaierai dans les jours à venir de développer ces réflexions, qui me semblent fondamentales pour envisager un avenir, ou à tout le moins comprendre le passé.

Evidemment, la réflexion est une chose, elle n'empeche pas les émotions de m'emporter régulièrement. Je risque de balancer notre relation tous les jours.

Et voila que je divague encore... Merci de ton soutien.


Avatar du membre

Dnj
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 29
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Dnj »

Salut NSH,

Je dis les choses comme je les sens, c'est peut être hors clou mais peut être pas, je te laisse voir pour en garder le bon et le mauvais.

Ton post est trop bien écrit et trop dans la réserve, il ne sent pas "l'homme". Tu prends le temps de bien formuler tes phrases, d'écrire des choses avec beaucoup de pudeur, de "développer des réflexions", etc.
C'est très bizarre cette sensation que j'ai et elle n'est pas forcément justifiée, mais le premier truc auquel ça me fait penser est cette scène de cauchemar en cuisine ou Etchebest dit à un mec "allez énerve toi ! Ça ressemble à quoi quand tu t'énerves ?" et le mec dit juste mollement un "ben c'est pas bien". Voilà ce que ça m'inspire: ça sent la resignation et pas la determination.

Ce qu'a fait ta femme ne se justifie pas dans tous les cas. Par contre j'ai l'impression que ça ne s'explique pas seulement par "ton absence". N'est ce pas carrément un homme qui a été absent dans cette maison ? Quelqu'un qui décide, qui peut faire preuve de fermeté, de détermination, etc. Quelqu'un de rassurant qu'on a envie de suivre et dont on sent qu'il a les épaules pour affronter la vie. C'est pas un hasard si elle a été chercher un entraîneur de rugby, non ? Je trouve ce symbole la assez fort.
Que representes tu en fait chez toi ? Es tu juste un mari qui apporte un confort matériel et une sécurité de situation ? Ou es tu aussi un homme rassurant contre qui elle aime se lover quand elle ne va pas ? Un homme dont elle sent les épaules (au sens propre et au sens figuré). Es tu aussi l'amant ? Lui fais tu juste l'amour de façon classique ou t'arrive t il de la prendre comme un homme qui sait ce qu'il veut (ce qui n'implique pas lui manquer de respect).

L'impression que me donne tout ça c'est que vous êtes ensemble après avoir siffle la fin de la recre. Genre "elle a été chercher un homme, mais là elle retourne chercher son mari pour ne pas tout perdre avec quand même quelques regrets". Ça se sent dans ton discours, elle regrette d'avoir été une connasse, pas d'avoir trompé l'homme de sa vie et d'avoir fait la connerie de sa vie. Elle regrette d'avoir failli perdre un mari, pas d'avoir failli perdre son homme. Est ce un homme qu'elle retourne chercher chez toi ? Ne soyez pas juste un couple de survivants qui sont ensemble parce qu'il faut l'être, vous pouvez être bien plus que ça si vous trouvez une assise dans les rôles dont je t'ai parlé plus haut.

Et tu vois, avec cette grille de lecture là, la situation de l'amant est évidente. Tu ne peux pas accepter l'humiliation que représente la présence de l'amant dans vos vies. Ce n'est pas respectueux vis à vis de toi, on ne respecte pas son homme ainsi. Toi, respecte toi et fait ce qu'il faut pour ça. Ta femme n'arrive pas à couper les ponts avec lui? Fais le avec elle: impose lui un break en mode "on coupe tous les deux tant que ce manque de respect subsiste, et sache que même si tu le quittes il n'est pas évident que je revienne. Je ne suis pas disposé à accepter plus longtemps de me faire humilier, aujourd'hui je suis un homme qui se respecte et compte bien se faire respecter. Et puisque tu ne le comprends pas je te quitte et irai trouver ce respect la chez une autre". Sois ferme, tu ne peux pas accepter qu'on te manque de respect comme ça sans rien dire ! Tant qu'elle garde une relation, même amicale, avec cet amant, c'est comme si elle gardait un lien avec un homme pendant qu'elle est chez son mari à la maison. Sous entendu, l'homme n'est pas à la maison.
La clé de vos problèmes est là : comment toi tu te vois, dans quels rôles ? Et comment ta nana te voit ?. Si tu n'es pas capable de répondre "comme l'homme de sa vie" (tous les mots sont importants) à ces deux questions, alors tu n'as rien à faire avec elle pour le moment.
D'ailleurs c'est exactement pour ça qu'elle veut un couple libre. Elle te voit comme le mari, mais pas comme l'homme. Elle compte donc le chercher ailleurs.
Pour combler une femme, il faut un mari, un homme et un amant. Dans lesquels de ces rôles vous voyez tous les deux ta personne ? Prends tu ces 3 rôles ou seulement l'un d'eux ?
Que vas tu faire du coup ?

