Détruit...

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

lili223
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 40
Enregistré le : dim. 18 juin 2017 16:35

Re: Détruit...

Message par lili223 »

Bonjour,
Je suis contente de lire cette heureuse issue.
Profitez bien de ce bonheur retrouvé.
L'adultère peut aussi avoir un rôle thérapeutique parfois au niveau de la sexualité.
Et c'est .. tant mieux.
Par contre la culpabilité est un poison, sa seule fonction est une prise de conscience de ses actes et de leurs répercussions.. dans l'instant.
Elle permet un élargissement de conscience, la volonté de créer une meilleure version de soi dans certaines expériences ou situations humaines. Mais elle n'a aucun intérêt à rester en arrière plan, à part devenir ... toxique.
Nous sommes tous des êtres imparfaits, et nos erreurs des apprentissages vers ce que nous voulons devenir ou pas.
Nous n'avons pas à en avoir honte.
Elles sont des guides.
J'ai pointé votre responsabilité pour ouvrir votre empathie, mais chacun est responsable de ses propres actes.
Ce sont juste ces mécanismes de compréhension et d'ouverture qui sont importants d'observer, pour sortir du schéma victime bourreau et définir pourquoi une relation nous convient, pas ou plus, en sortant du processus jugement reproches, par une approche plus complète et bienveillante du problème.
Je valide aussi que ces reconstructions, reconquêtes doivent tenir compte en toute lucidité des envies et besoins de chacun réactualisés, avec pour fil rouge une excellente communication de soi et ses émotions.
Mettre sous le tapis, du déni de soi ou du respect de l'autre ne fragilisera toujours que beaucoup plus vite la relation.
Un couple évolue comme une danse au pas à pas, et l'important et d'essayer de garder l'équilibre du bon tempo, celui qui convient au 4 pieds, jusqu'à.. oublier le mouvement parfois ..dans une parfaite fluidité...devenue...naturelle.
Cela ne veut pas dire que la danse est éternelle, il y aura d'autres pauses, pour raisons diverses.
Mais parfois la danse reprend, et elle peut avoir à offrir de merveilleux moments.



Avatar du membre

Auteur du sujet
souba
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 13 févr. 2020 08:08

Re: Détruit...

Message par souba »

Merci beaucoup lili223 pour votre expertise,..
Pour votre message d'encouragement !



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2830
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Détruit...

Message par Sans Prétention »

souba a écrit :
mar. 25 févr. 2020 08:35
Oui,effectivement, je l'ai moi-même trompée il y a 15 ans...
J'en suis sorti dévasté de remords,de culpabilité.
Ma libido c'est même retrouvée à néant.
Comme quoi tromper n'est pas toujours un "booster" sexuel... :doute:

Je te souhaite bonne continuation avec ta nouvelle lucidité et ton expérience étendue.


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

Auteur du sujet
souba
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 13 févr. 2020 08:08

Re: Détruit...

Message par souba »

Quelques nouvelles...

Ca va un peu mieux. Je maîtrise mieux mes colères.
Il y a quand même eu dimanche soir une crise importante où elle s'est fermée, me disant que seul mon ego m'importait.
Elle m'a également traité de fou par ce que je tournai en boucle avec mes questions auxquelles elle dit m'avoir déjà, plusieurs fois, répondue.
Nous renouons le dialogue après chaque pic de colère.
Nous sommes de plus en plus proches émotionnellement et sexuellement.
Elle me jure ne jamais recommencer et me dit avoir été complètement débile de s'ouvrir ce type.
Bien sûr,elle maintient n'avoir jamais eu de contact charnel avec lui.
A suivre...
Je crois en nous.



Avatar du membre

Auteur du sujet
souba
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 13 févr. 2020 08:08

Re: Détruit...

Message par souba »

Une semaine plus tard.

