Billets d'humeur

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Dom3, Sans Prétention, Nas

Répondre
Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention » mer. 24 août 2016 21:40

Heureux de te lire E.
:wink:
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 241
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Billets d'humeur

Message par Fishbone » jeu. 25 août 2016 10:44

Je remercie Fishbone d'avoir déterré les affres de ma vie sexuelle.
Oups, pardon! :kelkon:
.....8cm???? Bon ok c'est pas fairplay
Re oups! :mdr1:

N'est pas Rocco Siffredi qui veut :ala: :mdr1:
C'est toujours aussi pourri au lit j'essaie de me motiver mais il manque un petit quelque chose
Au moins, il y a quelque chose. :+ Mais à la lecture de ta réponse, il vaut parfois mieux rester bon copain avec sa main. STOP!!!

Allez, non, encore une:

"Mieux vaut un petit canard dans sa baignoire, qu'un gros connard dans son plumard". Ca, c'est fait... :D


Plus sérieusement, ton dernier post fait plaisir à lire. L'avant dernier donnait envie de tout laisser tomber pour venir te soutenir, le dernier donne l'impression que tu vas mieux. Que tu as repris gentiment ta vie en main. Juste... fais attention, devant la montagne que tu vas gravir au loin, il y a encore des vallées et des rivières à franchir que tu ne vois pas et qui sont marqués sur aucune carte. Il n'y aura pas que de la montée mais aussi quelques chutes dans les ravins.

Comme toi, j'essaie de me concentrer sur les choses que je maitrise. Quoi de mieux que d'essayer de le faire, dans un premier temps, sur les choses que l'on voit? Super!
Et comme je suis curieuse, j'étudie scientifiquement mes émotions ressenties cette année en essayant de les reproduire dans des contextes physiques. (J'ai sauté d'un pont pour voir si la peur était comparable à celle qui m'a étreinte lorsque je suis tombée sur ces mail.)
Et alors? T'as réalisé que tu pouvais t'essayer à la wingsuit?

Je trouve ça génial! Se surpasser pour mieux se connaître. Réapprendre qui tu es. Se maitriser physiquement.

Pour finir, bravo de te trouver des bonnes raisons de vivre, parce que la vie vaut la peine d'être vécue finalement. Et bravo d'y parvenir! (Parfois, je n'en trouve aucune de raison mais je me lève quand-même).

Donc oui! Tu es lu (hello de lu)et tu es soutenu! Enfin... de là où on est! :jap: :super: :super: :super:

Au plaisir de te lire!
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Douleur aigue
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 56
Enregistré le : ven. 13 nov. 2015 00:19

Re: Billets d'humeur

Message par Douleur aigue » jeu. 25 août 2016 15:59

"Mieux vaut un petit canard dans sa baignoire, qu'un gros connard dans son plumard".


J'ai déjà l'autre modèle, je vais donc m'offrir un petit canard.
Les filles,vous avez des conseilles à me prodiguer pour le choix de mon petit canard?

oui je sais qu'il y aura des hauts et des bas et que rien ne sera plus jamais comme avant, c'est aussi pourquoi je dis que je vais mieux et pas que je vais bien.

Rien n'est réglé mais j'ai de plus en plus d'outils pour gérer les symptômes, je sens monter les crises d'angoisse et j'arrive à m'isoler, je travaille sur ma colère (que j'appelle mon gorille en souvenir d'un livre de Mireille d'Allancé), j'assume à nouveau mes responsabilités de Mère, de fille, d'amie...
Bref, je reprends en main ma vie le jour,
Et la nuit, et bien je continue à me laisser envahir par le désespoir, la haine, la colère, le désir de vengeance et toute cette sorte de chose.

Pour le wingsuit, c'est un peu technique pour moi. mais j'ai le vertige sur un tabouret donc le saut en élastique cela aurait du me brasser un peu.
J'ai aussi essayer la voltige avec un avion de chasse et je n'ai même pas eu mal au cœur.
Je ne suis pas du tout sportive, j'ai perdu 12 kg et dormis moins de 2 heures par nuits pendant 4 mois et j'étais soudain capable d'affronter 1000 m de dénivelé sans m'alimenter, juste avec la haine qui me traversait. J'aurais fait un soldat admirable.

La bonne nouvelle les cocus, c'est qu'avec les G que vous vous êtes pris lors de l'épisode de découverte, plus rien ne vous fera bouger un sourcil.
Aucune émotion provoquée physiquement n'est capable de concurrencer le choc traumatique.
Et aucune emmerde ne me parait insurmontable, alors même que je sais que je vais m’effondrer si on me parle d'adultère ou même d'amour.

Voilà

Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 422
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: Billets d'humeur

Message par Steelhuman » jeu. 25 août 2016 16:45

Ricochette a écrit :
Fishbone a écrit :Ricochette, tu m'avais encouragé à ce qu'on se voit, je ne t'en remercierais jamais assez! :super: Tu as raison, c'est particulier comme aventure. Mais je crois que ça nous a fait beaucoup de bien de parler entre "connaisseurs".
Pourquoi ne plus se donner une chance, aussi infime soit-elle, de rencontrer une belle personne? Une vraie personne? VOTRE personne? Bordel, on a essayé de vous enterrer mais certaines âmes vous poussent vers le haut.
Je t'en prie, même si je n'ai pas fait grand chose au final. C'est toi et Steelhuman qui vous êtes organisés.
Cette suggestion car primo, vous étiez dans le même secteur géographique et secundo car je pressentais, sans connaître aucun de vous 2 personnellement, qu'une alchimie était possible. Et c'est ce qui s'est produit. :super:
Je vous sens complémentaires par vos différences.