Bref, je sais pas si je suis dans les clous sur tout ça, si c'est le cas j'espère que ça te donnera le déclic qui va bien pour que tu (re)prennes le bon rôle.

À bientôt,


Avatar du membre

Auteur du sujet
Nsh
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 24 déc. 2020 18:51

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Nsh »

Salut Dnj,

Merci pour ta franchise. J’avais pas du tout envisagé les choses comme ça. Et pour le coup ça me fait énormément réfléchir. Y’a peut être beaucoup de vrai là dedans.


Avatar du membre

Dnj
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 29
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Dnj »

C'est fort possible. En tout cas je marche beaucoup à l'instinct et il me trompe rarement, et concernant ce que tu as écrit mon instinct me dit ça.

As tu vu le film American beauty ? Si non, regarde le, et regarde l'évolution du personnage de Lester entre le début et la fin (OK, le film se finit mal, mais il passe malgré ça de très beaux messages je trouve).

Vraiment, si ma clé de lecture est juste, voilà ce qu'il faut que tu fasses: deviens un homme. Sois determiné. Mets toi sortir ou à faire un sport virilisant (la boxe par exemple, c'est top pour la confiance en soi). Assume le fait d'avoir des c** entre les jambes (l'assumer ne signifie pas manquer de respect). Porte des valeurs, sois celui contre qui on va se rassurer car il est solide. N'accepte pas qu'on te manque de respect. Tu n'es pas un put* de portefeuille sur pattes tout juste bon à entretenir une maison et apporter un confort financier. Tu n'es pas juste le mari qui permet une situation pendant qu'on s'éclate ailleurs apres avoir négocié un couple libre. Tu n'es pas juste le père de tes enfants, tu es aussi (surtout ?) l'homme que ta femme a épousé.
Vois toi comme ça, et mets toi en cohérence avec ça. Et si elle ne le voit pas elle, ne reste pas avec elle, vous ne vous épanouirez pas si vous êtes frustrés tous les deux.
Ne ressens pas de peur à l'idée de ne plus vivre avec elle si c'est ce vers quoi vous mènent vos chemin, dans tous les cas ce sera préférable à l'idée d'être ensemble sans être réellement bien et d'être fier des rôles qu'on tient !

Sorry, je suis bourrin mais c'est un déclic que je veux provoquer.


Avatar du membre

supersymetrie
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 114
Enregistré le : jeu. 2 nov. 2017 15:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par supersymetrie »

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 11:53 Sorry, je suis bourrin mais c'est un déclic que je veux provoquer.
1000 fois d'accord avec tout ce que tu as écrit.


Avatar du membre

milo91
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 36
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par milo91 »

C'est un peu violent mais DNJ à raison, elles se tournent en règle générale vers des profils "très masculins, matchos, alphas..." car nous sommes (devenus?) un peu trop dociles...

DNJ à raison, assumer sa virilité n'est pas obligatoirement synonyme de vulgarité et de violence, mais retrouver sa place dans le couple.

Comme je l'ai lu dans un post ici la vie nous normalise et nous en perdons notre instinct de chasseurs. Contrairement aux Sandwiches qui eux restent en chasse toute leur vie...

L'idée ce n'est pas de devenir comme eux mais de faire preuve d'assertivité et de fermeté.

Il y à l'avant et l'après et il faut bien que ta femme comprenne que tu ne seras plus jamais aussi docile car elle en à abusé.

Cependant, si elle joue le jeu, il y à de l'espoir, mince mais il existe.

Bon courage.


Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2925
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Sans Prétention »

milo91 a écrit : mar. 29 déc. 2020 15:47 C'est un peu violent mais DNJ à raison, elles se tournent en règle générale vers des profils "très masculins, matchos, alphas..." car nous sommes (devenus?) un peu trop dociles...
Pour la seconde partie de la phrase, c'est très possible. C'est une sorte de constante. Beaucoup de fils de discussions corroborent cette hypothèse sur SOS.
Pour la première partie, cela ne se vérifie pas vraiment en ces termes là. En tous cas pas de ce que je constate sur le site.