J'alterne entre le haut et le bas...
Nous parlons beaucoup, même si je ressens de plus en plus que cela l'importune.
A tort ou à raison, je me forge la conviction qu'elle dit vrai de ne pas avoir eu de contact physique avec lui.
Même si souvent ses aveux du départ sonnent dans ma pauvre tête meurtrie.
J'ai l'impression d'avoir franchis un cap. Je suis plus polarisé sur le "comment elle a pu me cacher cela pendant 7 années ?
Comment elle a pu me tenir lors de discutions,des propos moralisateurs ,voir condamner,des comportements, condamner également cette société ou tout le monde s'aime puis se désaime aussi facilement...
Ma peur,ma grande peur aujourd'hui, est que cet état de grâce,ou nous nous aimons ,ou nous faisons l'amour comme jamais, ne soit qu'une réaction cérébrale de courte durée, post traumatique..?
Je savoure vraiment sincèrement ces moments, mais ma conscience, quelque part, m'insinue un doute.
Est-ce normal? Ou suis-je trop con pour profiter de cet état de grâce ??
Voila,j'avais besoin de partager avec vous cette évolution.
Si il y a des retours d'expériences, des avis???

Merci encore de votre soutien.



Avatar du membre

Auteur du sujet
souba
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 13 févr. 2020 08:08

Re: Détruit...

Message par souba »

plus personne en ce moment sur le forum? :?



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2830
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Détruit...

Message par Sans Prétention »

Bonjour Souba
souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
J'alterne entre le haut et le bas...
Pour te "rassurer", c'est ce qu'on appelle ici l'effet Space Mountain, mais là précisément, c'est plutôt les montagnes russes parce que ça monte et ça descend quoi... :roll: (Le Space Moutain t'es dans le noir et tu sais pas si la prochaine est une boucle ou une double vrille ou un piqué à 90... :fou: )

Tout ce qu'il y a de plus normal et de plus pénible à la fois. :kelkon:

Concernant le temps, il fut une époque on l'on énonçait (je sais même pas sur quelle base d'ailleurs) un retour à la normale (mais bien sûr avec ce boulet en plus dans l'histoire du couple) en quelques mois.
Pour ma part, je constate sur le site une disparition des symptômes au bout d'un an et demi, plutôt deux ans, du moins dans le cas de reconstructions à peu près réussies (ou de largage des amarres). Peut-être que je projette, mais c'est en tous cas pas "quelques mois"...

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
Nous parlons beaucoup, même si je ressens de plus en plus que cela l'importune.
Cela est tout à fait normal. Pour elle, comme pour toi.
C'est compliqué de serrer les dents et s'entendre ressasser le passé :deal: (je sais pas si tu as subi ça déjà) tout comme c'est compliqué (voire offensant) "d'évacuer" la chose en mode "on n'en parle plus hein, c'est derrière". :kelkon:

En fait vous êtes clairement dans une ambivalence en terme de "réparations" : vos besoins ne sont pas les mêmes, ils sont carrément à l'opposé.
Elle a besoin "d'oublier" pour avancer, toi de déterrer jusqu'au dernier cadavre pour le faire.
Je conseille toujours la thérapie. C'est souvent décevant; parfois, en fonction du/de la thérapeute, pas convaincant, mais la démarche en elle-même comporte déjà une forme d'effet (placébo ?) non négligeable mais surtout, si le/la thérapeute est très à l'écoute, ça cadre pas mal. :super:
Dans pareille situation, les cerveaux vrillent et une tierce personne, même quand elle énerve, n'est pas de trop pour temporiser.

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
A tort ou à raison, je me forge la conviction qu'elle dit vrai de ne pas avoir eu de contact physique avec lui.
:doute:

Et j'ai envie de dire : ça changerait quoi ?
Tu sais avec le temps, de nombreux cocus qui reviennent sur leur histoire, quand l'eau a coulé sous les ponts, parlent davantage du mensonge, des manipulations, des petites phrases de merde, du déséquilibre qui fondait le couple, du mépris et toutes ces joyeusetés qui peuvent être franchement gerbantes quand on réenvisage les choses avec le recul nécessaire, mais surtout, c'est flagrant, de l'attitude du cocufieur plus que de ses écarts physiques (voire émotionnels) sauf quand bien sûr ça a viré au très glauque :beurk: .

