Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateur : Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 688
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Eugene » mer. 7 août 2019 11:09

Lors des débuts d'une histoire amoureuse, nous essayons de maintenir éloignée la pensée de l'infidélité. Crainte de tous, celle-ci signerait la fin de notre relation : la rupture et la souffrance associée. Il est donc plus aisé d'en dénier la potentialité. Pourtant nombreux sont les couples qui devront y faire face. Est-il possible après cela que l'amour se maintienne et que le pardon absolve le ou la fautive ?

L'infidélité, un vécu dénié et solitaire

Alors que l'éventuelle infidélité inquiète une majorité de couples, peu de personnes sont en mesure d'en donner une définition consensuelle. Chacun place la faute sur un plan qui lui est propre. A comportement égal, d'un duo à l'autre, les vécus sont très divers. Nous constatons déjà que dès qu'il y a tromperie, celle-ci institue deux sujets opposées : une victime et un coupable. Rien que ces deux positions influent fortement sur la perception que nous en avons. Ainsi, le seuil à partir duquel il y a infidélité" (dîners, baisers, relation sexuelle…) est toujours plus bas chez le partenaire qui la subit que chez celui qui l'inflige.

De plus, bien peu sont les alliances qui l'ont mise en mots avant qu'elle ne se présente à eux. Sa gestion se fait donc toujours dans l'urgence. Lorsque elle fait irruption entre les partenaires, elle prend une dimension traumatique qu'aucun mot ne vient contenir. Elle se renforce ainsi de ce qu'elle est un sujet tabou pour lequel personne n'est et ne souhaite être préparé. A la douleur de l'infidélité s'ajoute donc celle qui résulte du constat que dénier un danger n'en protège pas. Nous sommes forcés de sortir du mythe de l'amour idyllique. Nous sommes désillusionnés et devons seuls accepter de voir s'effondrer notre idéal.

L'infidélité a-t-elle un sens ?

Les partenaires se minent à chercher un sens à l'acte infidèle. Il est souvent pensé comme le signe que l'amour n'est plus et que la relation touche à sa fin. Lorsque nous sommes trompés par notre partenaire, nous le vivons comme une remise en cause profonde de notre être. Si l'autre est allé "voir ailleurs", nous pensons que c'est nécessairement pour trouver mieux. La douleur ressentie indique la blessure narcissique qui nous est infligée. Pour autant, peu d'infidélités ont le sens que nous leur prêtons si aisément. La plupart résulte en effet d'un concours de circonstances devant lequel les auteurs ont succombé. La véritable question de l'infidélité se tient alors en l'éventuelle intentionnalité qui la fonde. Sans dédouaner les acteurs, il n'est pas forcément souhaitable, pour y faire face, de trouver des explications à leur comportement. Elles n'apaisent en rien la douleur ressentie, parfois même elles l'amplifient.

Infidèle, envers qui ?

Toutes les infidélités ne semblent pas avoir la même portée et ne se réfèrent pas aux mêmes dynamiques. Il est très différent d'avoir une double vie ou un fonctionnement infidèle au quotidien que de succomber, un jour, aux sirènes d'un(e) partenaire passionnel(le). L'honnêteté envers le ou la conjoint(e) n'y est pas convoquée dans la même mesure. Notre mécanique du désir fait feu de tout bois et ne connaît pas l'infidélité. L'inconscient, les rêves érotiques nous l'apprennent, se passe très bien de la moralité et de la notion d'engagement. La fidélité, s'il n'est pas dans notre nature profonde, est un choix de raison, elle repose sur une construction personnelle, un choix à assumer.

Dès lors, l'acte de tromper est autant un échec des contraintes que l'on s'est fixé qu'un manquement aux engagements pris envers l'autre amoureux. Dans de nombreux cas, la souffrance est d'ailleurs autant ressentie par le dupeur que par le dupé. L'un comme l'autre perçoit combien l'idéal exclusif est désormais caduc. L'accroc au contrat est venu rompre l'état de grâce dans lequel nous souhaiterions tous maintenir nos amours. Il révèle l'échec du refoulement de certains de nos désirs et le fondement organique de nos comportements sexuels.