Ce que les témoignages rapportent bien plus que la figure quelque peu passée de "l'alpha" c'est plutôt "l'autre chose".

Comme le souligne un comparse
PourquoiMoi a écrit : mer. 20 mai 2020 20:48 Je reviens sur quelques points de réflexion avec un certain recul. (...) Il n’y a pas de mâle alpha. Simplement une personne qui a des atouts que l’autre recherche à ce moment là. La personne n’est ni supérieur ni meilleur même si on peut penser le contraire.
J'aimerais m'expliquer longuement sur cette affirmation mais je vais tenter d'être concis (et je sais que ça va être compliqué. Je ne m'attends pas à convaincre. Juste poser quelques jalons).

En gros, celle (ou celui) que l'on considère comme "notre moitié" est, en général, "coincé.e" dans sa vie (à tort ou à raison, et j'ai envie de dire souvent à tort parce que ce que le ou la cf- cocufieurs- commence à chercher n'est qu'une sublime course au rien à l'extérieur-du couple - alors que le problème est intérieur-en soi-. Bref) quand la tentation pointe.
Le manque de quelque chose, qui dure quand même un peu (et le pire c'est quand ce manque date d'avant vous, le mariage, les gosses et le reste qui, au lieu de stabiliser ne fait que repousser l'inéluctable face à face avec le vide de soi-même...) se fait sentir mais, à la faveur d'un évènement X ou Y, bien plus qu'à l'accoutumée. Et là, bim : le sandwich débarque !

Résumé : ça fait un bout de temps que votre moitié a un problème parfois avec vous, très souvent avec sa propre personne et qu'il ou elle n'a pas la solution et au lieu d'en parler clairement, il ou elle préfère mettre le truc sous le tapis, vous emmerder pour une serviette mouillée ou un oubli de clé de voiture ou un repas chez belle-maman. Pour après coup vous dire "c'était des indices". Et même des trucs qui n'en étaient pas le deviennent. Personne n'étant parfait, bien sûr que vous avez une part de responsabilité mais par un étrange jeu de compensation (vous avez été présents pour le cancer de sa mère, vous avez pris en charge la construction de votre nid douillet, vous êtes d'une fidélité exemplaire, vous l'avez poussée à reprendre ses études, et vous vous êtes occupé des gosses comme aucun autre bourrin dans votre entourage proche ...) vous pensez être quittes. Justement, vu que personne n'est parfait.
Et là, la nouveauté arrive : sandwich attire toute la lumière à la faveur d'un ou deux éléments objectivement probants mais le reste est dans l'ombre. Qu'importe : si c'est nouveau, c'est que c'est bon et tant pis si la qualité réelle laisse à désirer. C'est bien tout ça, wow, puisque j'y mets mes espoirs.

Mais il ne faut surtout pas se "tromper" : cette personne qui fait incursion dans le duo, on lui a ouvert la porte, ne jamais oublier ce "détail" et c'est peut être un alpha (ou une bimbo quand c'est un homme qui succombe) mais pas toujours. Par contre, toujours, le sandwich représente "ce que vous n'avez pas"... J'ai envie de dire "les 20% manquants".

J'aimerais que vous alliez faire un tour du côté des "Adulthèmes"... Une sacrée compil et je n'ai pas eu le loisir de tout mettre en ligne (encore des centaines de pages en attente) mais c'est intéressant de constater que des hommes peuvent parfois s'amouracher de femmes peu attirantes, que des femmes finissent par répugner les muscles bien dessinés de leurs hommes pour des bras vieillis et flasques, que d'autres hommes succombent pour des manipulatrices dont ils savent les errances alors que la légitime est d'une fidélité absolue, que d'autres femmes s'abandonnent sur des corps malades alors qu'elles ont chez elles un sportif...

Oui, c'est cela que dit la centaine de témoignages que j'ai pu lire.