Cela dit, je comprends cette envie viscérale de savoir. C'est inscrit dans notre cerveau : les incertitudes doivent se résoudre.
Parfois ça n'arrive pas. Mais au fond, l'infidélité c'est souvent plus qu'une galipette effectuée en mode synchro sur un trampoline adverse... Dont acte.

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
Même si souvent ses aveux du départ sonnent dans ma pauvre tête meurtrie.
C'est ce qu'on appelle un "irrésolu". Tu sais pas pourquoi elle a dit ça.
On peut l'envisager "statistiquement" avec de fortes présomptions mais on n'est sûrs de rien.
J'imagine que pour ma part, si j'étais dans ta situation c'est ce point précis qui m'intéresserait davantage que de savoir si elle a joué à touche pipi avec Roméo Prude. Mais je ne suis pas toi. Chacun ses lubies. :wink:

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
J'ai l'impression d'avoir franchis un cap. Je suis plus polarisé sur le "comment elle a pu me cacher cela pendant 7 années ?
:super:

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
Comment elle a pu me tenir lors de discutions,des propos moralisateurs ,voir condamner,des comportements, condamner également cette société ou tout le monde s'aime puis se désaime aussi facilement...
Triste mais courant.

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
Ma peur,ma grande peur aujourd'hui, est que cet état de grâce,ou nous nous aimons ,ou nous faisons l'amour comme jamais, ne soit qu'une réaction cérébrale de courte durée, post traumatique..?
Il y a toujours une période de retour en grâce effectivement. Ca s'observe de manière assez répétée dans les témoignages.
Cette période traduit un début de sortie de tunnel.
Après ça dure ou ça dure pas, dépend des protagonistes et des découvertes post-"pardon".
J'ai envie de dire, sans vouloir heurter, mais plutôt encourager, que dans ton cas précisément, tu as eu droit à une sorte de cocufiage soft.
Pour le coup, je t'encourage vivement à persévérer (en faisant attention à toi quand même et en étant attentif à son comportement).
Si tu avais eu sous les yeux tout ce que j'ai pu lire en plus de cinq ans (+ ce qu'on m'a rapporté en off), tu serais sans doute très heureux d'en être là, malgré la douleur dont il n'est pas question ici de faire un concours.

:fleur
souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
Je savoure vraiment sincèrement ces moments, mais ma conscience, quelque part, m'insinue un doute.
Est-ce normal? Ou suis-je trop con pour profiter de cet état de grâce ??
C'est tout à fait normal. T'es pas trop con, c'est comme ça que ça marche.
Lorsque ce n'est pas le cas, c'est qu'il y a un autre problème : soumission destructrice ou je m'en foutisme amoureux.
Après, ce qui est "normal" n'est pas forcément souhaitable. Je re recommande un accompagnement, sachant que ça peut faire plouf pour des raisons financières.

souba a écrit :
lun. 9 mars 2020 08:59
Merci encore de votre soutien.
:jap:


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

Auteur du sujet
souba
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 13 févr. 2020 08:08

Re: Détruit...

Message par souba »

bonjour,

merci encore pour cet éclairage expérimenté.

hier soir,j'ai consulté mon médecin généraliste pour autre souci de santé
dans la sale d'attente,je me disait ne pas avoir envie de lui parler de mes difficultés psychologiques du moment.
quand il m'a reçu,il a tout de suite vu à ma tronche que quelque chose n’allais pas...

je me suis lâché,lui est fait part d'un gros problème privé,sans pour autant lui dire qu'il s'agissait d'une tromperie de mon épouse.
il est également son médecin traitant ainsi que celui de nos enfants... je n'ai pas voulu la mettre au pilori.

il m'a placé sous anti dépresseur et souhaite me revoir dans 15 jours.

il m'a également conseillé de consulté un psy ce que je trouve moi aussi nécessaire.

de retour,j'en ai parler à ma femme qui elle aussi,accepte de consulter. réticente au départ,elle me semble convaincue après discutions.

il est vrai que elle aussi souffre de casseroles du à son passé familial et qu'à mon sens,il lui faut faire sa propre chasse aux fantômes...
elle souffre,et l'avoue,d'une mauvaise image d'elle même.
je lui est dit que cette thérapie de son coté correspond aussi à une demande forte de ma part. je ne veux,en effet,prendre toute la démarche de reconstruction à ma seule charge. si l'on doit sauver notre union,ce qui est une volonté partagée,il en est de nos responsabilités mutuelles.

voila ou nous en sommes aujourd'hui.

je crois toujours et encore à notre couple.

merci du fond du coeur pour votre aide,pour votre écoute. :thx:



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2830
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Détruit...