Si on s'interroge sur la démarche, quel est le risque au fond? Aucun! Si ça n'accroche pas, bye bye, ça n'est pas plus compliqué.

Ce type de rencontre amicale entre cornus ne peut avoir lieu que si les 2 sont volontaires et parce qu'ils ont déjà bien accroché aux travers de leurs écrits sur le forum.

Ceci n'engage que moi, simple ressenti:
Steelhuman semble être quelqu'un de déterminé, pour ne pas dire assez direct. Sa combativité incessante, celle qui l'épuise justement, est ce à quoi tu aspires.
En revanche, ton côté posé a dû procurer à Steelhuman, une certaine forme d'apaisement, même s'il ne doit pas jalouser ta situation actuelle.
C'est au travers de ces aspects de vos personnalités que je supposais que vous pourriez bien vous entendre et vous compléter.

Psycho de bazar mais je livre les choses telles qu'elles m'ont traversé l'esprit.
J'avais manqués ces commentaires, alors un grand merci Ricochette, ce fut une des plus belles choses qui me soit arrivées ces derniers temps :thx:

Tu semble une personne remplis de sagesse, avisée, très intuitive et un côté de mystère (dans le sens positif), si un jour j'ai le privilège de te rencontrer, j'imagine que ça sera exceptionnel, merci encore :jap: :jap: :jap:
"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Les con seils... Episode 1 : ce qui ne se sait pas...

Message par Sans Prétention » lun. 5 sept. 2016 10:59

Salut tous ! :D

Le temps a passé depuis la découverte. J'étais plein d'espoir... mais aussi plein d'envie... de me foutre en l'air. Le cocufiage, quoiqu'on en dise, même tendant à se "normaliser", est et restera un traumatisme difficile à surmonter.
D'où le fait de permettre à chacun d'avoir accès à toutes les informations possibles. Et le site y contribue.

Lorsqu'on traverse la tempête, on ne se retrouve pas toujours à prendre les bonnes décisions.
D'abord parce qu'on est perdus (l'inverse serait inquiétant... Du moins quand on est soi-même au clair avec le principe de fidélité) mais aussi parce qu'on nous donne souvent des recettes qui ne fonctionnent pas pour notre cas personnel... Sachant que notre cas personnel n'est pas isolé... Ou se situe alors le problème ?

Parfois, on nous oriente vers des miracles qui n'aident pas à rétablir l'équilibre. Qui ne sauvent pas. Voire qui enfoncent encore plus la tête sous l'eau.

Ainsi donc selon la doxa actuelle (qui retarde de plus de 50 ans, voire de deux siècles comme le précise Didier Pleux, spécialiste des questions liées aux personnalités égocentriques), c'est au cocu de pardonner, de chercher SA faute, d'admettre SES manquements, d'interroger SES blessures d'enfance (pourquoi ça fait mal d'avoir des cornes, hein ? puisque tout le monde le fait, c'est que vous devez avoir un problème à avoir si mal...), etc, partant du principe que tout se vaut en ce bas monde...

Parmi le top des voies de garage con jugaux :

1) Ce qui ne se sait pas ne fait pas mal

Encore faut-il que ce qui ne se sait pas ne se sache vraiment pas...

Pour Yves Dalpé, spécialiste des questions liées à la vie du couple, "Même si la personne trompée ne connaît pas l'existence de l'infidélité, elle en ressent les effets négatifs. Il arrive même qu'elle se sente confusément coupable et qu'elle s'interroge sur ses propres agissements, car elle ne comprend pas le malaise qui circule dans la maison." (Source: http://dalpecote.com/linfidelite-nest-pas-banale.htm)

Ce constat est d'ailleurs en grande partie vérifié par les témoignages des internautes de SOS :
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=40&t=3730#p58017

Les connaissances qui "savent", les amis qui partagent le secret, les parents qui se taisent, contribuent indirectement au naufrage du duo qui, de toutes manières, avec une tierce non intégrée (chez les libertins, les polyamoureux, les tierces font partie du jeu), pèsent, à leur façon d'éviter des "questions qui fâchent", de rire bêtement à certaines remarques ou de baisser les yeux devant des comportements que l'autre ne peut saisir, car hors de sa portée, négativement dans la balance de l'authenticité des deux "officiels".
Et sans authenticité, point de projet amoureux. Demandez aux échangistes, ils en ont beaucoup à faire apprendre...

Quand la question du "secret" est soulevée, il ne s'agit pas de jouer la carte naïve et étouffante de la transparence totale, mais bien de délimiter ce qui contribue de façon nocive à la bonne entente de deux personnes censées s'aimer.
On le sait, toute infidélité peut déboucher sur une récidive (voire le sujet dans "Adultèmes") puisque "c'est la première fois qui est la plus difficile" (tapez dans Google, un régal). Et cette récidive invite le couple à reproduire des schémes qu'il faudrait sans doute casser. Le "secret" empêche la remise en cause du système.