Bien sûr, il y a l'arbre qui cache la forêt : le cas du mec ou de la nana parfait.e qui débarque sur son cheval blanc pour sortir notre cf de son désarroi et l'emmener au loin pour des horizons plus radieux.
La réalité est souvent moins glamour : la plupart du temps c'est manipulations, histoires de sexe pas très reluisante, mensonges compulsifs, retournements de culpabilités, problèmes d'enfance pas réglés, et surtout jeux psychologiques. On aime les triangles dramatiques dans les trios laids...

Il y a effectivement statistiquement plus de chances que madame tombe sous le charme d'un multi récidiviste (vous pouvez vérifier). Ce n'est d'ailleurs souvent pas un "alpha" bien qu'il en ait l'odeur.
Juste un bon dragueur, un beau parleur qui sait y faire (parce que récidiviste. Logique).
D'ailleurs un "alpha" digne de ce nom viendra vous affronter pour récupérer la "femelle" dans un mémorable face à face. Certainement pas en se cachant derrière les (coups) fourets comme dans 99% des cas. Et moins encore en refusant de prendre la femelle lorsque vous l'avez balancée hors la maisonnée (l'enjeu n'est-il pas le conquête d'une femme extraordinaire que l'on souhaite vous ravir ? Pourquoi le sandwich jette t il presque systématiquement son trophée ? )

Alors oui, c'est des chasseurs...
Moi j'ai tendance à penser qu'à l'époque des cavernes l'alpha c'était plutôt le cueilleur (de femelles). Oui, on chasse le mammouth, on cueille la femelle. L'inverse est moins vrai... (Parfois je raisonne par l'absurde hein mais certaines théories donnent le tournis).

Mais madame boit aussi le filtre d'amour enivrant avec un plus jeune (alpha), fauché comme les blés (pas alpha), mais il est plus jeune.
Avec un plus vieux (pas alpha), vieux, mais plus riche (bon ben alpha du coup).
Avec un plus beau (alpha). Mais plus con (mmm).
Avec un plus tendre (pas alpha). Et amoureux par dessus le marché (pas du tout alpha). Un qui parle et tout, mais qui est malade (réflexe de l'infirmière : aucun rapport avec l'alpha alors ?). Et vous êtes en bonne santé (alpha).
Avec un danseur (alpha pas alpha?). Alors qu'elle aime pas danser... Et qu'en a rien à foutre de son énième conquête (alpha pas alpha?) ...
Avec un chômeur (pas alpha), un peu bohème (pas alpha quoique... Nomade...), et donc forcément sexy, parce que vous travaillez trop (travailler pour rapporter la pitance c'est alpha. Mais trop bosser c'est plus alpha parce que manque la tendresse, l'écoute, la bienveillance, la présence... Alpha, pas alpha?).
Avec son patron (alpha) parce que vous êtes au chômage (pas alpha) alors qu'elle vous a pris pour être homme au foyer (pas alpha) que toutes ses copines lui envient (irrésistiblement alpha).

Qu'ont en commun tous ces mecs ?
Sont-ils tous des alphas ? Des demis ? Des quarts ?

Pour vérifier une théorie il faut la passer à l'épreuve des faits...
Y a quand même très peu de sandwichs qui tiennent la route sur le long terme avec madame... Surtout en termes d'engagement. Et pas beaucoup ont le profil adéquat. Vraiment pas beaucoup d'après les descriptifs que je peux lire sur des sites consacrés à la thématique.
Les items donnés ont par ailleurs tendance à me faire penser que c'est souvent le légitime qui est le véritable alpha dans l'affaire. Y a que l'usure qui joue contre lui...

Le seul et unique point commun que j'ai pu vérifier de manière robuste chez tous les sandwichs ce n'est pas leur domination magistrale d'un groupe donné, c'est : ils avaient les 20% manquants !
Vous êtes sportif, plutôt sérieux, très bosseur mais pas super drôle ? Il vous manque 20%... Elle trouvera celui qui la fait rire. Et elle va fantasmer tout le reste autour de cette personne qui cristallise ce manque... 20%...
Vous êtes marrant, assez léger, un charme fou sans être un top modèle ?
Elle va en trouver un qui sera plus "profond" et sans doute plutôt belle gueule. Mais évidemment torturé et tout... D'ailleurs il la torturera. Et vous savez quoi ? C'est vous qui ramasserez les morceaux. Ses sautes d'humeur, ses pleurs, ses colères... C'est pas vous. Mais comme vous n'êtes au courant de rien, vous contribuez à vous enfoncer sans le savoir...
Vous êtes une baraque ? Attendez-vous à étonnement trouver sur votre route... moins baraqué, mais avec ce petit truc... Que vous n'avez pas.