Message par Sans Prétention »

souba a écrit :
mar. 10 mars 2020 11:35
il m'a placé sous anti dépresseur et souhaite me revoir dans 15 jours.
Comme quoi, il y avait besoin de soins...

Bon courage pour la suite.

:A+


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

lili223
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 40
Enregistré le : dim. 18 juin 2017 16:35

Re: Détruit...

Message par lili223 »

Bonjour,
Comme cela vient de vous être précisé, ce que vous ressentez est tout à fait normal et transitoire.
La piste thérapeutique peut être une bonne réponse, mais si ce n'est pas d'un commun accord, c'est un langage d'autruche avec une perte de temps et surtout d'argent.
Comme dans beaucoup de professions, le pire côtoie le meilleur est il ne faut surtout pas hésiter à en voir plusieurs, pour faire le bon choix.
Certains thérapeutes bien jeunes n'ont que leurs livres et leur savoir, seuls des aînés, des matures, avec une vraie expérience de vie et du couple, associeront la compréhension à leur guidage.
Mais méfiez vous, certains sont surtout là pour soulager votre porte-monnaie.
Le vrai bon guide thérapeutique du couple est celui avec qui les deux partis se sentent en confiance pour aller dans des zones qui vont piquer. Celui qui est souvent le moins cher, mais le plus passionné par son envie de donner des clés et qui débordera parfois sur son temps de travail .. gratuitement .. parce qu'il sent qu'il y a une étape qui se travaille dans l'intant, et il donne tout pour faciliter le passage.
Celui qui conseille des lectures, des exercices, pour aider chacun dans ses mécanismes d'évolution.
Et enfin, celui qui sait dire Stop, la crise est derrière, vous avez tous les outils pour restaurer et vous pouvez y arriver.
Alors que vous ne le saviez pas encore vous même.
Le thérapeute soigne et restaure la communication, la compréhension de l'autre, ce n'est pas un guérisseur d'amour, et ne peut faire des miracles.
Il amène le couple, vers une nouvelle version de lui, ou vers une rupture amicale.
A mon avis, les thérapies qui travaillent en binôme avec un travail de couple, jumelé à des thérapies individuelles ne sont pas nécessaire pour plusieurs raisons.
Ces prises en charge exigeant double séance sont énergivores, demandent beaucoup de temps, et beaucoup d'argent pour des résultats controversés.
Aller fouiller dans l'enfance de chacun, ne résoudra pas forcément plus les problématiques qu'aller chercher pourquoi on a attrapé la grippe.
Les thérapies de communication et comportementales me semblent plus judicieuses pour assainir des visions relationnelles dépassées par des attachements errants dans la souffrance, qui oublient l'essentiel... l'amour véritable est celui qui donne et non qui prend. Et si la facon d'aimer du compagnon ne nous correspond plus, on peut lui Donner la liberté d'être lui, et partir.
Si cette nouvelle collaboration ne nous convient pas.
De plus, l'opacité des séances individuelles freinent la reconstruction de la confiance par leur côté privé qui oublie que la transparence est le meilleur outil de retour à une vraie complicité.
Surtout, que dans votre cas, c'est cette quête de vérité qui vous ronge.
C'est logique, les mensonges et non dits détruisent souvent plus que les actes.
Et si la confiance ne reviens pas, la reconstruction ne sera pas possible.
Si votre instinct vous dit qu'il manque un bout, ce bout restera un résidu poison de la nouvelle relation.
C'est pour cela que je faisais appel à votre passé, et à son envie de se protéger.. vous protéger.
C'est assez bien traduit dans le film .. la ritournelle .. avec Isabelle Huppert.
L'amour peut comprendre Mais l'art du mensonge est de savoir s'arrêter quand on sait que l'autre a compris qu'on le prend pour un con. Sinon, ça ne laisse aucune chance à une reconstruction.
De toute façon, le couple sera différent, mais si on ne comprend pas totalement l'autre et ses réactions, on aura du mal a y retourner.
Les zones d'ombres resteront des doutes, et le passé doit appartenir au passé.