La fin du couple ?

En proie à la colère et à la tristesse, il nous faut désormais décider de l'avenir de notre histoire. En réalité, des deux côtés du drame, nous avons à procéder à un réajustement de la dynamique de notre couple. Chacun doit désormais redéfinir sa place et son attitude futures. Pour procéder à ces évolutions, il paraît opportun de comprendre ce que cet épisode indique de la situation de notre relation. Le dialogue est alors fondamental puisque les amants y réaffirment leurs attentes et les valeurs qui leur sont indispensables pour se sentir épanoui et sécurisé.

Ces difficultés autorisent parfois à ce que les désirs et les fonctionnements des membres du duo se précisent. Bien qu'imaginées insurmontables, certains couples les utilisent pour se reconstruire. En matière d'amour aucune attitude ne prévaut. Peut-être alors faut-il garder à l'esprit que l'amour est un fait d'Homme et que ceux-ci sont imparfaits. Un accident, voire une erreur doivent-ils nécessairement abolir l'affection encore présente ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de sauver une relation qui nous tient encore à cœur sans quoi nous ne souffririons pas de la voir ainsi mise à mal ?

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Avatar du membre

Pasodobla
Cornu
Cornu
Messages : 17
Enregistré le : mer. 24 juil. 2019 22:46

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Pasodobla » mer. 7 août 2019 21:33

Merci pour ce texte.

:thx: j'ai besoin de lire un maximum d'articles ou témoignages.

Pour me dire que je ne suis pas seule. Et que mes questions auront des réponses si je m'en donne les moyens.

L' ego, l'amour, l'espoir, la haine, la déception, la résignation, la volonté, le déni, la reconstruction, l'acceptation, l'évolution .
Tout ça se mélange et est confus, j'ai hâte que la confusion fasse place à la certitude et que certains de ces mots s'imposent à moi comme des évidences



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2686
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Sans Prétention » jeu. 8 août 2019 00:45

Un accident, voire une erreur doivent-ils nécessairement abolir l'affection encore présente ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de sauver une relation qui nous tient encore à cœur sans quoi nous ne souffririons pas de la voir ainsi mise à mal ?
Un accident mille fois répété, voire une double vie doivent-ils nécessairement abolir le respect que l'on a de soi-même encore présent ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de se sauver d'une relation qui nous tient encore à cœur mais qui nous met à mal ?


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 250
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Mitsou78 » jeu. 8 août 2019 10:22

Sans Prétention a écrit :
jeu. 8 août 2019 00:45
Un accident, voire une erreur doivent-ils nécessairement abolir l'affection encore présente ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de sauver une relation qui nous tient encore à cœur sans quoi nous ne souffririons pas de la voir ainsi mise à mal ?
Un accident mille fois répété, voire une double vie doivent-ils nécessairement abolir le respect que l'on a de soi-même encore présent ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de se sauver d'une relation qui nous tient encore à cœur mais qui nous met à mal ?
Faut-il s'attacher à une relation qui met à mal ? :wink:
En quoi une relation qui met à mal peut-elle nous tenir à cœur ?
N'est ce pas plus la situation (enfants, confort, bien être) qui tient à cœur plus que la relation ?


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Ananké
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 73
Enregistré le : dim. 14 mai 2017 00:51

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Ananké » jeu. 8 août 2019 14:04

Je changerais le titre
" Le couple peut-il renaître après l'infidélité", parce que sans changement... :doute:

Mitsou78 a écrit :
jeu. 8 août 2019 10:22
Sans Prétention a écrit :
jeu. 8 août 2019 00:45
Un accident, voire une erreur doivent-ils nécessairement abolir l'affection encore présente ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de sauver une relation qui nous tient encore à cœur sans quoi nous ne souffririons pas de la voir ainsi mise à mal ?
Un accident mille fois répété, voire une double vie doivent-ils nécessairement abolir le respect que l'on a de soi-même encore présent ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de se sauver d'une relation qui nous tient encore à cœur mais qui nous met à mal ?
Faut-il s'attacher à une relation qui met à mal ? :wink:
En quoi une relation qui met à mal peut-elle nous tenir à cœur ?
N'est ce pas plus la situation (enfants, confort, bien être) qui tient à cœur plus que la relation ?