Très rarement on tombe sur un témoignage du genre "Bonjour, je suis cocu, je suis con moche, je suis une merde, je bosse pas, je fais rien de bien et je fais mal l'amour. Ma femme m'a trompé, c'est normal". En général on sait qu'on a des défauts, qu'on a raté des trucs, mais on a assuré par ailleurs dans d'autres domaines importants pour nous (les gosses, la maison, le boulot pour rapporter des sous, la famille, la belle-famille, le soutien dans la maladie, 80%). D'où le vertige absolu, l'incompréhension.
Souvent d'ailleurs je vois écrit "j'ai eu des occasions mais je ne l'ai jamais trahie"... Ça veut dire quelque chose non ? Est-ce le fait de résister ou de se laisser aller qui fait d'un homme un "alpha"?

Alors au fond, on a l'essentiel mais pas tout...

Et ces 20% là, certains nomment cela être "alpha".
La nouveauté. Fastoche.

Madame (ou monsieur d'ailleurs) ne va pas bien dans sa vie... Il lui manque ces putains de 20%... A un point qu'il ou elle pense que oui Oula, c'est ça qui le ou la comblera... Ça en devient obsessionnel. Mais le vide ne se remplit pas...
Madame veut être polyamoureuse ? Bizarrement elle y va quand même alors que vous n'êtes pas d'accord mais elle sera absolument incapable de se mettre avec un homme réellement poly amoureux... La peur de la concurrence ? Tiens tiens notre alpha peut donc provoquer du rejet au final ?

Appelez cela comme vous voulez, reste que la réalité ne s'inscrit pas dans cette facilité qui aide à surmonter l'incompréhensible : Julien Doré ou Nicolas Sarkozy... Lequel est alpha ? Si vous aimez les paillettes, le premier, si vous aimez le pouvoir, le second (oui, il y a bien des mécanismes archaïques, mais ils ne tiennent pas face aux histoires personnelles de chacun -éducation, figure parentale de référence, environnement culturel, et même génétique ... Et si ça tient, l'archaïsme, on sait d'où vient le problème...😉).
Si vous aimez le Death Metal, vous ne donnerez pas vos faveurs à Justin Bieber. D'ailleurs, c'est quoi cette vermine rampante qui ne ressemble que de manière approximative à un "vrai mâle"? Hum ?
Oui mais en attendant voilà, cette "lavette" aura un score de fantasme féminin plus élevé que n'importe quel "mâle viril" connu dans ma rue...
Ok, Mister France avec sa musculature parfaite, ses dents impeccablement blanches ... Alpha.
Pas si vous êtes vegan anarcho. Pour vous, Mister France pue. Est trop superficiel. Vous lui préférez un rasta avec de bonnes vibrations... Alors c'est quoi un alpha ? Les variabilités ne sont pas infinies c'est vrai. Mais elles ne sont pas si restreintes non plus.

Cela appelle deux remarques : une mauvaise (en deux temps) et une bonne (en deux temps).

La mauvaise chose c'est que comme personne n'est parfait, il vous manquera toujours au moins 20% de quelque chose pour être un Dieu (et d'ailleurs vous-mêmes avez supporté les 40% manquants de votre cher.e et tendre et vous vous dites "ah mais je sais pas pourquoi je me suis emmerdé à être fidèle si c'est" pour être dans cette situation là aujourd'hui" ...)
Beaucoup passent leur vie à vouloir le devenir. Un dieu. Tant mieux s'il y parviennent. Moi j'en ai vu plein perdre de leur humanité dans cette course sans fin (parce que c'est une course sans fin : quelque soit le domaine, il y aura toujours, toujours, un alpha plus alpha que vous quelque part). C'est un choix de vie comme un autre.
En général, ils viennent sur le site vous annoncer que tout le monde est pourri qu'il ne faut jamais avoir confiance en l'autre sexe et qu'ils ou elles sont devenu.e.s des machines à niquer après s'être faits niquer... Et qu'ils détiennent LA vérité. Et qu'importe si des personnes vivent différemment, c'est qu'elles sont hypocrites... Ou faibles. C'est selon.
(Pour vous rassurer, je vous conseille de taper sur Google "mon homme est un alpha et je le trompe". C'est risible et intéressant à la fois. Ou juste aller sur Gleeden pour voir pourquoi les inscrits à ce site déclarent eux-mêmes tromper, loin des oreilles de leurs conjoints officiels. Édifiant.)