Avatar du membre

lili223
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 40
Enregistré le : dim. 18 juin 2017 16:35

Re: Détruit...

Message par lili223 »

Dernier détail.
Les anti dépresseurs sont des camisoles chimiques, nécessaires dans des burn out ou dépressions, mais pas forcément indispensables dans votre cas.
Votre soufffance n'a rien .. d'anormal.
Votre cerveau fonctionne normalement, n'est victime à priori d'aucune pathologie, donc ses traitements peuvent troubler votre réalité.
Les premières semaines voire premiers mois, ils vont dans une majorité de cas accentuer les symptômes mélancoliques, d'où la nécessité d'une autre béquille, en attendant qu'ils soient opérationnels (1 à 2 mois), c'est l'anxiolytique.
Je pense qu'un anxiolytique léger serait plus adapté dans votre cas, avec une marge de manœuvre personnel, sur une periode de plusieurs semaines, à renouveler si nécessaire.
Attention cependant à ne pas dépasser 2 mois, risque de dépendance, ou à suivre un protocole de seuvrage le plus lent possible, pour éviter un effet rebond.
Le sport, notamment le cardio, reste le meilleur antidépresseur et le plus naturel .. sans aucun effet secondaire.
Idéal aussi pour la santé physique et morale ainsi que la confiance en soi.
Vélo, elliptique, natation, marche, running etc .. il y en a pour tous les goûts.
Et avec un petit rayon de soleil et la nature .. c'est carrément le top.
Je finirai en vous disant que dans ces couloirs de douleurs, il faut vous rappelez des moments de vie où vous étiez pleinement heureux, enfant, ado, étudiant etc .. des moments de grand bonheur .. seul .. on les a tous connu ces instants là.
L'autre ne doit jamais devenir un besoin, mais rester un ..plus, un cadeau.
On a tous le pouvoir d'être heureux et plein de joie ... seul.
Cela vous est arrivé, cela vous arrivera à nouveau et toujours.
Vous êtes le maître de vos choix, donc l'artiste de votre destinée et l'unique responsable de votre bonheur.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2830
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Détruit...

Message par Sans Prétention »

lili223 a écrit :
ven. 13 mars 2020 16:20
A mon avis, les thérapies qui travaillent en binôme avec un travail de couple, jumelé à des thérapies individuelles ne sont pas nécessaire pour plusieurs raisons.
Ces prises en charge exigeant double séance sont énergivores, demandent beaucoup de temps, et beaucoup d'argent pour des résultats controversés.
Aller fouiller dans l'enfance de chacun, ne résoudra pas forcément plus les problématiques qu'aller chercher pourquoi on a attrapé la grippe.
Les thérapies de communication et comportementales me semblent plus judicieuses pour assainir des visions relationnelles dépassées par des attachements errants dans la souffrance, qui oublient l'essentiel... l'amour véritable est celui qui donne et non qui prend. Et si la facon d'aimer du compagnon ne nous correspond plus, on peut lui Donner la liberté d'être lui, et partir.
Si cette nouvelle collaboration ne nous convient pas.
De plus, l'opacité des séances individuelles freinent la reconstruction de la confiance par leur côté privé qui oublie que la transparence est le meilleur outil de retour à une vraie complicité.
Surtout, que dans votre cas, c'est cette quête de vérité qui vous ronge.
C'est logique, les mensonges et non dits détruisent souvent plus que les actes.
Et si la confiance ne reviens pas, la reconstruction ne sera pas possible.
Si votre instinct vous dit qu'il manque un bout, ce bout restera un résidu poison de la nouvelle relation.
Bonsoir Lili

Je suis tout à fait d'accord avec qui est énoncé ici, et sans réserve.