Je me permets de le souligner ! :)


Le plus difficile c'est de décider d'agir, le reste ne tient qu'à la persévérance.

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2686
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Sans Prétention » jeu. 8 août 2019 16:58

Ananké a écrit :
jeu. 8 août 2019 14:04
Je changerais le titre
" Le couple peut-il renaître après l'infidélité", parce que sans changement... :doute:

Mitsou78 a écrit :
jeu. 8 août 2019 10:22
Sans Prétention a écrit :
jeu. 8 août 2019 00:45


Un accident mille fois répété, voire une double vie doivent-ils nécessairement abolir le respect que l'on a de soi-même encore présent ? Au contraire ne faut-il pas apprendre à laisser nos égos de côté – sans les renier – pour essayer de se sauver d'une relation qui nous tient encore à cœur mais qui nous met à mal ?
Faut-il s'attacher à une relation qui met à mal ? :wink:
En quoi une relation qui met à mal peut-elle nous tenir à cœur ?
N'est ce pas plus la situation (enfants, confort, bien être) qui tient à cœur plus que la relation ?

Je me permets de le souligner ! :)
Merci de vos remarques pertinentes.

Juste une question : est-on fait pour survivre ou pour vivre ?


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Ananké
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 73
Enregistré le : dim. 14 mai 2017 00:51

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Ananké » jeu. 8 août 2019 17:43

C'est justement parce que je n'aime "survivre" que je voulais changer le titre.
Et que je me suis permise de mettre "se" (sauver...) en surbrillance (enfin, entouré de rose bonbon.. :) )


Le plus difficile c'est de décider d'agir, le reste ne tient qu'à la persévérance.

Avatar du membre

Tortue43

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Tortue43 » jeu. 8 août 2019 21:38

Bonjour,
Je suis de celle qui a été trompée.
Je l’ai su il y a 3 semaines alors que j’allais rejoindre mon conjoint au Sud avec mes 2 ados. À 15 minutes d’embarquer dans l’avion à la lecture d’un courriel qu’il m’avait écrit car trop honteux, perturbé de me l’annoncer de vive voix.
Il y était depuis 5 mois pour le travail.

Suite à son départ à la mi-février, il était revenu au domicile familial 2 fois en 1 mois. Ensuite, de la mi-mars à la fin mai, la relation tant conjugale et familiale était à distance.
Fin mai, mon conjoint a fait l’aller-retour pour nous voir et je l’avais senti fatigué durant ce séjour. Nous avons eu 2 relations sexuelles (incomplètes mais satisfaisantes pour moi)
Il est retourné à son appartement au Sud et aurait eu une dernière relation avec ELLE.
C’est entre mars et juin que mon conjoint s’est laissé séduire par une collègue de travail.

Début mai, Il a même emménagé avec elle en loyer question de partager les frais.

Ainsi donc, je me retrouvais à ne plus avoir d’hébergement une fois au Sud, car il a menti à ELLE également. Vous comprenez? Nous avons appris l’existence de l’une et de l’autre en même temps.

J’avais 2 options:
1- monter dans l’avion avec les enfants
2- rebrousser chemin et le laisser là bas avec sa douce (ELLE)

J’ai décidé d’embarquer dans cette avion et d’aller rejoindre l’homme que j’aime malgré cette annonce destructrice

ELLE, s’est chargée de l’insulter. Moi, j’ai gardé mon calme surtout que j’étais avec les enfants et je voulais préserver leur joie de retrouver leur père après 9 semaines d’absence.