L'autre mauvaise nouvelle c'est que du coup, quoique vous fassiez ou ayez pu faire, vous avez pris à un moment ou à un autre, la mauvaise décision puisque ce n'est pas celle qu'elle (votre moitié) attendait sans vous le dire.

La bonne nouvelle c'est que justement, il faut se libérer de cette prison qui consiste à vous évaluer par rapport à un fantôme, par rapport à ce que vous n'êtes pas et qui ne vous correspond pas puisque quoique vous fassiez ou ayez fait, vous auriez eu faux. Dans tous les cas. Alors inutile de se torturer.

L'autre bonne nouvelle c'est que vous êtes forcément l'alpha de quelqu'un. Vous l'avez d'ailleurs été pour votre moitié parce que c'est l'alpha qui se reproduit, qui a une progéniture, pas le bêta... Le bêta c'est celui qui choppe la femelle lorsque l'alpha a le dos tourné... Bref. Les caricatures parfois aident à voir un peu plus loin.

Cela n'enlève rien à ce que souligne Milo dans son message : si ton besoin d'amour surpasse ton besoin de respect, alors, tu te positionnes comme étant la serpillière affective du couple. Et oui, elle en profite. Pour vivre son déséquilibre interne (l'équilibre réel lui fait peur : pourquoi sinon s'entêter à garder contact avec le sandwich ?) . Et c'est toi qui supportes son manque de fidélité à elle-même... Tu hérites de ses hésitations qu'elle n'arrive pas à gérer. Mais pour cette partie là, tu "acceptes" de les prendre à ta charge : y a pas d'ultimatum !
D'où le déchirement (vous n'êtes pas "un", ni deux, mais trois...), la souffrance (vous pensiez être d'accord avec ta moitié... Mais en fait... C'est surtout elle qui fait comme bon lui semble), l'ambivalence (tu détestes ce qu'elle a fait et l'aimes à la fois mais dans quel sens ? )...
Et je vais rejoindre DNJ également : sans forcément parler de concurrence avec le sandwich ou autre, il est important de sécuriser un couple qui vacille. C'est un principe pas trop difficile à comprendre.
La présence de l'amant dans vos vies est un facteur qui ébranle votre duo d'une manière ou d'une autre et le fait en devient inacceptable.
Si toi tu fais l'effort de pardonner ou au moins de maintenir le couple, elle a également sa part de boulot. Question de loyauté affective : qui en bénéficie actuellement ? (qu'il y ait ou non textos sexys, continuation cachée de la relation ou non). si tu fournis plus de 50% des efforts c'est que vous n'êtes pas un couple.

Sauf si vous virez au trio amoureux. Chacun ses choix. Idéalement la femme de monsieur Rugby pourrait être de la partie sinon ce serait la tristitude. Pas cool d'être échangiste sans en avoir les avantages...
Trêve de plaisanterie.

Pas besoin d'être un alpha pour se positionner (ou alors se positionner c'est déjà faire preuve d'alphaïtude...) : il y a des femmes qui ont dit "non ça ne peut plus durer" sans devenir des hommes 😅😅😅
C'est plus une question d"amour propre" (intéressant comme expression)
Être. S'affirmer en tant que personne digne d'être entendue. Intègre. Pas intégrée (désintégrée ?) dans l'autre.

Alors être ferme ok... Mais si elle récidive ?
Voilà : être prêt à mettre fin à ce foutoir qui est tout sauf une situation épanouissante.
Ça peut aussi être : inviter madame Rugby à la maison avec monsieur vu que vos enfants seront dans la classe du bonhomme l'an prochain et que tout le monde s'entend tellement bien ! (Faut avoir le cœur accroché mais cette simple proposition va remuer les égouts)...
Bref. Faire quelque chose. Elle te remerciera plus tard. Et si ce n'est pas le cas, c'est qu'elle ne te mérite pas.

Sinon ben...
Pour l'aspect scientifique de la notion du mâle alpha, son inventeur a déjà fait son mea culpa : https://www.google.com/amp/s/chienmatin ... pas/%3famp
(Spoil intéressant : l'alpha paraît dans des structures dysfonctionnelles).