Cependant, pour être sûr de ne pas être mal compris des lecteurs du site, il me semble important de lever certaines ambiguités qui pourraient amener à penser les "tri thérapies" comme obligatoires ou interdites dans un jeu de confusions qu'il est urgent de clarifier.

La "tri thérapie" ne tourne pas toujours autour du couple : c'est un effet de contexte dû à un événement, qui parfois soulève des questionnements dépassant les individus et le couple à la fois, dans une chronologie heurtée qui a abouti à la rencontre de névroses emboitées. En d'autres termes, lorsque ça explose, parfois c'est un accident, et parfois c'était inévitable (il y a plusieurs types d'infidélités mais toutes peuvent être rassemblées sans peine en deux grandes catégories : les conjoncturelles et les structurelles). Dans le cas de l'inévitable, la "tri thérapie" peut s'imposer.

D'abord, qui peut contester que lorsqu'il y a de la souffrance émotionnelle individuelle il faut bien la soigner (surtout dans le cadre d'un trauma, comme cela est courant suite à la découverte) individuellement ? Le couple n'a pas d'existence légitime dans ce cadre précis (c'est bien le trompé qui fait des cauchemars, descend dans les limbes sombres de la dépression et connaît des épisodes de colère incontrôlés). J'aurais même tendance à penser que la présence du trompeur dans le cas cité serait un frein au mieux aller de la personne dont la vie est à ce point chamboulée et ce d'autant plus que les besoins des individualités composant le duo sont souvent radicalement opposés.

Parfois, le trompeur, de son côté, ne peut pas non plus toujours résoudre ses problèmes devant le conjoint pour des raisons liées à son histoire intime... C'est son droit le plus fondamental de ne pas vouloir livrer à un point chirurgical (devant le thérapeute ET le conjoint) des éléments de son passif (il convient ici de distinguer avec fermeté l'extraordinaire fossé qui existe entre le jardin secret, l'histoire personnelle rédigée dans son carnet intime, et le "terrain de chasse" qui est un vague concept prétexte à faire des croche-pieds à la bonne santé du couple).

Ce qu'il faut retenir au final c'est que la thérapie de couple peut être utile dans certains cas et oui, bien sûr, tous les thérapeutes ne se valent pas.
Mais il est important de comprendre que tout ne tourne pas non plus autour du couple : celui-ci peut devenir une tache aveugle dans le chemin que l'on doit parcourir soi-même, spécifiquement en cas de problématique non résolue dans l'histoire infantile ou adolescente (je vais prendre un exemple extrême mais il arrive souvent qu'un manipulateur renforce son pouvoir au sein de la dynamique engagée auprès d'un thérapeute non formé à détecter les "signaux faibles". Le fait que la "victime" n'ait pas son espace thérapeutique personnel peut, au final, ne jamais déboucher sur la prise de conscience de sa situation "singulière")

Il ne faut pas confondre thérapie de couple et thérapie individuelle, bien sûr, mais toute "tri thérapie" est un effet de contexte, rien de plus...

Il est nécessaire de ne pas tout mélanger et de faire attention à ne pas se tromper de cible.
Dans le cadre d'un couple à peu près sain, une thérapie de couple suffit. S'il y a des jeux de pouvoirs larvés doublés d'irrésolus individuels, il n'y a pas d'échappatoire pour le cocu...

J'espère avoir été à peu près explicite bien que je sens bien qu'il soit difficile de sortir de la binarité à laquelle je suis moi-même soumis parfois.


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

lili223
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 40
Enregistré le : dim. 18 juin 2017 16:35

Re: Détruit...

Message par lili223 »