Ce qui ne se sait pas fait mal en ce sens que justement, avec des lacunes dans l'histoire des amoureux légitimes, il est impossible à celui qui voudrait agir pour le couple de fournir des efforts allant dans le bon sens.
Pas question ici de remettre en cause le concept d'amour multiple ou de polygamie (certains pensent que cela est bon pour eux, bah, chacun ses convictions...) mais d'équilibrer le niveau de connaissance de soi et de l'autre pour un développement harmonieux des deux membres de la construction affective. Mais comment faire avec une tierce dans les fantasmes, pris comme un ailleurs compensatoire évitant le nécessaire conflit propice au changement et à la maturation.

Yves Dalpé, toujours lui, parle de "compétition injuste" : dans le match truqué de la réalité contre le rêve, celui qui en sort perdant par chaos "à tous les coups" est bien le cocu : "plutôt que de résoudre les insatisfactions maritales et d'amour on compare alors son objet d'amour sans défaut avec sa conjointe ou son conjoint". Allez vous défendre avec votre bouquet de fleurs devant un tel bazooka !

C'est ainsi que se développe le syndrome "Cétafote" (http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=40&t=3733#p58347 ou http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=40&t=3727#p58003) qui a pour but d'évincer celui qui "galère" la plupart du temps pour maintenir le couple à flot.
Le plus atroce dans l'histoire, c'est que les "secrets" mènent à la dépression... Dépression qui sera ensuite le justificatif d'une désertion affective en cours. Et cela est pervers.

Un problème conjugal ne se résoud pas par la fuite. Et encore une fois, les sexualités moins "normatives" sont basées sur la confiance dans le partenaire et un contrat clair, ce n'est pas le cas des déviances reposant sur le "secret" qui, de toutes les façons, plombe le couple.

Les prêcheurs du "je planque ce que je fais" sont bizarrement les premiers à ne pouvoir supporter les éventuels errements de leur con joint. Sinon ils se planqueraient pas.

Ceux qui se définissent comme "libres" (ou libertaires), à l'inverse, ne font rien peser sur les épaules de celui "qui ne sait pas", puisque tout le monde sait. Pas tout. Mais suffisamment pour savoir avec qui on partage sa vie. Libre à lui d'adhérer ou pas.

Rien de tout cela dans le cocufiage... Le jeu de "cache-cache" détruit le lien.

Et lorsque, de plus, on apprend la "bonne nouvelle", il faut ensuite reconfigurer tout son monde : les proches, les silencieux qui savaient...
Deuxième blessure narcissique à surmonter. "Je ne suis pas digne de la vérité"...
A terme, "ce qui ne se sait pas" fait encore plus mal. Calcul irrationnel que celui de miser sur l'aveuglement du con joint (amoureux le plus souvent). Peu glorieux.

Pour cocufier en toute tranquillité il faut :

- Du temps disponible (qui est nécessairement soustrait à "l'autre" - pas de soustraction chez les poly, puisque "l'autre" en fait autant)

- Un investissement financier (hôtels, restaurants, inscription sur des sites payants... qui est nécessairement soustrait à la communauté)

- Un don de soi (affectif / sexuel / empreint d'admiration) dont le ou la légitime ne bénéficie pas : que de fois n'a-t-on pas entendu parler d'une ouverture sexuelle par exemple disqualifiant le partenaire officiel au bénéfice du ou des autres ?

Il n'y a pas de développement si peu harmonieux chez les personnalités sexuelles hors normes qui s'assument. Beaucoup d'entre eux ont un développement de leurs plaisirs respectifs avec un ou des partenaires multiples. Dans le cas du cocufiage, l'ardoise est payée par celui qui porte déjà les stigmates de la trahison.

- Un comportement cloisonné. Donald Winicott, psychiatre et psychanalyste eut développé en son temps le concept de "faux soi"...
Sans entrer dans des débats théoriques complexes, l'expression dit ce qu'elle dit. Et il remarquait que plus il y avait de distance entre son faux soi et son vrai soi, son soi authentique, plus il y avait de souffrance. "C'est un autre moi qui a niqué avec la secrétaire"... Schyzo, ça se soigne.
Et un schyzo dans le couple plombe le couple. Pas quelqu'un d'authentique (et puisque nous avons tous une face cachée... En rajouter une autre...) et cohérent avec son projet de vie.

En gros, encourager le "secret", revient à encourager les clivages de la psyché humaine. Étrange de constater que ce clivage, ce dédoublement, est justement ce qui permet aux pervers narcissiques de pratiquer leur forme très particulière d'amour... Attachant.

Bref encourager au cloisonnement, c'est miser sur le postulat farfelu que l'autre est un concept inerte qui ne voit rien, ne sent rien. Voire même qui n'existe pas.
Cette très courte vue ignore l'existence de l'inconscient, et de l'intelligence émotionnelle (ou l'instinct, cette reconfiguation rapide et arborescente du réel au vu d'indices pris dans les trames congruentes ou non de la vie quotidienne).
Considérer que le cocu ne "sait pas" et ne "saura jamais" est une double faute notionnelle grave. Une perspective qui se cantonne au nombril et au sexe de celui qui énonce cette approximative vérité.

Poser comme axiome que "l'autre" est un abruti dénué de sentiments et d'impressions, vide, ne fait pas honneur à l'image qu'ils ont du genre humain.