Un avis éclairé sur la question : que nous dit l'un des plus grands ethologues du monde ?
Mettez les sous-titres, c'est plus fun...



Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Dnj
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 29
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Dnj »

Chapeau SP, vraiment.

Après, il reste qu'il y a de nombreux cas où on n'est pas sur du 80 20 mais plus proche du 50 50 (voire la tendance s'inverse). Quand la nana quitte d'elle même le conjoint ou que ses attentes ont tellement évolué que plus grand chose ne colle. Typiquement, je vois deux cas :

- une fois la tromperie révélée, le conjoint arrête la tromperie. La on était probablement sur du 80 20 comme tu dit. Après, ça peut donner un déclic aux deux et ça colle à long terme, ou alors on ne corrige pas les problèmes de fond et de nouveau la frustration apparaîtra.

- une fois la tromperie révélée, le conjoint la continue en poursuivant les mensonges, voire ajoute une nouvelle tromperie. La on est plus sur du 80 20, on est sur une vraie divergence de fond car on assume le fait de ne pas respecter son conjoint alors même qu'il sait qu'on l'a trompé.

Dans tous les cas, qu'on soit dans le premier ou le second cas, une des clés de la solution est pour le trompé d'apprendre à se respecter (corollaire : à se faire respecter). Pour ça que je pense que toute tromperie devrait passer a minima par une période où le trompé quitte le trompeur, histoire de dire "moi, je ne suis pas une personne qu'on ne respecte pas, et ça je ne l'accepte pas. Juste..tire toi. Je ne sais pas si je te reprendrai car même si j'évolue, tu devras me meriter".
J'ai connu un cas où la nana disait à son amant "de toute façon mon mari ne me quittera jamais". Lorsqu'il l'a fait quand il a commencé à se respecter, elle a vu flou. Et pourtant c'était nécessaire pour que l'après se passe bien, qu'il la reprenne ensuite ou non.


Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2925
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Mon histoire après 24 ans de vie commune

Message par Sans Prétention »

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:36 Après, il reste qu'il y a de nombreux cas où on n'est pas sur du 80 20 mais plus proche du 50 50 (voire la tendance s'inverse).
Oui c'est tout à fait juste.
Pour ça que j'utilise les expressions "souvent" ou "en général".
Il y a bien des cas où le "fautif" est le cocu.
A voir sur ce fil de discussion ici ( le cas typique d'une infidélité qui vient bien des manques dans le couple : viewtopic.php?p=57910#p57910)

(NB : ce à quoi je suis allergique c'est ceux qui disent "c'est TOUJOURS la faute du cocu". Si on veut être rigoureux, d'abord on analyse la situation, après on voit les pourcentages de chacun).

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:36 Quand la nana quitte d'elle même le conjoint ou que ses attentes ont tellement évolué que plus grand chose ne colle.
Oui c'est vrai aussi. Mais il y a une deuxième possibilité, plus commune : la double vie.
Ce syndrome qu'on appelle "le beurre et l'argent du beurre" est plus répandu qu'on ne le pense.
Voir ici : viewtopic.php?p=57998#p57998
Et après, c'est relativement "fidèle" à ce qu'on observe en dehors du site : comment expliquer sinon l'explosion des inscriptions aux sites de rencontres extra-conjugaux ? C'est pas des célibataires qui s'y mettent...

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:36 Typiquement, je vois deux cas :

- une fois la tromperie révélée, le conjoint arrête la tromperie. La on était probablement sur du 80 20 comme tu dit. Après, ça peut donner un déclic aux deux et ça colle à long terme, ou alors on ne corrige pas les problèmes de fond et de nouveau la frustration apparaîtra.
Oui on va dire cas numéro 1 : adultère conjoncturel, l'insatisfaction vient du couple.
La suite que tu décris ça arrive mais ce n'est malheureusement pas la règle.
La règle c'est : viewtopic.php?f=40&t=3728

Posons-nous les bonnes questions : nombre de thérapeutes affirment que l'infidélité vient révéler un problème dans le couple (ce n'est pas politiquement correct de dire "ou un problème chez la personne"). Mais si c'est le cas, alors une fois révélée, l'infidélité doit stopper net et on résout le problème. Or, dans 90% des cas rapportés, ça continue. Conclusion : faut arrêter de chercher l'aiguille dans une botte de foin pour se tourner vers la boîte à couture.