Vos éclaircissements sur le sujets sont très riches et compléteront très justement ces interrogations sur la thérapie de couple et ses variantes.
Le conseiller conjugal peut être la première carte à jouer.
D'ailleurs, il peut diriger vers une thérapie plus approfondie si le cas l'exige.
J'ai eu une drôle d'expérience avec de la thérapie sur binôme.
Le manipulateur n'était pas planqué dans le personnage du conjoint, mais dans celui du thérapeute féminin personnel du mari, qui lui envoyait des messages privés ..., d'abord troubles, puis assez coquins.
Mon mari m'a tout montré et c'est cela qui a rétabli une base de confiance perdue, puis des rires accompagnés d'une nouvelle complicité. On a repondu ensemble et clos la thérapie.
Et de toute façon, ces personnes se perdaient dans des soulèvements de questions à l'infini, pour ne même plus savoir où reprendre à la séance suivante.
Ni se rappeler ce qui avez été évoqué.
Mais la facture était bien salée... presque 1000 euros pour 6 semaines. Et ça date de 10 ans.
Dans notre cas, tout s'est bien terminé.
Nous avons beaucoup grandi de cette expérience et appris à aimer différemment. Et à mieux communiquer et se comprendre.
Chaque cas est particulier.
Et parfois, comme dans cette anecdote, une maladresse professionnelle peut se transformer en sauvetage pour le couple.
Je ne doute pas cependant que des personnes tres compétentes occupent ces postes, amoureuses de leur métiers.
Et que souvent sur des angoisses plus profondes, on soient obligés de travailler sur les réminiscences liées à ces trauma, pour apaiser leur vivance. Et cela de façon privée pour respecter l'intimité et l'intégrité de chacun.
Mais sur des infidélités conjoncturelles, dans des couples "heureux" avant, je pense que c'est pas forcément la première approche à faire ... même si dans notre cas, elle a eu une issue aussi inattendue que réparatrice.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2830
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Détruit...

Message par Sans Prétention »

lili223 a écrit :
ven. 13 mars 2020 18:43
J'ai eu une drôle d'expérience avec de la thérapie sur binôme.
Le manipulateur n'était pas planqué dans le personnage du conjoint, mais dans celui du thérapeute féminin personnel du mari, qui lui envoyait des messages privés ..., d'abord troubles, puis assez coquins.
:bonk:
lili223 a écrit :
ven. 13 mars 2020 18:43
Et de toute façon, ces personnes se perdaient dans des soulèvements de questions à l'infini, pour ne même plus savoir où reprendre à la séance suivante.
Ni se rappeler ce qui avez été évoqué.
Mais la facture était bien salée... presque 1000 euros pour 6 semaines.
:bonk: :bonk:

Dans le cas d'une tri, ne pas tout mettre dans la main d'un seul. On m'avait suggéré que c'était pas super déontologique...

:kelkon:


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

lili223
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 40
Enregistré le : dim. 18 juin 2017 16:35

Re: Détruit...

Message par lili223 »

Je parlais d'un binôme thérapeutique c'est à dire deux thérapeutes distincts.
La thérapie initialement était prévue pour le couple avec un interlocuteur unique.
Mais cette personne nous dirigea aussitôt vers son binôme pour deux thérapies individuelles distinctes et privées à combiner à des séances à 4 (le couple et les 2 thérapeutes) au coût encore plus exorbitant.
Les fréquences de rvs proposés montait vite l'addition.
Même sans cet incident, j'avais décidé de cesser ce travail trop dispersé, coûteux et improductif.
C'était notre 3ème choix, induit par une amie infirmière.
Le premier, personne trop jeune, sans expérience, perdue dans ses livres.
Le deuxième, une vieille dame, qui disait que l'adultère était normal et acceptable .. raccourci un peu bizarre pour une première séance.
C'est un peu la jungle dans cette profession.
Les gens vraiment sérieux et compétents ne semblent pas être majoritaires.
Et je dirait même que c'est dangereux de confier sa confiance à n'importe qui, sous prétexte d'une quelconque formation ou étiquette professionnelle.
Il faut se fier à ses ressentis, son instinct, et son bon sens.
Même si on est perdu, comparer les tarifs, demander une mini séance gratuite, les méthodes de travail, les formations etc ...
Nous avons expérimenté à la fin, une magnifique personne, très à l'écoute et d'excellents conseils.
Celle qui nous confirma que la crise était derrière.
50 euros les 90 mn, une conseillère conjugale.
C'était parfait.
Eviter notre erreur de se dire de poursuivre une thérapie coûteuse pour amortir les frais déjà engagés. Surtout si on sent pas forcément le feeling.
On vide juste un peu plus son porte monnaie, et la compétence n'a aucun lien avec le tarif.



Répondre