Et ne pas interroger les relations d'emprise issues de ces galipettes visant à travestir la vérité du couple, est un manquement. Passer à côté de relations même modérément perverses, quand on prêche le "secret" est irresponsable. Faut-il légitimer le double langage d'un manipulateur au prétexte que "ce qui ne se sait pas..." alors que justement... Faut-il retourner toute sa rage contre le journaliste qui a mis à jour l'affaire du Carlton dans laquelle a trempé un trompeur mondialement connu ?
Avec pareil raisonnement, pourquoi ne pas interdire les polices financières ? On aurait pas eu mal de ne pas savoir par exemple qu'un ministre chargé de rapatrier les deniers de l'évasion fiscale... S'était lui-même fiscalement exilé... Je dévie mais c'est pour dire l'absurde de la situation. Confondre la nécessité d'un jardin secret et le camouflage d'une vie double c'est mettre dans le même panier l'anneau sacré du mariage et le sperme de l'amant.

Avec toute la mesure qu'il faut: un one shot après une soirée très alcoolisée (qui n'arrive que peu au vu des témoignages sur le présent site) n'a pas la même valeur que des infidélités à répétition qui relève surtout de la pathologie (pas la pratique de la poly, mais la nécessité d'avoir un pilier stable pour baguenauder ailleurs, aboutissant à une prise d'otage amoureuse qui ne dit pas son nom). Et traiter le second cas avec les remèdes du premier seconde relève de l'irresponsabilité la plus totale.

- Des évitements, des cachoteries, des comportements inappropriés en certaines circonstances.
Qui causent une incompréhension complémentaire dans le dédale des relations à deux jamais vraiment vierges de complexité.

Avec toujours ce retour : "T'es parano". (http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=40&t=3733#p58347)

Pour peu que le cocu se sente "inférieur", parce que dominé affectivement par son con joint (comme c'est souvent le cas), la relation d'emprise, particulièrement pathologique, peut alors émerger et donner naissance à une relation perverse sans que cela ne puisse être ni combattu, ni remis en cause car l'un possède les clés... Qu'il cache à l'autre.
Encourager le "secret", revient in fine à encourager les rapports de domination (creusant, par définition, l'inégalité entre les deux parties, avec avantage pour celui qui s'en va à la fontaine boire une autre eau pendant que le "restant", pétri de principes, obsolètes pour le coup, supporte le feu du désert conjugal qui assèche l'ego et détruit l'estime de soi).

Cela contribue-t-il à maintenir l'harmonie du couple ?
"Oui !", répondent les cocufieurs en choeur. Et rien que pour cela, puisque le mensonge règne en leur logis intérieur, en leur âme et inconscience de l'autre, il convient de ne pas les croire.

Ainsi donc, ce qui ne sait pas... se sait... un jour ou l'autre et, le temps que ce savoir soit rationalisé, apparaisse comme faisant partie de l'histoire du couple, ce qui ne sait pas se "sent" par des voies indirectes, une ambiance, quelque chose qui ne fonctionne pas et dont on n'identifie pas l'origine, annulant tout espoir de bonheur sur le long terme puisque les questions de fond sont évitées.

Elles sont là, au milieu du salon, et tout le monde fait un pas de côté sans que personne ne puisse réellement dire pourquoi. Jusqu'à creusement d'un sillon autour de l'objet invisible... Qui prend de plus en plus de place et qui s'érige parfois comme un totem familial en lieu et place d'amour véritable.

Prochain épisode sur les con seils : "il faut nier" (si j'ai le temps)

Edit:
J'aimerais vous parler un peu de moi si vous n'avez pas encore décroché.
10 ans.
C'est le temps que j'ai mis à comprendre. A apprendre et à m'apprendre...
10 ans c'est l'âge de mon petit bonhomme aujourd'hui . Un gamin souriant, plein de vie et extrêmement sage. Très bon élève, et possédant un humour incroyable.
Pendant 10 ans je m'étais dit que je méritais mes cornes si elles arrivaient... Pour quelle faute ?

J'aime les enfants. Non. J'adore les enfants. Ma femme, elle, a toujours préféré les chats. Les histoires de cul, les voyages et les chats.
Mais moi, n'étant pas contre l'une ou l'autre de ces options, j'aimais aussi les enfants.

A chaque petit bout de douceur qui se pointe quelque part, il me faut impérativement montrer ma tête d'abruti et faire des gouzis gouzis qui, bien souvent, font mouche...
Je ne sais pas, dans ces moments là, qui de l'adulte ou du bébé est le plus à plaindre: deux candeurs qui se rencontrent, c'est des éclats de rire gênants pour l'entourage. Et je finis souvent chaos.

Quand j'ai appris qu'elle était enceinte, la première fois, j'ai pensé qu'il fallait se débarrasser de l'opportun.

J'adore les enfants et elle, je l'aimais plus que tout. Plus que ma vie même.
Mais, de cet être qui allait arriver, je ne voulais pas. 10 ans à me demander pourquoi. Pourquoi j'ai pensé de manière si irrationnelle. Et quand je l'ai vu arriver, c'est avec bonheur et culpabilité. Un bonbon au goût amer. Amer de moi.

Dès la naissance, le petit portait les stigmates de l'abandon... Il manifestait d'étranges comportements, je veux dire, plus que la moyenne des bébés que je connais, de complexe d'abandon. Je m'en suis voulu. J'ai même pensé ne pas être digne de sa venue merveilleuse dans ma vie.
Il faut dire qu'à l'époque future maman avait un comportement de merde. Ne me soutenait pas dans mes déboires professionnels d'alors. Me regardait de haut, me méprisait comme rarement j'ai pu l'être dans ma vie. Rien n'allait. Les hormones je me suis dit.