Je me suis retrouvée là bas, sans voiture, sans toit pour y passer mes vacances de 12 jours.
Les émotions se bousculaient tellement ...c’est inexplicable.
Mais MOI!! Je l’aime!!
C’est alors que je lui ai donné l’ultimatum.
Tu laisses ton emploi et tu reviens à la maison ou tu restes ici avec ELLE.
Il m’a choisi sans hésiter. Son travail c’était plus compliqué mais a réussi à se libérer après 10 jours.
Il dit regretter toute cette aventure là bas.
Nous avions hésité longuement en tant que couple à ce qu’il accepte ce travail à l’étranger mais on s’est dit que c’était pour être super enrichissant tant pour lui que pour les enfants.
Je le prends comme un mauvais choix de couple, comme un tout. L’adaptation était difficile pour lui là bas et pour moi ici à tout gérer.

Certes qu’il est allé de plusieurs explications et qu’il a répondu à mes questions. Questions et réponses qui restent de la torture pour ma part. Je me demande si ça vaut la peine de chercher plus loin.

Est-ce que je le crois?
Est-ce que je suis belle et attirante?
Est-ce que j’ai manqué à mon rôle conjugal?
Est-ce que ELLE était meilleure que moi au lit?
Oufff c’est dur sur l’orgueil.
La confiance ça se construit comment après cette erreur de parcours?
De quoi suis-je la plus certaine?

Ah oui! Je l’aime. Je l’ai dans la peau.

Nous avons tous notre récit de couple.
Et tout couple mérite sa deuxième chance.
Tant qu’il y a de l’amour tout est possible, ne l’oubliez pas.

Je suis en plein processus encore.
Je vous redonnerai des nouvelles si vous voulez.
Un jour à la fois.
Je consulte une psy. C’est Préférable .
Bonne chance et laissez vous la chance.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2686
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Sans Prétention » jeu. 8 août 2019 23:53

Ananké a écrit :
jeu. 8 août 2019 17:43
C'est justement parce que je n'aime "survivre" que je voulais changer le titre.
Et que je me suis permise de mettre "se" (sauver...) en surbrillance (enfin, entouré de rose bonbon.. :) )
On s'était bien compris 😊


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Douleur aigue
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 90
Enregistré le : ven. 13 nov. 2015 00:19

Re: Le couple peut-il survivre à l'infidélité ?

Message par Douleur aigue » jeu. 10 oct. 2019 15:34

Bonjour,

J'essaie toujours, voilà 4 ans que j'essaie de sauver mon couple. Les 2 premières années c'était très dur, puis insupportable la 3ème avec quelques moments plus faciles mais dans l'ensemble j'étais toujours définitivement seule.
C'était une année d'engagement spirituel très fort pour moi et cela me tenait debout sans que j'en ai conscience.
Cette 4ème année, cela va vraiment mieux et je veux que ceux qui souffrent sachent que même s'ils ne seront jamais plus les mêmes, il y a de l'espoir.
La semaine dernière mon mari a revu sa maîtresse et il me l'a dit ce que j'ai apprécié mais tout est remonté et pendant quelques heures je me suis figée dans ma souffrance passée.
puis c'est passé et seulement un jour ou deux après je ne me souvenais pas de cette descente au enfers que j'ai faite en quelques minutes.

Alors, oui, "on peut reconstruire",
non, "ce ne sera pas comme avant",
non, "on n'oublie jamais tout à fait",
non "on ne s'habitue pas" comme dans la chanson de Brel.

Cela énerve mon mari qui aimerait tout effacer mais l'adultère n'est pas un état transitoire, être trompé cela a des conséquence définitives.
C'est une cicatrice elle peut se voir ou ne pas se remarquer, elle peut être constamment sensible ou totalement indolore après quelques années mais elle existe et même lorsqu'elle ne voit pas, même lorsqu'elle ne fait plus souffrir, on n'est jamais à l'abri qu'elle devienne sensible par temps pluvieux ou que le souvenir de la douleur remonte pour un simple mot, une musique, une photo.

Et cette cicatrice elle vous change, en mal souvent surtout au début à cause de la colère associée, en bien parfois (elle peut nous rendre plus tolérants et plus à l'écoute des autres).

Alors si vous voulez reconstruire, il vous faudra accepté que vous êtes "blessé" et que cette blessure va vous changer et votre moitié devra accepter et aimer la nouvelle personne que vous allez devenir à cause de cette blessure.

Bon courage

E.



Répondre