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:36 - une fois la tromperie révélée, le conjoint la continue en poursuivant les mensonges, voire ajoute une nouvelle tromperie. La on est plus sur du 80 20, on est sur une vraie divergence de fond car on assume le fait de ne pas respecter son conjoint alors même qu'il sait qu'on l'a trompé.
Cas numéro 2 : infidélité structurelle, l'insatisfaction vient de la personne elle-même.

En gros, que ce soit ou non la "faute" du cocu, une personne structurellement insatisfaite trompera quand même (par contre, c'est toujours la faute du cocu étrangement. Celui qui a aussi des griefs soit dit en passant).
Et ce sera pareil avec l'actuel partenaire ou le suivant.

D'où l'idée d'une thérapie pour voir ce que tout ça cache.
Disant cela, je voudrais aussi mettre en évidence le fait que la personne insatisfaite peut vouloir par exemple devenir échangiste ou libertine mais n'ose pas se l'avouer. Très bien.
Le problème alors pour la personne n'est pas le fait d'être "fidèle" ou non mais ce qu'elle veut vraiment (on peut être fidèle à la parole donnée avec un partenaire libertin tout en ayant plusieurs partenaires sexuels. La tromperie n'est pas le fait d'aller voir ailleurs, c'est le fait d'aller voir ailleurs au mépris des règles que se sont fixées le couple).
Après, on repère les dysfonctionnels comme ça : alors qu'ils ou elles se voudraient polys et lib, ils ou elles refusent de se mettre en couple avec un autre poly/lib. C'est là que ça devient drôle. C'est donc un problème de domination affective et aussi parfois sexuelle. Thérapie.

Dans les rares cas où la responsabilité incombe au cocu lui-même (réel manque d'attention et du reste, défaillance avérée quoi), oui, c'est plus "simple" : on sait sur quoi travailler. Enfin à peu près : le sandwich a pris une telle place que, comme disait Laurent un ancien du site "tu peux sauver un car plein d'écoliers au bord d'une falaise, l'autre qui aura sauvé un oiseau sera quand même mieux que toi dans ses yeux."
C'est de la concurrence déloyale parce que le sandwich n'a pas à gérer la réalité quotidienne.

C'est pour ça que même en cas de "faute" du cocu, cela ne dédouane pas le cf pour autant : quand on a passé un certain cap, notre mémoire moléculaire se "souvient" de nos petits écarts et il y a le deuil de la tierce personne à faire...

De toutes façons quelque soit la théorie, le mieux c'est encore d'écouter ce qu'ont à dire les cf : viewtopic.php?p=58339#p58339 (à lire)

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:36 Dans tous les cas, qu'on soit dans le premier ou le second cas, une des clés de la solution est pour le trompé d'apprendre à se respecter (corollaire : à se faire respecter). Pour ça que je pense que toute tromperie devrait passer a minima par une période où le trompé quitte le trompeur, histoire de dire "moi, je ne suis pas une personne qu'on ne respecte pas, et ça je ne l'accepte pas. Juste..tire toi. Je ne sais pas si je te reprendrai car même si j'évolue, tu devras me meriter".
Oui je suis d'accord.
En tous cas, il faut des actes qui correspondent aux paroles.
Voir ici : viewtopic.php?p=58002#p58002

Ca s'appelle la congruence.

(NB : ce à quoi je suis allergique c'est ceux qui disent "TOUT dépend du cf". Si on veut être rigoureux, d'abord on analyse la situation, après on se bouge les fesses, peu importe le sens).

Dnj a écrit : mar. 29 déc. 2020 23:36 J'ai connu un cas où la nana disait à son amant "de toute façon mon mari ne me quittera jamais". Lorsqu'il l'a fait quand il a commencé à se respecter, elle a vu flou. Et pourtant c'était nécessaire pour que l'après se passe bien, qu'il la reprenne ensuite ou non.
C'est la priorité pour tous les cocus qui se retrouvent parmi nous : ne plus être la variable d'ajustement de la vie de l'autre.
Et pour ça, pas 56 solutions : se détacher et s'affirmer.
C'est peut-être ça qu'on appelle "être un homme", et pourquoi pas "être une femme".
Au final, tout simplement être humain.

Voir ensuite si ça tient ou pas avec l'autre.

:fleur


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Répondre