Ça n'allait pas à un point que ma dame, ma princesse, mon ange, m'avait lâché un matin, assise au milieu de la cuisine, "j'ai envie d'aller voir ailleurs".
Les nausées me prenaient moi à cette époque alors que c'est elle qui portait en son sein tout l'objet de mon amour.

Je l'avais équilibrée pourtant, ma dame. Elle était boulimique avant moi et noyait ses échecs amoureux dans le lait pénétrant ses céréales au chocolat jamais assez nombreux pour lui faire oublier ses réflexes Don Juanistes.
En fait, c'est elle, celle dont le ventre allait faire naître notre future famille, qui n'en voulait pas. Son amant de l'époque lui avait demandé d'avorter aussi. Trois contre un... Y a mieux pour démarrer dans la vie petit bonhomme...

Mamie, en apprenant la nouvelle, avait décoché un sourire de chiotte, un rictus constipé qui fleurait bon la diarrhée, en comparaison de la liesse exaltée qui avait envahi toute la maisonnée côté SP.
C'est que mes parents, mes frères, ma soeur, vivaient cette nouvelle comme une joie, une occasion d'agrandir la famille et de sceller plus officiellement encore un amour amené à durer. Ce qui, aujourd'hui encore, me paraît logique.

Mes parents adoraient ma femme. Mamie Nova, elle, avait fait une moue des grands jours. Mon ego se délabrait encore: je n'étais donc pas assez bien pour sa fille. Malgré cette "bonne" nouvelle...
Ben en fait, mamie ne m'avait jamais considéré. Sûr.
Mais surtout, elle savait. Et son corps, son regard d'alors avait trahi le "secret". Elle ne comprenait pas les comportements de sa fille, volage et presque prête à fuir le gendre "pas à la hauteur" (merci amant, grâce à toi, je récupère encore ma fille. Puisqu'aucun homme ne sera jamais assez bien pour elle) mais qui se ligotait à nouveau par le truchement de cet être en devenir bizarrement devenu persona non grata.

Que cette malade à la personnalité imprécise ne sache quoi faire pour combler les trous de son destin... Passe encore. Mais qu'elle nous précipite notre progéniture et moi dans SES gouffres narcissiques... Je parle pour mamie Nova, et sa fille.

Quand nous avons rencontré notre premier thérapeute après que j'ai appris la seconde infidélité (qui pour moi était la première), le monsieur avait cru bon jouer la carte du secret justement puisque "ce qui ne se sait pas ne fait pas mal."

Bien sûr !
Depuis que je sais, j'ai une bien piètre image de ma femme, cela va sans dire, mais je me suis pardonné d'avoir pensé de travers toutes ces années durant et résolu, même un peu tard, comme dans Usual Suspect, l'énigme de mon malaise persistant dans ce couple fait de vernis. Ca pue le vernis. Et ça n'est pas consistant. En général, il faut quelque chose à vernir. Il n'y avait rien.

Mieux de savoir à qui j'avais vraiment à faire.

Ceci fait que tous les bons conseils de thérapeute 1 ont été inopérants.
Aujourd'hui, j'ai levé le voile sur les ambiguïtés de mamie, les errements péripathétiques de papi, compris cette angoisse de mort qui plane sur la tête du beau frère.

Toute la famille est à soigner. La mienne également. Mais je l'ai toujours su. C'est ce qui fait que j'ai pu mener ma barque, au moins au niveau professionnel, pour échapper aux courants déchaînés des choix subis et irrationnels.

De l'autre côté, le tapis faisait la taille d'un frigo triple porte tellement il y avait de crasse cachée. Le mythe familial. Premier mensonge auquel nous devrons aussi faire face pour nos enfants plus tard.

Le "secret" au travail, tel un éléphant invisible que tout le monde évite sans nommer, sans regarder, avait fait son oeuvre: loin de penser une seule seconde que ma femme était capable de "ça" (capable oui mais pas qu'elle en ferait autant des conneries), comme tout "c" qui se respecte, trop coupable de tout, trop coupable de moi et de " nous", je me suis moi-même crucifié sur l'autel de son ego.
Il lui était facile ensuite de pointer mes insuffisances dans le couple... Pour justifier ses hésitations conjugales et sa décision de normand amoureux, très caractéristiques des phobiques de l'engagement.

Aujourd'hui elle m'avoue être mieux que par le passé. Plus sûre d'elle et plus stable.
Le "secret" de mamie a été partiellement levé de son côté. Bizarre. Savoir semble aider tout le monde à mieux comprendre ses réactions...

Les mythes familiaux sont puissants. Les bites cachées plus encore. On y glisse dessus alors qu'elles sont sous le tapis.
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Dom3
Modérateur
Modérateur
Messages : 316
Enregistré le : ven. 8 mai 2015 07:15

Re: Billets d'humeur

Message par Dom3 » lun. 5 sept. 2016 23:51

Sans Prétention a écrit :Le plus atroce dans l'histoire, c'est que les "secrets" mènent à la dépression...
Plus ou moins suivant les personnes. Certains possèdent probablement un terrain plus favorable que d'autres...
Sans Prétention a écrit :Dépression qui sera ensuite le justificatif d'une désertion affective en cours. Et cela est pervers.
Si je suis en train de me promener sur un chemin de montagne et que je croise un loup, ou un ours, et que ma réaction instinctive(inconscient) est de sauter dans le précipice bordant le chemin, on est d'accord, je n'ai pas la bonne réaction de protection.
J'aurais peut-être pu m'enfuir, ou me cacher derrière ce rocher, voire même grimper à cet arbre, qui sont autant de réactions inconsciente de protection.
Ce n'est donc pas la faute de l'animal si je me brise les os en choisissant la pire des solutions.
Je n'ai donc pas à lui en vouloir de mon manque de discernement.
Et si en plus, j'ai désiré qu'il soit réintroduit sur le territoire dont ce chemin fait partie, alors je ne peut m'en prendre qu'a moi de croiser cet animal qui peut représenter un danger.
Je n'avais qu'a me promener ailleurs après tout, mais voilà, j'ai préféré ce chemin, sûr que j'étais de pouvoir assumer cette rencontre.

Erreur de jugement ou orgueil? :doute:
Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir ces trois choses: ta peine derrière ton sourire, ton amour à travers ta colère et la raison de ton silence.

Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention » mar. 6 sept. 2016 06:43

Bonjour Dom,

Plaisir de te lire :D
Dom3 a écrit :
Sans Prétention a écrit :Le plus atroce dans l'histoire, c'est que les "secrets" mènent à la dépression...
Plus ou moins suivant les personnes. Certains possèdent probablement un terrain plus favorable que d'autres...
C'est médicalement vrai, mais dans des proportions comment dire... (http://sante-medecine.journaldesfemmes. ... -genetique)

C'est comme pour le cancer. Cela peut se réveiller à la faveur de certaines expositions.
(http://www.psychologies.com/Moi/Problem ... -genetique)

On distingue les dépressions chroniques de celles d'origine contextuelle (comme pour le cocufiage tiens :mdr1: )

Mon avis sur la question est qu'une plante qui pousse dans un environnement sain a plus de chances de s'épanouir que celle qui "croit" dans la rocaille.
La seconde est probablement plus solide... Si elle ne meurt pas.
Dom3 a écrit :Si je suis en train de me promener sur un chemin de montagne et que je croise un loup, ou un ours, et que ma réaction instinctive(inconscient) est de sauter dans le précipice bordant le chemin, on est d'accord, je n'ai pas la bonne réaction de protection.
J'aurais peut-être pu m'enfuir, ou me cacher derrière ce rocher, voire même grimper à cet arbre, qui sont autant de réactions inconsciente de protection.
Les deux "protections" sont spontanées mais oui, l'une est plus irrationnelle que l'autre : elle vise à l'apaisement du stress par la destruction (le don de soi - bien - mué en sacrifice - pas bien -).
Typical "c" : http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=40&t=3724#p58337
Dom3 a écrit :Ce n'est donc pas la faute de l'animal si je me brise les os en choisissant la pire des solutions.
Tu donnes bien peu d'épaisseur émotionnelle et empathique à "l'ours". Lui, n'a pas de sentiment "humain", il est guidé par son instinct.
En ce sens, ton ours à toi correspond bien à ce descriptif.
Le mien, est un mélange mitigé d'inconscience conscient inempathique sauf pour ce qu'il veut. Bref, un "adulte roi" de l'amour.
Dom3 a écrit :Je n'ai donc pas à lui en vouloir de mon manque de discernement.
Dans mon cas, ils s'y sont mis à plusieurs pour le laminer, mon discernement.
J'aurai du mal à me dire que c'est de la faute de celui qui a contracté un cancer du poumon de n'être pas sorti d'un lieu où la cigarette était interdite :kelkon: , quand bien même celui-ci avait un capital génétique le prédisposant à.

Pour faire un parallèle, donner une image, nous étions dans une chambre d'enfants. Je demandais à ce qu'on ne fume pas, mais si je partais avec le gosse, cela aurait confirmé l'image d'un moi diminué.
Dans cet environnement là, demander à plus âgé ou à une pseudo princesse de faire preuve de politesse, de se ranger aux exigences du bien commun était extrêmement mal vu. La pire impolitesse qui soit. En revanche, fumer dans une chambre d'enfant... Oui et alors ?

D'autant que tout le monde me disait, "la fumée, c'est dans ta tête", on est tous contre, ici !
Planquer la cigarette, quitte à se brûler les doigts, était une habitude, une seconde nature. Ainsi fonctionnait le mythe familial.
Il m'a fallu retrouver les centaines de cadavres de clopes planquées sous le tapis pour montrer à la princesse que bon... faut pas déconner quoi...
Une fois les mégots mis à jour... "Oui ben si on fume c'est que quelque chose ne va pas..."
J'ai accepté un temps. Et puis j'ai dit STOP.

Je précise qu'il y a des couples qui fument ensemble... Sur la terrasse !!!c :super:
Ma princesse a préféré se planquer comme une ado de 15 ans pour répéter inlassablement et mécaniquement les mêmes petites "rebellions" (minables) lui prouvant qu'elle était "vivante" et "libre".

Ouais, manque de discernement... :doute:

Je porterai ma responsabilité mais je dépose la sienne. Trop lourd.

"En couple, les adultes rois font naturellement des ravages. Inconstants, incapables d'amour (sinon d'eux-mêmes, ou pour ce que ça leur "rapporte"), ils veulent être reconnus, flattés, adulés. Ils diffèrent un rendez-vous si une rencontre entre copains leur paraît soudain plus fun. Les reines ne sont pas en reste, qui aiment également de façon déroutante : "On les taxe volontiers d'allumeuses, mais c'est beaucoup plus banal que ça : elles désirent ce dont elles ont envie, et cessent d'aimer quand ça ne leur plaît plus. Malheur aux sentimentaux !" Quand ces monarques sont enfin quittés (cela arrive !), soit la rupture les arrange (ils sont déjà sur un "autre coup"), soit ils sombrent dans une dépression où le mal-être indique surtout la douleur de l'ego blessé, bien plus que celle liée au départ du docile sujet.

Oubliés, exploités, manipulés, voire persécutés, les partenaires des adultes rois éprouvent mille difficultés à trouver leur place.
Et pourtant, "il convient de stopper ces rois avant qu'ils ne basculent dans la tyrannie"

http://www.levif.be/actualite/sciences/ ... 14583.html

Trop tard. Mais en désespoir de cause, j'ai viré toute cette bande de malotrus et aéré la chambre mais la contamination a eu lieu.
Et je reste avec une fumeuse qui a balancé son paquet et qui se fait suivre pour, non pas ne plus fumer, mais ne plus avoir envie de fumer... Reste à savoir combien de temps elle tiendra. Ca peut marcher comme pas. Pour l'instant, ça marche.
Plutôt bien. Mais je continue à tousser.
Dom3 a écrit :Et si en plus, j'ai désiré qu'il soit réintroduit sur le territoire dont ce chemin fait partie, alors je ne peut m'en prendre qu'a moi de croiser cet animal qui peut représenter un danger.
Depuis, j'ai ouvert une fenêtre à ma chambre.
Dom3 a écrit :Je n'avais qu'a me promener ailleurs après tout
Je me suis promené ailleurs. Et j'ai vu qu'il y avait aussi des biches et des oiseaux. Et que certains ours pouvaient être assez sympathiques.
Dom3 a écrit :mais voilà, j'ai préféré ce chemin, sûr que j'étais de pouvoir assumer cette rencontre.
C'est vrai.
Dom3 a écrit :Erreur de jugement ou orgueil? :doute:
Ou, tout simplement comme l'a dit récemment quelqu'un de sage à Stellhuman, peut-être tout simplement une expression "humaine" ?
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Dom3
Modérateur
Modérateur
Messages : 316
Enregistré le : ven. 8 mai 2015 07:15

Re: Billets d'humeur

Message par Dom3 » mar. 6 sept. 2016 10:58

Sans Prétention a écrit :Tu donnes bien peu d'épaisseur émotionnelle et empathique à "l'ours"
Et pourtant, à coté de certains "cf", cet animal pourrait passer pour charitable...
Sans Prétention a écrit : Lui, n'a pas de sentiment "humain", il est guidé par son instinct.

Oui. Un peu comme certains "cf"?
Moui, bon, j'exagère peut-être un peu. Disons que c'est caricatural et on en parle plus! :D
Sans Prétention a écrit :Dans mon cas, ils s'y sont mis à plusieurs pour le laminer, mon discernement.
C'est sûr, un troupeau d'ours ou une meute de loups, tu te demandes quand même si tu ne va pas finir pas sauter de toutes façons...
Sans Prétention a écrit :Je précise qu'il y a des couples qui fument ensemble... Sur la terrasse !!! :super:
Ahhh, quel délice! Partager ses névroses avec bonheur...ça fait presque envie! :lol:
Sans Prétention a écrit :
Dom3 a écrit : Erreur de jugement ou orgueil? :doute:
Ou, tout simplement comme l'a dit récemment quelqu'un de sage à Stellhuman, peut-être tout simplement une expression "humaine" ?
:jap:
Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir ces trois choses: ta peine derrière ton sourire, ton amour à travers ta colère et la raison de ton silence.

Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention » mer. 7 sept. 2016 06:02

Très cher Dom ,
Dom3 a écrit :
Sans Prétention a écrit :Tu donnes bien peu d'épaisseur émotionnelle et empathique à "l'ours"
Et pourtant, à coté de certains "cf", cet animal pourrait passer pour charitable...
:fou:
Dom3 a écrit :
Sans Prétention a écrit : Lui, n'a pas de sentiment "humain", il est guidé par son instinct.

Oui. Un peu comme certains "cf"?
Moui, bon, j'exagère peut-être un peu. Disons que c'est caricatural et on en parle plus! :D
Finalement, ton idée me séduit... :bonk:
Dom3 a écrit :
Sans Prétention a écrit :Je précise qu'il y a des couples qui fument ensemble... Sur la terrasse !!! :super:
Ahhh, quel délice! Partager ses névroses avec bonheur...ça fait presque envie! :lol:
Plus ça va et plus je pense que c'est ça être un couple heureux...
Fumeux à deux sur la terrasse... :petard:
Sans Prétention a écrit :
Dom3 a écrit : Erreur de jugement ou orgueil? :doute:
Ou, tout simplement comme l'a dit récemment quelqu'un de sage à Stellhuman, peut-être tout simplement une expression "humaine" ?
Je précise: l'orgueil et l'erreur de jugement font partie intégrante des faiblesses humaines.
Mais je reviens un peu sur ce que j'ai dit... Une pointe d'orgueil sans doute. La petite souris prétentieuse : http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=38&t=3785#p58712 :oops:

"Errare humanum est, perseverare diabolicum"

Sais pas pourquoi, personne ne connait vraiment la deuxième partie de ce proverbe (perseverare... :kelkon: )
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Dom3
Modérateur
Modérateur
Messages : 316
Enregistré le : ven. 8 mai 2015 07:15

Re: Billets d'humeur

Message par Dom3 » mer. 7 sept. 2016 08:07

Sans Prétention a écrit :Je précise: l'orgueil et l'erreur de jugement font partie intégrante des faiblesses humaines.
C'est ce je sous-entendais peut-être maladroitement. Ce qui va sans dire va parfois mieux en le disant! :super:

Comme aurait répondu un ami extrêmement perspicace: alignement des planètes: 100% !
Sans Prétention a écrit :Sais pas pourquoi, personne ne connait vraiment la deuxième partie de ce proverbe (perseverare... :kelkon: )
Pourtant, je persévère... :D
Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir ces trois choses: ta peine derrière ton sourire, ton amour à travers ta colère et la raison de ton silence.

Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Dans le triangle

Message par Sans Prétention » ven. 21 oct. 2016 06:05

Le triangle originel est composé de deux parents et d'un enfant.
Lorsque le premier triangle a dysfonctionné, il est reproduit à l'âge adulte dans son dysfonctionnement.
Dans le triangle, il y en a toujours un principalement qui mène la danse (il peut y en avoir deux).

Exemple de danse menée non pas par le sandwich, mais par la cf :

http://www.dailymotion.com/video/x4yc5v7
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 241
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Billets d'humeur

Message par Fishbone » ven. 21 oct. 2016 08:07

Très parlant SP! Bravo!

T'as des actions dans les bouillons Knorr?

C'est pas drôle mais ce mec m'a fait penser aux 2 relations longues durée(de 1 an 1/2) de mon :kk:

Perso, au bout de 3 minutes, t'as juste envie de plaindre le mec. Trop fort!

Un ancien C, fils de C, CF à ses heures.

Bref, un CF pas alpha :bonk:

Pour sortir un tantinet des mots compliqués, j'ai vu dans ce témoignage "une âme perdue". Une âme qui n'a jamais connu l'Amour finalement.

Comment reprocher à quelqu'un qui n'a jamais appris à faire du vélo de ne pas savoir pédaler?

Après, qu'il ne sache pas pédaler est une chose mais alors, qu'il ne s'attaque pas au Mont Ventoux!

Mais comme je me suis fait avoir par exactement les mêmes yeux de merlan frit, ça reste un de :flipa:

Ce reportage m'a fait réalisé une chose. Depuis plusieurs mois, j'ai tendance à me triturer l'esprit, chercher depuis la nuit des temps le pourquoi du comment. Retournez vos histoires autant que vous voulez, relisez les témoignages, dépensez des milliers de francs euros en thérapie. Mais

L'Amour, le vrai est simple.

Personne ne nous appartient.

Quand on aime "à double", on choisit.
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 422
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: Billets d'humeur

Message par Steelhuman » ven. 21 oct. 2016 11:33

Très très intéressant SP, merci :super:

Plusieurs émotions m'ont habité durant ce vidéo, j'ai même dû arrêter 2 fois le visionnage (me faire un café et aller fumer une clope): à gerber comme histoire malsaine :beurk: :beurk:

Ce "mec" n'est pas une vrai homme et est une vrai carpette, sans substance et qui se bafoue et bafoue le conjoint de sa maîtresse, quel genre d'homme qui s'affirme pourrais accepter une situation aussi pourrie?! :kelkon:

Tes commentaires Fishbone sont exactement dans le même genre que mes pensées :super:

Merci et vachement instructif :ala:
"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

jaguarboy
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 3489
Enregistré le : mer. 7 janv. 2009 20:43
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Billets d'humeur

Message par jaguarboy » ven. 21 oct. 2016 16:42

On retrouve vite les différents acteurs et les contradictions classiques... :roll:
Les 200 chevaux parqués sous le capot sont bien moins dangereux que l'âne derrière le volant.

Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention » lun. 24 oct. 2016 09:56

jaguarboy a écrit :On retrouve vite les différents acteurs et les contradictions classiques... :roll:
Autre configuration :

http://www.dailymotion.com/video/x4yrgnw

J'affine ma définition de "c" et "cf" par rapport aux interventions de Grabuge principalement.
Il y a bien des cf contextuels, tout comme il existe des infidélités contextuelles.
Les infidélités structurelles sont issues de cf structurels... On peut à présent les caractériser assez facilement.

En regardant la vidéo jusqu'au bout, on comprend également pourquoi la "reconstruction" est parfois impossible...
Mais pas pour les raisons que l'on croit !!! :D
Steelhuman a écrit : Ce "mec" n'est pas une vrai homme et est une vrai carpette, sans substance et qui se bafoue et bafoue le conjoint de sa maîtresse, quel genre d'homme qui s'affirme pourrais accepter une situation aussi pourrie?! :kelkon:
Les sandwichs sont rarement des "hommes"... Ce sont plutôt des opportunistes, voire de sacrées crapules, comme dans le cas présenté aujourd'hui (mais il est toujours des exceptions...)
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre